Tg di regime universel

En cas de vacance de siège en cours de législature, il est pourvu, soit par le premier des "viennent ensuite" de la liste du parti titulaire, soit par une élection partielle dans les circonscriptions uninominales.

Vote non obligatoire sauf dans un petit nombre de cantons, où toute abstention non justifiée est sanctionnée par une légère amende. Pour le Conseil des Étatschaque canton est libre de décider du mode de scrutin. Les cantons du Jura et de Neuchâtel ont opté pour la représentation proportionnelle. Les autres cantons connaissent différentes formes de système majoritaire. Cette méthode de faire a pour conséquence d'abaisser la majorité requise car une partie des bulletins ne comporte qu'une ligne remplie, l'autre étant vierge.

Il y a encore quelques particularités en ce qui concerne le traitement des bulletins ou des suffrages blancs ainsi que des bulletins nuls qui peuvent entrer ou non dans le calcul de la majorité. Les conditions de présentation au second tour varient également. Ainsi, dans certains cantons, les candidats n'ayant pas obtenu un certain pourcentage de voix sont automatiquement éliminés.

D'autres cantons permettent le remplacement de candidats. Le second tour se déroule entre trois et cinq semaines après le premier tour suivant les règles cantonales. Les voix éparses sont recensées dans certains cantons alors que d'autres ne reconnaissent que les suffrages qui se portent sur les candidats dont les noms ont été officiellement déposés.

Au niveau cantonal, le corps électoral est appelé à élire l'exécutif cantonal tous les quatre ans. Les cantons de VaudGenève depuis et Fribourg élisent tous les cinq ans alors que le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieur élit son gouvernement chaque année.

Les élections aux exécutifs se passent habituellement à la même date que les élections législatives. Pour le Canton de Berne, un des 7 sièges est constitutionnellement réservé [ 12 ] à la population du Jura bernoisminorité francophone du canton.

Les suffrages recueillis par les candidats et les candidates du Jura bernois sont donc comptés séparément à l'échelle du canton et à celle du Jura bernois. Par conséquent, le siège garanti au Jura bernois est attribué au candidat ou à la candidate qui obtient la moyenne géométrique établie en obtenant la racine carrée des voix du Jura bernois multipliées par les voix du canton entier [ 13 ].

L'élection à ce siège est particulièrement regardée puisqu'elle peut créer une majorité de gauche ou de droite, sans pour autant octroyer le siège à une personne mieux élue dans le reste du canton. Pour les législatifs, tous les cantons ont un parlement monocaméral. Le système de vote utilisé partout est le scrutin proportionnel plurinominal à l'exception du Canton des Grisons qui utilise le scrutin de liste majoritaire et du Canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures qui utilise un scrutin mixte, à savoir le scrutin proportionnel pour la commune de Herisau et le scrutin majoritaire pour toutes les autres communes [ 14 ].

À l'exception de ce dernier et du canton de Bâle-Villechaque député d'un parlement cantonal doit prêter serment une fois élu. Pour cinq cantons, un quorum Sperrklausel en allemand existe afin de pouvoir obtenir des élus:. Leur statut et fonction ainsi que l'élection est très variable d'un canton à l'autre:. Chaque commune détient un législatif. Dans les petites communes, le législatif est composé de tous les citoyens de la commune jouissant du droit de cité communal.

En allemand, le terme souvent utilisé est Gemeindeversammlung Assemblée communale. Dans les plus grandes communes et villes, il existe un Parlement élu au suffrage universel. Dans certains cantons, le législatif est appelé:.

Chaque commune détient également un exécutif. Dans les communes, indépendamment de leur taille, l'exécutif est composé généralement de 5 à 7, 9 voire 15 à Sion membres et est élu au système majoritaire par tous les citoyens de la commune jouissant du droit de cité communal. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Politique en Suisse. Constitution fédérale Parlement cantonal Conseil d'État Liste des présidents de gouvernement des cantons suisses Liste des conseillers d'État de Suisse Conseil communal Conseil général Assemblée communale Conseil régional Député suisse.

Élections et votations en Suisse. Espaces de noms Article Discussion. Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact. La dernière modification de cette page a été faite le 26 novembre à En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.

Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Contact Développeurs Statistiques Déclaration sur les témoins cookies Version mobile. Parti libéral-radical. Union démocratique du centre. Parti socialiste suisse. Parti démocrate-chrétien. Parti écologiste suisse Les Verts. Parti bourgeois-démocratique. Parti évangélique suisse.

Parti des Indépendants AR. Union démocratique fédérale. Mouvement citoyens genevois. Parti suisse du travail-Parti ouvrier et populaire. Un peuple est autre chose qu'un troupeau humain. La société politique n'est pas seulement un agrégat d'in- dividus c'est un ètre collectif, qui a sa vie. L'intérêt, générât n'est pas ce qui convient à une majorité d'un jour: c'est ce qui fait que la société se développe et accomplit ses destinées.

La plupart des hommes veulent tout simplifier, et en cela plus d'un lettré est de la majorité. Nous sommes simplistes dès l'école ou ]e collège. On nous élève dans la logique abstraite. L'esprit simpliste, c'est la porte ouverte à tous les paradoxes et à tous les sophismes. On le retrouve dans les banalités politiques que nous prenons de bonne foi pour des principes. Les majo. Tout le monde convient qu'il faut faire les lois dans l'intérêt général.

Suivant l'idée qu'on se fait de l'intérêt général, on dira qu'une loi est bonne ou mauvaise, juste ou injuste. Mais si le bien public n'est que la somme des biens particuliers, il est évident que la meilleure loi sera celle qui donne satisfaction au plus grand nombre d'intérêts individuels. On retrouve partout cette idée, plus ou moins consciente, dans la politique des majorités.

Rappelez-vous la discussion de la loi militaire à fortifier cheveux mp3 qualité Chambre des députés. Il y a ici un intérêt qui doit passer avant tous les autres, l'intérêt de l'armée, qui est celui de la patrie; la première question est de savoir si, oui ou non, le service de trois ans suffit pour former un soldat à peine a-t-on effleuré ce côté de la question.

H y a un autre. Mais quoi! Une génération n'est qu'un moment dans l'histoire d'un peuple; et, pour décider si une mesure en soi est bonne ou mauvaise, il faudrait en prévoir les conséquences les plus lointaines. Au contraire, les majorités ne sont frappées que du résultat immédiat. On peut citer, comme exemple de cette disposition d'esprit, les discussions sur la politique coloniale.

Il s'agit de l'avenir de l'industrie et du commerce français nous avons perdu de nombreux débouchés; il faut en trouver de nouveaux. On voit approcher le jour où la lutte économique ne sera plus de peuple à peuple, mais de continent à continent l'Amérique, qui jusqu'ici absorbait une grande part de nos produits manufacturés, exporte aujour.

