Regime shift model qrm 400h

À ce stade, il faut rentrer la valeur du décalage en fréguence notée entre l'affichage du synthétiseur et celle du récepteur de référence. À l'aide de l'encodeur, afficher ce décalage au pas de Hz. En appuyant sur le bouton-poussoir "PAS", on choisit entre un décalage positif ou négatif. La mémorisation de la valeur choisie se fait en appuyant sur le bouton-poussoir "RIT".

Faire des essais en comparant avec le récepteur étalon ou un géné- rateur HF. Le décalage restera en mémoire et sera actif à cha- gue mise sous tension. Terminer en corrigeant avec CA2 pour être pile sur la bonne fréguence. C'est plus facile à faire gu'à expliguer L'important diamètre des tubes employés et la hauteur totale permettent une utilisation depuis la bande des m.

L'usage d'une radiofrequence visage ltd worksop de couplage est recommandé pour profiter au maximum de toutes les bandes HR Cependant, le ROS est inférieur à 1, sur plusieurs d'entre-elles, sans coupleur. Gamme de fréquences : 1 ,8 a 60 Mhk. Espace entre les fixations réglable sur mat de 50 mm max. Simple et performante. A essayer absolument! Sa conception particulière permet son utilisation de 1 ,5 à 30 MHz en continu émission et réception avec un ROS n'excédant pas avec boîte de couplage.

Ce type d'aérien est principalement utilise sur les bandes H F inférieures à 14 MHz par les militaires, administrations et entreprises privées en raison de sa facilité de mise en service, son transport aisé et son rendement La ITA TTFD est peu sensible aux parasites éiectriques et autres "bruits de fond" permettant ainsi une réception optimisée, surtout sur les bandes basses. L'Installation est possible à l'horizontale ou en "slopper' Fonctionne sans réglage, connecteur SO, Qfîll longueur : 22 m et puissance max.

Puissance : 1 kW PEP, corps en aluminium 50 mm de diamètre. C'est aussi un dipôle replié sur une résistance de charge non inductive. Le positionnement horizontal des "lignes de rayonnement" limite considérablement les effets du fading QSB. L'installation peut être horizontale, en "sloper" ou en V-Inversé. Le connecteur est du type SO Modèle : Quantité L'auteur, dans cette série d'articles consacrée aux VLF et grandes ondes, nous transmet sa passion pour l'écoute de ces bandes de fréquences Mode shift Hz Code Vites.

Trans à UTC Répét. Mod BP Hz Code vites. Des compléments ou rectificatifs seront les bienvenus. Un opérateur du ser- vice amateur est normale- ment un utilisateur compétent car il s'intéresse à la techni- que de la radioélectricité et se perfectionne dans le manie- ment de sa station radio. Un opérateur digne de ce nom soigne la qualité des signaux qu'il émet et fait les efforts nécessaires pour essayer de copier les signaux qu'il reçoit dans des conditions si pos- sible acceptables mais pas nécessairement confortables.

D'autres moyens non ama- teur sont à la disposition des adeptes de liaisons télépho- niques conviviales et sans difficulté. Mettre en oeuvre un amplifi- cateur, c'est-à-dire savoir le régler ainsi que l'émetteur qui le précède et savoir l'uti- liser en fonction des circons- tances, est le minimum requis pour un opérateur conscien- cieux. Ce dernier est cons- cient qu'une station radio efficace est essentiellement constituée, et dans cet ordre d'importance, d'un opérateur, d'une antenne et d'un récep- La plupart des transceivers coiuiuerciaux destinés au ser- vice amateur ont une puissance HF de l'ordre de watts.

C'est déjà beaucoup. L'utilisation d'un amplificateur de puis- sance peut apporter parfois quelque bénéfice ou plus souvent de nombreuses nuisances, selon l'éducation de l'opérateur.

Savoir utiliser un amplificateur HF, donc un émetteur, puis essayer de comprendre comment il fonctionne et comment il peut être nuisible est une démarche importante vers une utilisation responsable. L'essentiel, en ce qui con- cerne l'émetteur, repose donc sur cette notion de "puis- sance suffisante", caractéris- tique étroitement liée non seulement aux autres élé- ments de la station évoqués ci-dessus mais aussi à ceux qui constituent la station contac- tée, opérateur inclus, et plus encore aux conditions de pro- pagation des ondes radioélec- triques, à un moment donné et sur une bande de fréquen- ces donnée.

Les performances d'une sta- tion de radiocommunication doivent être équilibrées, c'est- à-dire que d'une part la force des signaux qu'elle émet ne doit pas dépasser notable- ment la force de ceux qu'elle reçoit et d'autre part la puis- sance utilisée ne doit ni faire office de laissez-passer prio- MEGAHERTZ magazine ritaire "par la force", ni com- penser les incompétences de l'utilisateur ou de son corres- pondant.