Je ne fais que répéter ce qui se dit partout, dans les journaux, dans les livres. Et cependant qu'avons-nous vu, depuis quinze ans. Des ministres demandant avec timidité des crédits insuffisants des Chambres se faisant arracher, million par million, régiment par régiment, les hommes et l'argent nécessaires. Qu'y a-t-il au fond de toutes ces hésitations?

La même idée de l'intérêt général mal entendu. On regarde au présent, à l'intérêt immédiat des contribuables; on ne regarde pas à l'avenir du pays. Quand on ne veut voir dans la société que des individus isolés et des intérêts particuliers. La politique prix augmentation mammaire 450cc ktm idées fait. Ou a, du bien public, une conception de plus en plus étroite.

L'intérêt général, c'est d'abord l'intérêt de la majorité, puis l'Intérêt d'une majorité dans la majorité. Ons'habitueàtraiter lesplus grandes questions par le petit côté. Le député était le représentant du peuple; il n'est plus que le mandataire d'un groupe d'électeurs. C'est un procureur qui défend de son mieux les affaires qu'on lui a confiées: élu d'une ville manufacturière, il votera pour la protection; élu d'une ville commerçante,pourle libre échange.

Quand ce n'est pas l'intérêt qui parle, c'est la passion. Le ton général de la discussion s'abaisse dans les assemblées publiques. L'horizon se rétrécit on se laisse absorber de plus en plus par les luttes intérieures, dans le pays comme dans le parlément, et on ne donne plus aux choses du dehors l'attention qu'elles méritent.

Ainsi, la notion erronée de l'intérêt général fait qu'on perd peu à peu cette hauteur de vues, cettesuite dans les idées et dans les actes, sans lesquelles il n'y a pas de politique nationale.

Nous avons noté trois tendances dans les majorités faire ies lois pour le plus grand nombre au lieu de les faire pour tous, se préoccuper du présent plus que de l'avenir, enfin remplacer la politique des Idées par la politique des intérêts.

Ces trois tendances ont ce caractère commun, qu'elles substituent un point de vue particulier au point de vue général. Le résultat est de hriser les cadres de ia. Dans la pensée des hommes d'État et des publicistes les plus compétents de tous Ifls pays, l'existence de partis fortement organisés est une condition essentielle de la liberté. Nous avons à cet endroit quelque préjugé, sans doute parce que chez nous les partis ne sont pas ce qu'ils sont ailleurs. Dans tous les pays d'Europe, excepté peut-être en Espagne, la forme du gouvernement est hors de discussion dans notre pays, c'est la première des questions politiques, celle qui partage les électeurs en deux camps.

Partout, en Angleterre, en Stage damaigrissement pour ado, en Autriche, en Italie, les partis sont divisés sur les principes de gouvernement en France, sur la forme de gouvernement.

Là, l'opposition est constitutionnelle ici, elle tend toujours à sortir de la constitution. Là, elle veut améliorer ce qui existe; ici, le détruire. Les monarchistes ne désarment pas plus sous la république que les. Le parti vaincu est un ennemi systématique, qui blâme indistinctement les meilleures mesures et les pires.

Ayant sans cesse ce spectacle sous les yeux, nous sommes frappés du mal que peuvent faire les partis nous en oublions les bienfaits. Le propre des partis, c'est de maintenir les principes politiques. Je sais qu'il est de mode aujourd'hui de se moq uer des principes. Si l'on veut dire qu'il n'y a pas de principes absolus, applicables en tout temps et en tout lieu, on ne fait qu'exprimer une vérité banale mais si l'on prétend, comme quelques-uns, qu'il n'y a ni tradition ni règle, qu'on peut mépriser impunément toutes les leçons de l'expérience, ne regarder qu'à l'intérêt de l'heure présente et défaire le lendemain.

L'idée fait les partis, l'intérêt fait les groupes. Un se trompe quand on accuse les partis de porter atteinte à l'indépendance des opinions les membres d'un parti ont de toute nécessité certains principes communs; ils ne pensent pas de même parce qu'ils forment un parti, mais ils ont formé un parti parce qu'ils pensaient de même.

Dans un parti qui a une suffisante cohésion, les hommes qui le composent peuvent voter différemment sur des questions d'ordre secondaire; mais s'ils ne sont pas d'accord sur quelques idées essentielles, s'ils n'ont pas un même programme de gouvernement, on peut dire qu'il n'y a plus de parti, parce qu'il n'y a plus de principes. De même, quand on parle de la direction d'un parti, il ne faut pas entendre que quelques-uns imposent leur volonté à tous cela signifie seulement que le parti a choisi pour chefs ceux qui représentent l'opinion commune avec le plus de compétence ou d'éclat.

Quand le parti arrivera aux affaires. Dans tous les pays où il existe les partis fortement organises, les hommes qui forment ces partis peuvent appartenir à des classes différentes, avoir des intérêts contraires ce qui fait leur union, c'est une communauté de vues sur la meilleure manière de gouverner.

Par là. Ln intérêt particulier, quelque considérable qu'il soit, l'intérêt d'un département, d'une région, d'une classe sociale, n'est pas un principe de gouvernement. Ceux qu'un même intérêt a réu. Un zéro à gauche d'un chiffre n'y ajoute rien, à droite il le décuple; ainsi un groupe, passant de gauche à droite, peut tout changer.

Il ne dispose que de vingt ou trente voix; mais il arrive que vingt ou trente voix déplacent la majorité. Quand un ministre a devant lui des partis organisés, sa situation est nette il ixxi combleur de rides 2014 avec son parti, et tombe avec lui.

Lu cabinet est renversé i! Ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Et de quoi donc? Les cabinets tombent comme des capucins de cartes. Est-il juste, ainsi que je l'entends faire autour de moi, d'en accuser les partis? Kb non: c'est au contraire parce qu'il n'y a plus de partis, dans le vrai sens du mot, qu'il devient de plus enplus difficile de former une majorité de gouvernement.

Ce fait n'est point partu'uncr a la France. Traversez la Manche: vous verrez, sur la terre historique du par c. Pendant longtemps, il n'y a eu en Angleterre que deux partis, représentant les deux grands principes de la politique l'un, la tradition; l'autre, le progrès. Quand le parti conservateur gouvernait, l'opposition libérale était un frein à l'esprit de réaction; quand le parti libéral arrivait au pouvoir, l'opposition conservatrice était un frein à l'esprit révolutionnaire.

Le mécanisme fonctionnait avec une réguiarité géométrique; si bien que les philosophes, qui quelquefois se hâtent trop de généraliser les faits particuliers, croyaient avoir découvert le caractère essentiel du régime parlementaire deux grands partis, de force à peu près égale, prenant tour à tour la direction des affaires.

Et s'il se formait un troisième parti? Cela ne s'était jamais vu; il semblait que cela ne dût se voir jamais. Voici cependant que des noms nouveaux font retentir. Les partis classiques, les whigs et les tories, n'ont plus la cohésion d'autrefois il y a dans leurs rangs des mécontents, tes indisciplinés; tel trouve que son parti va trop loin, tel autre pas assez.

Quand je lis les comptes rendus de ]a Chambre des communes, quand je vois qu'on est divisé sur les principes là-bas comme ici, que la majorité est changeante, que des coalitions se font et se défont entre les partis opposés, qu'un cabinet est réduit à chercher l'appoint de quelques voix tantôt à gauche et tantôt à droite, qu'un ministère, hier toutpuissant, est renversé aujourd'hui je suis tenté de me demander Sommes-nous à Londres, ou à Paris?

Les progrès de l'industrie, la facilité des communications, l'accroissement inouï de la richesse publique, la préoccupation exagérée des intérêts matériels, l'extension progressive du droit de. Si la transformation a été moins rapide chez un peuple que chez l'autre. Nous avons le suffrage universel depuis quarante ans; nos voisins, allant d'étape en étape, n'y arriveront pas avant quelques années. Et qu'arrive-t-il?

Que le mécanisme parlementaire fonctionne d'autant plus difficilement que. S'irriter d'un changement qui est dans la. L'avënement des masses à la vie publique devait en modifier les conditions. Le culte des idées politiques, comme le culte de l'art ou de la.

Ou le président du Conseil, voulant former un cabinet qui ait quelques chances de durée, choisit ses collaborateurs dans différents groupes il distribue les portefeuilles entre ces groupes suivant leur importance respective alors, le cabinet vit de concessions, et on a un gouvernement qui ne gouverne pas. Ou le président du Conseil, ayant un programme bien arrêté, ne fait appel qu'aux membres du parlement qui sont disposés à appliquer ce programme alors, le cabinet représente vraiment un parti, mais il est à la merci d'une coalition des groupes.

Quand les partis sont fortement organisés, l'opposition est toujours prête à prendre le pouvoir elle a ses chefs, ses cadres, son personnel politique et administratif. Il n'en est plus de même avec la coalition des groupes.

Réunis dans l'attaque, ils sont divisés dans la victoire. L'extrême gauche et l'extrême droite peuvent bien renverser un cabinet, non le remplacer.

C'est l'opposition de l'impuissance. Les luttes parlementaires sont stériles. Il semble qu'un cabinet, après un vote de confiance, ait quelques semaines devant lui laissez-le agir, vous le jugerez à l'a'uvre.

Non; hier on l'interpellait sur la politique intérieure, aujourd'hui c'est sur la politique extérieure. Les membres qs botox dangerous complicity gouvernement, au lieu d'expédier les affaires, viennent s'asseoir tous les jours pendant quatre ou cinq heures au banc des ministres j'allais dire au banc des accusés.

Le pays ne comprend pas qu'une interpellation oiseuse remplisse plusieurs séances, quand le budget n'est pas encore voté. Tout ce tapage parlementaire, qui fait la joie des politiciens de profession, trouble le manufacturier et le commerçant.

Ils se fatiguent des crises ministérielles, ils s'en prennent au régime parlementaire lui-même: et un jour. Tout s'enchaîne dans notre situation politique le conflit des groupes aboutit aux majorités de coalition, et. En quinze ans, plus de vingt ministères ont passé sous nos yeux c'est un défilé d'ombres wc rideshop warehouse. Il faut avouer que la démocratie fait une terrible consommation d'hommes publics.

Dans l'ancien système parlementaire, ceux qui descendaient du pouvoir avaient l'espoir d'y remonter; lorsqu'un cabinet se constituait, il y entrait toujours quelques membres des anciens cabinets cela suffisait pour qu'il y eût, malgré tout, une certaine suite dans la politique. Maintenant, celui qui a été deux ou trois fois ministre est un homme usé passons à un autre Chaque groupe a. Celui-ci sera-t-i plus habile que ceux qui l'ont précède, plus instruit, plus compétent, plus éloquent?

L'expérience, qui est une bonne note pour un ingénieur, un militaire, un commerçant, un magistrat, est une mauvaise note pour un ministre. Je ne voudrais rien dire de désobligeant pour mes contemporains; mais, en vérité, ne ressemblons-nous pas quelquefois à ce malade qui, fatigué de la médecine et des médecins, se confie au premier charlatan qui passe?

H y a surtout deux départements ministériels où l'instabilité peut avoir les résultats les plus funestes les Affaires étrangères, la Guerre. La diplomatie a ses traditions et ses règles qui ne s'apprennent pas en vingt-quatre heures.

Nous voyons, dans tous les grands États de l'Europe, des ministres des affaires étrangères qui, en gardant leur portefeuille pendant de longues années, sont parvenus à se créer des relations personnelles dans les.

Nous voyons que les autres puissances choisissent leurs représentants parmi les hommes de la carrière et les maintiennent le plus longtemps possible dans le même poste nous bombardons ambassadeur un avocat ou un écrivain qui n'est jamais sorti de son cabinet.

Cependant ces hommes nouveaux font de leur mieux le ministre, peu à peu, connaît son personnel, étudie les dépêches de ses prédécesseurs, se renseigne au dehors, se met au courant des affaires; l'ambassadeur, de son côté, s'est fait bien venir du gouvernement auprès duquel il est accrédité. Ils allaient l'un et l'autre rendre. Instabilité dans les affaires extérieures; instabilité dans les choses militaires.

Les généraux se succèdent rue Saint-Dominique, comme les diplomates quai d'Orsay. Reniements sur règlements, décrets sur décrets on modifie la forme de la tunique ou du képi les cuirassiers sont changés en dragons, ou les dragons en cuirassiers; le port de la barbe est tour à tour interdit, obligatoire ou facultatif un ministre supprime les tambours, un autre les rétablit. Détails sans importance, dira-t-on, et qui ne méritent pas qu'on s'y arrête; je le veux bien. Mais ce qui importait, au lendemain de la défaite, c'était la prompte réorganisation de nos forces militaires et l'étude d'un plan de campagne en vue d'une agression toujours possible.

Ici, il fallait avant tout l'unité dans la pensée, la suite dans l'exécution. Or le chef de l'armée change à. On ne peut demander à un nouveau ministre d'accepter toutes les idées de ses prédécesseurs on ne lui laisse pas le temps d'appliquer les siennes. Tous les ministres de la guerre, depuis quinze ans, se sont consacrés avec un absolu dévouement à l'oeuvre de la défense nationale; mais ils ont poursuivi un même but par des moyens quelquefois différents.

Croyez-vous que si M. Ce que j'ai dit des Affaires étrangères et de la Guerre, on peut le dire de tous les services publics. L'instabilité ministérielle a pour conséquence l'instabUité administrative. L'administration est comme un livre qu'on se passe de main en main chacun, avant d'écrire sa page, veut déchirer ta page qui a été écrite avant lui.

Rien ne se continue, rien ne se finit. L'instabilité est dans les choses et dans les personnes dans les choses, en ce sens que les règles administratives, les usages, les précédents sont de plus en plus abandonnés; dans les personnes, en ce sens que les opinions du fonctionnaire décident quelquefois de son avancement autant que les services rendus.