PDF User Manual for Device and Web Application

Le pire en la matière est atteint lorsqu'un amplifi- cateur est mis en service pour combler, en émission seule- ment, le rendement insuf- fisant d'une antenne afin d'essayer de contacter un opérateur lui-même soit par- tiellement sourd, soit incom- pétent, en ayant choisi la mauvaise bande, au mauvais moment et peut-être aussi dans le mauvais mode.

Trop de puissance émise par rap- port aux possibilités de récep- tion, c'est à coup sûr la démonstration d'une incom- pétence, mais c'est aussi le moyen de perturber d'autres liaisons pourtant présentes au même moment mais qu'une antenne déficiente ne per- met pas de soupçonner. Bien entendu, dans d'autres cir- constances, un amplificateur de puissance peut parfois être utile. L'essentiel est de maî- triser les effets produits et cela ne peut réellement se faire correctement qu'en con- naissant le fonctionnement de l'appareil et les contraintes qui s'imposent afin d'éviter le plus possible de nuire aux autres utilisateurs du spectre radioélectrique.

Il s'agit en fait de produits d'intermodulation indésira- bles. Les termes "mous- taches" et "éclaboussures" sont parfois employés lors d'échanges par radio.

Cer- tes, ils sont imagés, mais seul le dernier se rapproche par- tiellement de la réalité tan- dis que le premier est issu du jargon approximatif des amateurs-radio issus de la CB à partir des années 80 et qui ont progressivement con- trefait quelques activités des radioamateurs officiels. Lorsque plusieurs utilisateurs de stations BLU se trouvent sur des fréquences voisines, différents effets de brouillage peuvent se produire, de manière indépendante ou simultanée.

Rappelons, au préalable, qu'un récepteur et un émetteur BLU con- tiennent l'un et l'autre des étages amplificateurs et des étages mélangeurs. Ces élé- ments modifient les signaux reçus ou transmis en les alté- rant le moins possible, à la condition toutefois que les limites de leurs possibilités soient respectées.

Une première déduction est facile à effectuer: toute gêne produite en réception BLU par une autre station transmet- - Octobre technique tant elle-même en BLU sur une fréquence voisine peut résulter soit de l'écart trop faible entre les deux sta- tions, même si la qualité des signaux est parfaite, soit de produits indésirables résul- tant d'un mauvais compor- tement de l'émetteur, soit enfin de produits indésira- bles résultant d'un mauvais comportement du récepteur lui-même, ce que l'on oublie trop souvent.

Bien entendu les trois phénomènes ci-des- sus peuvent être simultanés. Détaillons-les un peu plus: 1- Lorsque deux stations trans- mettant en BLU SSB sont sur des fréquences voisines, les signaux qu'elles produi- sent, même de manière par- faite, ont besoin d'un mini- mum de place environ 3 à 4 kHz. Par nature, cette occu- pation spectrale est identi- que quelle que soit la bande latérale choisie, BLI ou BLS LSB ou USBla seule dif- férence étant la position de cette occupation par rapport à la fréquence de référence affichée par l'appareil, posi- tion qui ne peut qu'être en dessous ou au-dessus de cette dernière.

Il est évident que si l'écart entre ces deux stations est inférieur à cette occupation spectrale, un chevauchement des informations est inévita- ble, sans botox pour cheveux k max xl empêcher totalement la compréhen- sion du message téléphoni- que si une partie suffisante des signaux de chacune reste inaltérée. Ceci est d'autant plus vrai que la qualité des signaux transmis est bonne, que la puissance utilisée est raison- nable, c'est-à-dire juste suffi- sante pour réaliser la liaison mais pas excessive, et que la modulation est peu ou pas comprimée.

Profitons d'ailleurs de ce sujet pour tordre le cou à un mythe issu, lui aussi, du monde des contrefacteurs évoqués précé- demment: le fait de pouvoir choisir la bande latérale uti- lisée ne change strictement rien au nombre de stations qui pourront se positionner dans une bande de fréquen- ces donnée puisque, dans tous les cas, l'occupation spectrale sera toujours celle de l'émis- sion considérée, indépendante de cette particularité de la BLU qui positionne les signaux produits soit au-dessus soit en dessous de la fréquence de référence.

Seule une diminu- tion de l'occupation spectrale de chaque émission peut per- mettre d'augmenter le nom- bre de stations présentes dans une bande de fréquence don- née.

Ceci passe d'abord, en l'état, par un respect des con- ditions techniques propres à produire un signal BLU de qua- lité et de puissance juste suf- fisante, sans plus, pour réa- liser la liaison, en attendant que d'autres modes télépho- niques moins gourmands en spectre soient développés et remplacent cette BLU vieillis- sante comme naguère elle remplaça la modulation d'am- plitude.

Ces signaux supplémentaires sont bien évidemment inutiles à la compréhension du mes- sage transmis et ils sont émis à proximité de la fréquence utilisée avec un niveau relatif et un écart de fréquence varia- ble.