Ainsi, la politique des groupes tend à désorganiser l'administration comme elle a désorganisé le parlement; mais elle ne s'en tient pas là. Les partis disciplinés, tant qu'ils ont confiance dans leurs chefs, leur abandonnent le gouvernement les groupes entendent gouverner eux-mêmes.

La limite est sans cesse franchie. La majorité, étant toute-puissante, souffre mal une autorité quelconque à côté de la sienne. La Chambre se croit le gouvernement laissez-la faire, elle réduira les ministres au rôle de chefs de bureau. C'est l'esprit de la Convention, avec la grandeur de la Convention en moins.

La substitution des groupes aux partis politiques a commencé le mal; la confusion des pouvoirs l'achève. LU des caractères les plus marqués du gouvernement des majorités est la tendance à concentrer toute l'autorité dans la Chambre populaire. On peut y voir une nouvelle manifestation de l'esprit simpliste appliqué à la politique. La séparation des pouvoirs est une idée trop complexe pour être acceptée facilement des majorités, et c'est pourtant la seule garantie d'un gouvernement libre.

Le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Dans tous les actes importants de la vie, nous sommes saisis par la machine administrative elle nous prend au berceau et ne nous lâche qu'à la tombe. Les empiétements du pouvoir législatif sur le pouvoir exécutif sont d'autant plus à redouter que celui-ci a un champ d'action plus étendu. Laissez les députés toucher à l'administration ils tiendront bientôt leur département par ]e maitre d'école, le percepteur et le g'ardc champêtre.

Tout ce qu'on a dit peut se résumer en deux mots une assemblée nombreuse n'est pas capable d'agir; or l'action, c'est tout le gouvernement.

Si vous voulez juger à quel point la séparation des deux pouvoirs est dans la nature des choses, regime de pates et riz 5 kg ce qui se passe dans les sociétés commerciales, les chemins de fer, les institutions de crédit, les compagnies d'assurances, partout où de nombreux intérêts se trouvent groupés.

L'assemblée générale des actionnaires vote les statuts, c'est. Faire les lois ne leur suffit pas; ils entendent es appliquer eux-mêmes. Ils entrent dans le détail du gouvernement. Ils vouicnt tout savoir jour par jour. Il faut que les affaires se traitent en plein parlement. S'agit-H de négociations diplomatiques, on exigera que les dépêches soient lues à la tribune, au risque de tout compromettre.

S'agit-il le finances, on ne se contentera pas de discuter le projet du gouvernement, on fera un contre-projet nous apprendrons un beau matin par les journaux qu'il y deux budgets, celui des ministres et ce ui de la commission. On aurait pu se demander parfois, au cours des dix dernières années, ou était le gouvernement, et s'i y avait un gouvernement.

D'où vient le mal? De ce que la majorité veut diriger au lieu de conseiller. Cavour a fait l'unité de l'Italie parce qu'il n'y avait qu'un Cavour supposez cinq cents individus animés du même génie et d'un égal patriotisme, menant la diplomatie, dirigeant les armées, et l'Autrichien serait encore là. Je répète des lieux communs, je le sais mais il faut bien revenir au lieu commun quand le paradoxe politique nous déborde. L'incapacité administrative d'une assemblée est indépendante du plus ou moins de mérite individuel de ses membres c'est un fait général, dont on peut donner plusieurs raisons.

C'est dans le silence du cabinet, en s'entourant de renseignements de toute sorte, en consultant les hommes spéciaux, en étudiant les dossiers pièce par pièce, en pesant froidement le pour et le contre, qu'un bon administrateur fait sa besogne. Le calme, le re. Il y a une sorte d'action magnétique dans l'appareil des séances, dans la présence du public, dans l'éloquence des orateurs, dans les applaudissements ou les interruptions de la Chambre.

Le députe qui est à la tribune ne parle pas seulement pour ses coDégues; il parle pour plusieurs millions d'individus, qui liront son discours dans les journaux. S'il veut se faire entendre de tous, il doit élever le ton, comme l'acteur grec qui parlait au travers d'un masque pour que sa voix portât jusqu'aux derniers rangs de la foule.

L'orateur arrive ainsi, sans s'en rendre compte, à forcer sa pensée. Il en est de même des auditeurs chacun exagère l'expression de son approbation ou de son blâme: chacun entraîne ses voisins. Plus une assemblée est nombreuse, plus la sympathie, la colère, la haine, l'enthousiasme s'y traduisent sous une forme passionnée or rien n'est plus contraire que la passion à l'esprit des affaires. Il y a, dans les services publics, un certain nombre de règles dont on doit tenir compte sous peine de tout désorganiser ou les membres d'une assemblée ignorent ces règles, ou ils tendent à s'en affranchir, faute de l'expérience qui peut seule en montrer l'utilité.

Il arrive à chaque instant que des intérêts complexes sont en jeu et qu'il faut concilier des points de vue contraires or la majorité d'une assemblée penche toujours vers les solutions les plus simples. En un mot, l'administration est surtout dans le détail des faits, et un parlement n'en peut connaître que l'ensemble.

Pour o'épr une tradition administrative, trois ou. La Chambre peut lui indiquer une ligne à suivre, un but à atteindre; mais il n'est que juste de lui laisser le choix des moyens. Les ministres sont des administrateurs, tout comme les administrateurs d'une société quelconque ils doivent être soumis aux mêmes règles.

Au lieu de la fortune de quelques-uns, ils gèrent la fortune de tout le monde. Plus l'intérêt qui leur est confié est considérable, plus ils doivent être responsables; mais plus ils sont responsables, plus ils doivent être libres d'agir. Est-ce ainsi que les choses se passent?

Un cabinet vient d'être constitué, il se présente devant les Chambres, il expose son programme, et un ordre du jour de confiance est voté à une. Oui, si on lui en. Les députés sont déjà en campagne ils font le siège en règle des différents ministères. Chacun veut intervenir dans l'administration de son département c'est un chemin à ouvrir, une école à construire, un fonctionnaire à révoquer, un autre à faire avancer, autant d'affaires qui ne souffrent pas vingt-quatre heures de retard.

On me dit que les luttes d'intluence, les conflits de pouvoir sont de tous les temps je le crois mais je crois aussi qu'un cabinet pouvait se défendre plus facilement quand il avait devant lui des partis organisés, qu'il ne le peut au milieu le groupes sans consistance.

Si le régime parlementaire fonctionne de façon normale, le ministère qui a mécontenté deux ou trois députés n'a mécontenté que deux ou trois individus la majorité qui l'a porté au pouvoir conserve sa cohésion; les mécontents eux-mêmes, dans un parti bien discipliné, hésitent à se séparer de leurs collègues. Mais s'il n'y a plus dans le parlement que des groupes, deux ou trois mécontents, appartenant à des groupes.

Ainsi, le danger de la confusion des pouvoirs est d'autant plus grand que les partis politiques sont plus désorganisés. Ceci n'est pas un pamphlet; mais j'écris ce que tout Je monde voit, ce que tout le monde dit. Un député, aujourd'hui, est l'homme le plus puissant de son département.

Cd pour maigrir avis zeitung n'a jamais pris la parole en séance publique, n'a jamais fait travail utile dans une commission, sans autorité au Palais-Bourbon, simple machine à voter, qui, une fois rentré chez lui, devient un personnage.

Il tient le préfet en échec. Tout agent de l'administration, petit ou grand, doit compter avec lui. Il fera révoquer, suivant son bon plaisir, un garde champêtre ou un trésorier général.

Un député se mêle de tout, et même de ce qui ne le regarde pas. Je ne suis rien, citoyen obscur, payant réguliërementmes contributions donnez-moi la protection d'un. Si c'est un sénateur qui me protège, tout au plus serai-je nommé ofticier d'académie.

Et cependant ce sénateur sera un homme qui a rendu des services publics savant, avocat, écrivain, médecin, manufacturier, il aura honoré sa profession; républicain de la veille, il aura vingt ans combattu pour les idées libérales au prix de son repos et de sa fortune. Ht ce député? Peut-être un inconnu, homme du lendemain, et qui ne serait rien s'il n'était député. Tout se fait à i'aris, par le député autant que par le ministre.

Ln préfet s'aperçoit qu'une main cachée paralyse son action c'est le député. Un chef de bureau apprend qu'il est mal noté et que tout espoir d'avancer lui est interdit encore le député. Un maître d'école est éloigné de la commune où il avait famille, amitiés, habitudes toujours le député. La politique fausse tous. L'intérêt électoral devient le grand ressort de la vie publique. Le fonctionnaire s'appuie sur le député, et le député sur le fonctionnaire.

Qu'en résultet-il? Je souhaite que cette peinture vous paraisse forcée; mais elle pourra bientôt vous sembler trop faible, si l'on ne met un terme à la con. Voici un dernier trait qui caractérise le gouvernement des majorités partout où le nombre est souverain, on voit se former une classe d'hommes qui fait de la politique sa profession et sa chose. La seule condition pour être élu étant d'obtenir la moitié plus un des suffrages, tout citoyen se croit apte aux fonctions et aux magistratures publiques les groupes se substituant aux partis politiques, un homme de facultés moyennes, qui se serait éclipsé dans un.

Toutes ces causes réunies font que, pour quelquesuns, la politique devient une carrière. A première vue, ceci n'a rien de contraire à l'intérêt public. Pourquoi n'y aurait-H pas des spécialistes en politique, comme dans toutes les autres branches de l'activité humaine?

Sans doute le politicien se sera préparé à la vie publique, comme tout homme se prépare à la profession qu'il a choisie; il aura commencé par recevoir une éducation libérale; ensuite, voulant connaître les lois de son pays, il aura pris ses degrés dans une école de droit il se sera mis au courant des questions économiques et financières; il aura fait de l'histoire une étude.

Le portrait est-il ressemblant, et quel est cet homme-là? C'est l'homme politique, direz-vous. Oui mais le politicien n'est pas l'homme politique. Il n'a pas besoin d'études, car sa seule étude est de plaire à la majorité il n'a pas besoin de principes, car son seul principe est que la moitié plus un a toujours raison. Il ne sait pas, il est vrai, l'art de conduire la foule; mais il sait l'art, autrement difficile, de lui être toujours.

Les républiques de l'antiquité ont souffert comme nous de l'influence des politiciens nous nous plaignons qu'ils aient pris trop d'empire; ils étaient autrement puissants à Athènes, et autrement redoutables.

Rappelez-vous qu'Aristophane, n'ayant pas trouvé un comédien pour jouer le rôle de Cléon, pas un artisan pour en fabriquer le masque, fut obligé de monter sur la scène, le visage barbouillé de lie, et de représenter lui-même le principal personnage de sa pièce. On paraît croire quelquefois que le politicien est un produit tout moderne, d'importation américaine; rien de plus faux.

Le politicien est un phénomène naturel en tout temps, en tout lieu, il pousse dans les démocraties comme un champignon parasite. Ce qui est peut-être le propre de notre temps et de notre pays, c'est que la classe des politiciens y est organisée.

Elle a sa hiérarchie. Par les comités électoraux, l'armée des politiciens se tient les coudes; elle va le victoire en victoire, et se prépare, si nous n'y prenons garde, à s'emparer de la république. Une sont ces comités éiectoraux? Doutant plus forts qu'ils n'ont dc comptes à rendre qu'à eux-mêmes, i! Il semble que si le principe de l'élection ait quelque part une application légitime, ce soit ici on concevrait chaque groupe d'électeurs nommant un dé! Est-ce la ce que nous voyons?

Un comité se forme, on ne sait comment; on ne le connaît pas, et on ne connaît pas davantage ses candidats, Il n'importe; un incunnu, patronné par cinquante Inconnus, n'est plus un Inconnu. On parle tes merveilles de notre temps, du téléphone et de la lampe Edison je ne connais pas, pour moi.

Ils ne sont rien, et de rien ils font quelque chose. Sans eux, les politiciens ne seraient que des individualités isolées; grâce à eux, ils sont légion. La variété est infinie dans le monde des politiciens il Y a le politicien homme d'affaires, le politicien orateur, le politicien silencieux, le solennel, le familier. Celui-ci est président d'un comité électoral, et ne veut pas être autre chose. Ancien avoué, commerçant retiré, fonctionnaire ou rentier, il vivait tranquille dans sa petite ville un beau matin, les facultés politiques qui sommeillaient en lui se sont réveillées subitement; il a réuni quelques amis et constitué un comité.

Depuis ce jour, on compte avec lui. Dans son parti, on l'encense on le ménage dans le parti contraire. Laissant à d'autres l'apparence du pouvoir, il en a la réalité.

Rides with strangers end 2014 peut décider de la victoire ou de la défaite d'un candidat, car il est un des grands électeurs de la république. Plus sa. H se forme ainsi une cour de solliciteurs et d'obligés. Ne vous est-il jamais arrive, vouspromenantdans les rues de quoique souspréfecture, de croiser un personnage à qui tous les passants ôtent enr chapeau, et de demander Est-ce un député?

Mieux qu'un député. Leur autorité grandit d'année en année. Il y a encore quelques hommes qui s'imposent par l'éclat du nom et des services rendus; mais combien, dans tous les partis, qui ne doivent leur élection qu'à l'appui d'un comité! Ou est la source du mai? Dans i'incurie des électeurs. Chacun s'occupe de ses affaires ou de ses plaisirs; on ne se connaît plus, on n'a plus d'idées communes. Beaucoup d'hommes raisonnent le mieux du monde; mais ils se contentent d'exposer leurs idées en famille, au coin du feu.

Nous avons la liberté de la presse où est le bourgeois qui songe à prendre une plume et à adresser une lettre à un journal? Nous avons la liberté de réunion en profitons-nous pour organiser des conférences, des meetings, une propagande par la parole sous quelque forme que ce soit? Nun; on s'habitue de plus en plus à cette idée qu'il faut laisser la politique aux politiciens, comme la médecine aux médecins.

Quand la période électorale est ouverte, les murs se couvrent d'affiches de toutes les couleurs; chaque comité a son programme opportuniste ou radical, conservateur ou socialiste. L'électeur se décide d'après l'étiquette. Il suffit; et l'éiecteur vote délibérément pour un inconnu, quand il vote. Le mal est grand on peut se demander comment il n'est pas plus grand encore. C'est que l'organisation des comités n'est pas parfaite. Laissez faire, continuez de vous désintéresser de la chose publique, et bientôt l'organisation sera achevée.

Les comités d'arrondissement relèveront d'un comité départemental; les comités départementaux recevront le mot d'ordre d'un comité central; quelques centaines d'individus dresseront la liste des candidats pour le pays tout entier. A ors sera réalisé ce paradoxe le suffrage universel gouvernant la France, et une minorité gouvernant le suffrage universel. Avec l'avènement, de la classe des politiciens, le niveau tend à s'abaisser dans les asscmbJeesétues. On assiste à une transformation.

Peu à peu, les comités sont amenés à rechercher non le candidat le plus compétent, mais le plus docile. Les grands électeursontrédigéunprogramme l'homme politique le discute et quelquefois le déchire; le vrai politicien est toujours prêt à le signer. Plus les comités électoraux sont puissants, moins les candidats indépendants ont chance de réussir.

Gea scholl Dr nere step soft 37 tg pelle chaussures c582djxvp51990-Chaussons

A chaque élection, on voit diminuer le nombre des hommes que recommandaient leur passé, leur savoir, leur expérience des affaires: des hommes nouveaux les remplacent, qui n'ont parfois d'autre titre que d'avoir accepté un programme chimérique. Il fut un temps où Paris était représenté par des écrivains, des avocats, des professeurs, des hommes d'État célèbres dans toute l'Europe prenez aujourd'hui la liste des députés de la Seine trois noms sur quatre n'ont, jamais franchi les fortifications.

Direz-vous qu'on peut être un très bon député sans être un homme illustre, et qu'un parlement n'est point une académie? J'en demeure d'accord; mais il. Supposez le triomphe complet des politiciens: représentez-vous une Chambre où ne se trouverait ni un savant, ni un lettré, ni un militaire, ni un jurisconsulte, ni un financier, ni un ingénieur; figurex-vous cinq cents députés ayant fait de la politique une carrière, étrangers à toute profession, enrégimentés par les comités, asservis pimp my ride honda civic leur programme il n'y aurait, dans une telle assemblée, ni connaissances techniques, ni idées générales, et les questions qui importent le plus au pays n' seraient plus discutées qu'au point de vue d'un intérêt électoral.

Vous n'en sommes pas ta: mais il n'est que temps de dire tout haut ce que beaucoup disent tout bas. J'entends dire souvent: Ce n'est pas à nous, démocrates, de critiquer la démocratie. Et qui donc tentera de l'améliorer, qui la sauvera d'elle-même, si ceux qui l'aiment de toutes leurs forces n'osent lui dire la véri té? EIle n'est pas incapable del'entendre: depuis dix ans, chaque fois qu'un ministre républicain a parlé un langage ferme et courageux, il a trouvé un écho dans l'opinion publique.

Nous disons que le suffrage universel est changeant que faisons-nous pour le fixer? Il ne s'agit pas d'apprendre aux électeurs à lire et à écrire; II s'agit de faire leur éducation politique par la discussion de.

Les modérés se plaignent qu'on les écarte de la république ils s'en écartent bien eux-mêmes, tantôt par leur faiblesse, tantôt par leurs préjugés. Les uns n'ont pas l'énergie de défendre publiquement les idées qu'ils croient vraies, de se séparer au besoin de leurs amis, de s'exposer à la critique ou à l'injure. Les autres, par leur éducation, par leurs habitudes d'esprit, sont, comme des étrangers dans cette démocratie qui transforme la vie privée en même temps que la vie publique. H y a en Franco toute une classe d'hommes instruits, indépendants, respectés par leur entourage, aimant sincèrement leur pays, a qui une légitime influence semhtait réservée, et qui par leur faute ont perdu toute autorité ceux a, reculant devant les agitations de la place publique, craignant de se compromettre ou de se commettre, moitié par scepticisme, moitié par timidité, se retranchent derrière le mur de la vie privée, Indifférents a toute politique pourvu que l'ordre regue dans la rue ceux-ci.

Comme on s'abstient de voter, on s'abstient d'entrer dans un comité ou d'accepter une candidature. II est vrai qu'on avait pensé à moi, mais j'ai refusé.

Avec ton expérience des affaires tu aurais pu être utile. Un autre fera aussi bien que moi. Cela n'est pas certain; mais pourquoi. N'y sonic riders zero gravity mp3 pus d'autre raison? Eil quoi vous serez battu à. Dans tous les partis, les plus modérés sont les plus indifférents. Ils disent Que pouvonsnous faire? Je réponds Tout, excepté de vous abstenir.

Il en est de la politique comme de la charité pour combattre la misère, il faut que chacun paye de sa bourse pour éclairer le suffrage universel, il faut que chacun paye de sa personne. Nous trouvons que les politiciens élèvent trop la voix dans la république nous oublions qu'on les entend d'autant mieux que nous restons silencieux. Sous un gouvernement libre, tout homme qui a quelque chose à dire et qui ne le dit pas est coupable.

De ce côté-ci de l'Atlantique comme de l'autre, c'est l'indifférence des électeurs qui fait la force des politiciens. Des hommes qui seraient capables de g'érer les affaires publiques se plaignent que la majorité les a abandonnés, et ils s'abandonnent eux-mêmes. Pour moi, toutes les fois qu'on me signalera les erreurs ou les fautes de la majorité, j'accuserai la minorité qui déserte la lutte.

En résumé, le gouvernement, des majorités se reconnaît à certains caractères qui sont les mêmes dans tous les pays et à toutes les époques. C'est d'abord la confusion qui s'établit dans les esprits entre le bien public et le bien du grand nombre; d'où, une tendance à sacrifier les intérêts collectifs aux intérêts particuliers, les intérêts futurs aux intérêts présents.

L'axe de la politique, si l'on peut ainsi parler, se déplace les traditions sont abandonnées, les idées générales deviennent suspectes. Les partis, n'ayant plus de principes, n'ont plus de cohésion; ils se divisent, s'émiotteut, et on voit se former des groupes de plus en plus nombreux.

Un gouvernement qui s'appuie non plus sur un parti politique plus ou moins fortement organisé, mais sur des groupes sans direction et sans discipline, est à la merci d'une majorité de hasard.

L'instabilité minis. On change les lois comme on change les hommes. Dans ce perpétuel va-et-vient, chacun peut espérer de réussir à son heure, la porte est ouverte à toutes les ambitions, la politique devient une carrière alors apparaissent ceux qu'on nommait à Athènes les démagogues, ceux qu'on nomme à New-York les politiciens.

Peu à peu, la masse des citoyens se désintéresse de la chose publique. On veut l'ordre, la stabilité, et on est prêt à accepter tout gouvernement qui donnera la stabilité et l'ordre.

On arrive insensiblement à l'indifférence en matière politique c'est l'écueil où la démocratie est menacée de sombrer.

On dit que e suffrage universel est la pre. Nous n'avons pas besoin de traverser ['Atlantique pour constater le mouvement qui porte les sociétés modernes vers Je suffrage uni verse! Je suffrage universet nomme le Reichstag; en Suisse, il nomme o Conseil national; en Espagne, on a abaissé le cens électoral et admis l'adjonction des capacités: en Itaiie. C'est un fait. D'autres peuvent le déplorer; pour moi, j'y vois un progrès, et je crois que le droit de vote accordé a chaque citoyen est précisément le s!

Mais s'ensuit-H que tout soit. La grande loi de l'évolution est vraie ici. Et de même, le régime partementaire doit se transformer. Il se transforme déjà: au lieu d'un roi héréditaire, voici un président élu au lieu d'une Pairie a vie, un Sénat à temps: au lieu d'une Chambre nommée par certaines catégories de citoyens, une Chambre nommée par tout le monde.

Aux EtatsUnis, les changements sont encore plus profonds que chez nous la Constitution de a si profondément modifié le type primitif du régime parlementaire qu'il nous est impossibte do le reconnaître.

Dans les autres républiques de l'Amérique ou l'on retrouve un chef du pouvoir exécutif, une Chambre haute et une Chambre basse, ces trois rouages essentiels du système représentatif fonctionnent dans des conditions différentes suivant les États. C'est partout la même loi les institutions, comme les individus, s'adaptant aux milieux. Comment organiser le suffrage universel. Comment modifier le régime parlementaire.

La question est actuelle. Elle intéresse tout bon citoyen. Des hommes éminents l'ont traitée je me servirai de leurs travaux; je chercherai en même temps, dans les lois constitutionnelles de divers peuples. Je suppose qu'unvoyageur vous ait conté qu'il existe quoique part une tribu dont les membres se réunissent, à Je certains jours, pour décider de leurs intérêts communs. Chaque membre le la tribu prend un petit morceau d'écorce. L'opération terminée, les morceaux d'écorce marqués de bien sont mis à part et comptés avec soin quant aux morceaux mar.

D'autres fois, au contraire, c'est les rouges qui seuls sont comptés, et les bleus détruits. Vous vous écriez Voilà qui est absurde! Prenez garde cette tribu, c'est nous; cette loi qui vous semble absurde, c'est la nôtre. On nous dit que nous avons le suffrage universel, et nous n'avons que le suffrage des majorités. Quand les bleus sont les plus nombreux, les rouges comptent pour zéro; quand les rouges triomphent, on annule les bleus. Nous voyons des circonscriptions électorales partagées par moitié entre deux opinions contraires l'équité, le bon sens voudraient que ces deux opinions fussent à peu près également représentées; mais l'esprit simpliste ne l'entend pas ainsi.

Aujourd'hui, dans tel département, les libéraux l'emportent de quelques centaines de voix il suffit pour que les conservateurs n'aient pas un seul représentant. Demain, ce sera le tour des conservateurs, et les libéraux seront condamnés au silence. La moitié plus un est tout, et rien la moitié moins un.

Démocrate, je dis que nous n'avons de la démocratie que le nom. Quand le pouvoir est dans une fraction, que la minorité opprime la majorité ou que la majorité opprime la minorité, on ne peut pas dire que c'est Je peuple qui gouverne. Mais s'ensuitil que la minorité n'en doive pas avoir du tout?

C'est pourtant ce qui arrive. Le représentant élu est celui de la majorité, et le vote de la minorité se trouve n'avoir pas plus de valeur, l'élection faite, que si la minorité n'existait pas.

Or, que le plus grand nombre l'emporte sur le plus petit, soit; mais le plus petit nombre doit-il être compté pour rien, absolument pour rien? Il est des cas ou la majorité n'est que la minorité plus un, et la minorité la majorité moins un; prétcndra-t-on qu'il suffit d'une voix de différence pour faire que l'une des deux fractions soit le peuple, et que l'autre soit le néant?.

Partout où la voix des minorités est étouffée, que dis-je? Notre système électoral, qui donne tout à la majorité, rien à la minorité, mérite-t-il le nom de suffrage universel? On consulte, il est vrai. Les Idées les plus justes. Les uns s'abstiennent irrités de leur impuissance, fatigués d'une lutte stérile, ils vont grossir la masse des indifférents.

Les autres, votant de mauvaise grâce pour des candidats qu'ils n'ont point choisis, se portent tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, suivant leur passion ou leur caprice. Ceci sans doute est mauvais ce qui est pire encore, c'est que deux minorités, n'ayant séparément rien à espérer, s'unissent entre elles; que des adversaires forment une coalition, contre toute vérité et toute moralité que des candidats puissent être élus au second tour de scrutin, qui, au premier tour, avaient à peine le quart des suffrages.

Ainsi, par l'impossibilité où se trouvent les minorités d'obtenir une représentation exacte de leurs opinions, le suffrage universel est faussé dans son principe. Les candidats, pas plus que les électeurs, n'ont à se louer de l'organisation actuelle du suffrage universel.

Dans la plupart des cas, ils doivent accepter un programme qui est au. Comme on ne peut former uuc majorité que par la réunio! Si, deuxpartis politiqucsétanten présence, chacun pouvait obtenir un chiffre de représentants en rapport avec son importance numérique, les candidats, soit de la majorité, soit de la minorité, auraient d'autant plus de chances d'être nommés qu'ils parleraient aux électeurs un langage plus net, plus précis.

Hk tax regime universel

Aujourd'hui, au contraire, on recherche les formules les plus générales, les plus vagues. La moyenne des candidats ne peut espérer de réussir que par un compromis les plus fermes, les plus indépendants sont ceux qui s'y prêtent le moins volontiers. Avec le système qui donne tout à la majorité et rien a la minorité, le corps électoral forme une masse flottante, sans cohé. Aujourd'hui, ]es vaincus du scrutin. Le système de la moitié plus un n'a même pas ce mérite.

Si le pays tout entier ne formait qu'un seul collège électoral, chaque citoyen inscrivant sur son. Mais, d'autre part, les électeurs se trouvaient répartis comme suit dans chacune des SI circonscriptions, électeurs ont voté pour A et pour B dans chacune des t9, au contraire, ont voté pour B et pour A. Le parti B, qui est battu, comptait adhérents le parti A, qui est vainqueur, n'en compte que Voici, non plus des raisonnements, mais des faits.

En t, dans le Lancashire, électeurs avaient à nommer trente-trois députés; votants n'obtenaient que onze représentants, et votants en obtenaient vingt-deux. Les statistiques électorales nous montrent des faits analogues en Amérique. Mais je ne veux pas fatiguer le lecteur par des chiures je ne citerai qu'un exemple, et c'est chez nous que je le prendrai. Aux élections générales desur électeurs, 31 se sont abstenus, 24 ont voté pour les. Si la Chambre représente vraiment la majorité des votants, il est évident que toute décision prise par l'unanimité de la Chambre sera conforme à la volonté de la majorité du pays; mais l'unani- mité est chose rare, et ce n'est qu'une majorité parlementaire plus ou moins forte qui fait les lois.

Or, si cette majorité parlementaire n'est que de quelques voix, comme nous le voyons souvent, que représente-t-elle? Quelquefois un tiers, quelquefois un quart des électeurs. La majorité de la majorité n'est, dans bien des cas, qu'une minorité c'est elle, cependant, qui votera les impôts, renversera les cabinets, décidera la paix ou la guerre.

Voilà le vrai vice de notre système électoral on veut que la majorité gouverne, et c'est une majorité factice. En apparence, les décisions du parlement sont l'expression de la volonté nationale; en réalité, ces décisions sont souvent contraires aux idées.

En t. Enc'est une loi sur l'instruction publique. Dans la seule annéetrois lois importantes sur la police, sur les patentes, sur la procédure criminelle, sont repoussées par le peuple. Les publicistes et les hommes d'État suisses sont frappés d'un désaccord de plus en plus marqué entre la majorité des Conseils et la majorité du peuple. Ernest Naville, peut provenir parfois de circonstances accidentelles; mais sa cause essentielle et permanente se trouve dans le système électoral.

Pour ne pas le reconnaître, il faudrait fermer les yeux à l'évidence. Les électeurs privés de représentants retrouvent l'exercice de leurs droits en un jour de plébiscite et s'ils partagent les vues d'une forte minorité des Conseils, le résultat démontre que les décisions prises l'étaientpar les représentantsd'unc minorité.

L'exemple delaSuisseestconcluant: il montre bien que, tant que le suffrage universel sera appliqué comme il l'est aujourd'hui on sera exposé à ce que la majorité du parlement ne représente pas la majorité du pays. Je ne veux pas rechercher si cette représentation profiterait aux uns ou aux autres je peux être aujourd'hui dans la majorité et demain dans la minorité, cela importe peu je ne plaide pas pour un parti, mais pour le suffrage universel lui-même. Admettez que, par un procédé quel qu'il soit, le groupe électoral le plus nombreux ne pouvant plus nommer seul tous les députés, un certain nombre de sièges soient réservés au groupe qui vient immédiatement après dans l'ordre numérique; et vous avez ce double résultat d'une part, les élus.

La question de la représentation des minorités est à l'ordre du jour dans plusieurs pays d'Europe et d'Amérique. On a écrit des rapports, des brochures, des volumes entiers sur la réforme électorale. Chez plus d'un peuple, a l'heure qu'il est, la réforme électo. Le moment sembla w. En France, nous posons la question électorale sous sa forme la plus simple quel est le parti le plus nombreux?

La réponse est facile; il suffit d'additionner les suffrages. Dans divers pays d'Europe et d'Amérique, les écrivains politiques, les hommes d'Etat, les parlements. Si l'on applique le principe de la moitié plus un, le groupe le plus nombreux nommera les cinq administrateurs etles autres associés n'auront aucune part dans la gestion des intérêts communs; ce qui ne serait pas équitable.

Il faut que la majorité ait le dernier mot dans les décisions à prendre, mais il importe que la minorité puisse faire entendre sa voix. Des gens d'affaires, sans passion, sans système, tomberont facilement d'accord que les différents intérêts doivent être représentés en raison de leur importance.

Ils diront cinq administrateurs pour cent associés, c'est un administrateur pour vingt. Simple opération d'arithmétique on divise par 8, c'est-à-dire le nombre des associés par le nombre des administrateurs; le quotient étant 20, on en conclut que chaque groupe de 20 associés a le droit de choisir un représentant chargé de défendre ses intérêts.

Voilà, en deux mots, le système de Hare, que Stuart Mil! On a re. Mais si Pierre est déjà élu, ma voix comptera à Jacques; si Pierre et Jacques sont élus, elle comptera a Jean; si les trois premiers candidats sont élus, elle comptera au quatrième, et ainsi de suite jusqu'au dernier. Je suis sur que ma voix sera toujours appliquée à l'un des candidats de mon choix, et quelle que soit l'application, je suis satisfait; en effet, on lit les noms dans l'ordre ou je les ai écrits, et ma voix ne compte à l'un des dix candidats qu'autant que ceux dont le nom précède le sien sont déjà élus.

J'ouvre la loi danoise. Voici comment les choses se passent. Chaque électeur écrit sur son bulletin autant de noms qu'H v a de députés à élire dans la circonscription. Au u dépouillement du scrutin, le président du bureau. Des qu'un candidat a obtenu un nombre de suffrages égat au quotient éjecterail est déclaré élu. A partir de ce moment, chaque fois qu'un bulletin porte en première ligne le nom dn candidat élu, le président du bureau biffe ce nom et lit celui qui se trouve en deuxième ligne.

Lorsqu'un second candidat a réuni le nombre nécessaire de voix, il est déclaré élu comme le premier, hi procède ainsi jusqu'à épuisement des bulletins.

Dans a pratique, tous les députés ne sont pas éfusa cette première lecture deshuNctins: les étcctious complémentaires se font immédiatement, par uu très suupie. La loi hrésifienne admet un second tour de scrutin. H est dressé une liste des candidats qui, après les élus, ont obtenu le plus de suffrages; cette liste comprend un nombre de noms double de celui des députés restant à élire, et les éfocteurs ne peuvent porter leurs voix sur d'autres candidats. Les élections comptémentaires se font à la majorité relative.

Je ne demande pas que nous adoptions le système du quotient éjectera ; mais avant de rechercher comment nous pourrions organiser chez nous ie droit de sutt'rago, i est bon de voir ce qui a été tenté chez d'autres peuples. Les expériences faites à l'étranger peuvent nous éctairer. En Angleterre, depuis ', tes conseils d'école sont élus par le vote accumulé: l'électeur inscrit un chiffre à côté du nom de chaque candidat, pour indiquer combien de suffrages il entend lui donner.

La législature de la Pensylvanle. Dans 'minois. Au système du quotient électoral, qui assure une représentation presque mathématique de toutes les opinions, on peut objecter qu'il aurait pour résultat, de diviser de plus en plus la représentation nationale, de rendre encore plus difficile la formation d'une majorité de gouvernement.

Au système du vote accumulé. Enfin, à un système comme à l'autre, au vote accumulé comme au quotient. Il est appliqué aux élections politiques chez trois peuples de race latine Italie. Espagne, Portugal.