Il peut s'agir de signaux indésirables qui ne seront infé- rieurs que de 10 à 30 dB du signal principal et situés sur le spectre avoisinant avec un écart pouvant atteindre plu- sieurs dizaines de kilohertz!

Un rapide calcul nous indique qu'un émetteur BLU de seu- lement W, saturé par un gain micro trop poussé et qui générerait des produits indésirables à - 10 dB, crée- rait les mêmes perturbations qu'une série d'émetteurs de 10W émettant simultanément sur des fréquences très voi- sines.

C'est largement suffi- sant pour être entendu loin et fort, c'est donc largement suf- fisant pour ennuyer beaucoup de monde. Le même émet- teur pollueur par nature ou à cause des erreurs de l'opé- rateursuivi d'un amplifica- teur de 1 kW, théoriquement linéaire et parfait, verra ses produits indésirables bénéfi- cier des lOdB de gain de l'amplifica- teur et ce seront cette fois l'équi- valent d'émissions d'une puissance de W qui occupe- ront le spectre inuti- lement tout autour de l'émission princi- pale de W par exemple.

Mais comme un amplificateur linéaire n'est jamais parfait, surtout s'il s'agit d'un modèle réalisé "à l'écono- mie", et encore plus lorsqu'il est utilisé par un opérateur aux compétences discutables, cet amplificateur "linéaire" que de nom, ajoutera ses propres pro- duits indésirables très fré- quemment de l'ordre de à - 15dB en dessous des signaux utilessoit à nou- veau 50 à W de "déchets" supplémentaires.

Remarque: un "bon amplificateur" pos- sède un niveau de produits indésirables d'intermodulation généralement meilleur que - 30dB, ce qui représente tout de même encore 1 W pour 1 kW de signal principal.

Le résultat produit par un tel groupement "émetteur -i- amplificateur", individuelle- ment mal réglés car trop "poussés", est catastrophique et la pratique est néanmoins de plus en plus comment prendre du poids en courant, bien souvent simplement dans le seul but de se voir gratifier d'un report glorieux, avec "des décibels au-dessus de 9", mais inutile à la réalisation de la liaison dans la plupart des cas.

Certes, les habitués de telles pratiques facilitent peut-être le confort de leurs correspon- dants, ils s'imposent néan- moins en force en voulant défendre "leur" fréquence qui pourtant ne leur est pas attri- buée, le tout au mépris des autres.

Programme minceur gratuit a imprimer mauvais fonctionnement découle du même phéno- mène: la non-linéarité des dif- férents étages du récepteur et de ce point de vue, certains appareils sont moins gâtés que d'autres.

Soumis à des signaux suffisamment puis- sants, même de qualité par- faite, situés sur des fréquen- ces différentes pas forcément voisines, ces récepteurs fabri- quent à tour de bras des signaux indésirables qui per- turbent l'écoute, et qui ne peuvent être imputés aux sta- tions transmettant sur des fréquences proches. Certes, lorsque ces stations arrêtent leurs transmissions, les pro- duits indésirables disparais- sent aussi, mais uniquement parce que le récepteur se trouve soulagé et cesse de fabriquer lui-même ses pro- pres nuisances.

Côté réception, il est néces- saire de désensibiliser le récepteur en atténuant les signaux à son entrée et en diminuant si possible le gain de ses étages intermédiaires. C'est toutefois une solution imparfaite, car c'est au détri- ment des signaux très faibles, et c'est bien là le problème principal des récepteurs déca- métriques pour radioama- teurs. La diversité des signaux à écouter impose des perfor- mances de haut niveau en matière de dynamique d'in- termodulation, tout en con- servant la sensibilité maxi- mum et une bande passante suffisamment large, au moins en BLU.

Ceci n'est obtenu que sur très peu d'appareils. Essentiellement en évitant de saturer les différents étages de l'émetteur. Pratiquement, cela consiste à ne jamais dépasser la limite de linéa- rité de tous les étages con- cernés.

S'il s'agit de matériel commercial en bon état de fonctionnement, il suffit sim- plement de respecter scrupu- leusement les spécifications du constructeur et de ne pas chercher à atteindre la puis- sance maximum de sortie coûte que coûte. Et cela com- mence par le réglage du gain micro, en BLU. Il est important de remar- quer qu'en matière de puis- sance HF en BLU, il est nor- mal d'observer une puissance moyenne, lorsque l'on parle, très inférieure à celle obser- vée lors d'un "tune" ou d'un "coup de sifflet" effectué sur une charge non rayonnantesurtout dans le cas d'une mesure en ligne avec un watt- mètre ordinaire.

La BLU est une modulation d'amplitude - le niveau du signal varie - et il est normal que la puissance "moyenne" soit bien infé- rieure à la puissance crête. De nombreux opérateurs s'ef- forcent pourtant, à tort, de s'opposer à cela en poussant le gain micro et la compres- sion de leur modulation à des niveaux totalement incompa- tibles avec un fonctionne- ment correct de leur émet- teur.

Ce qui revient à dire qu'il est normal de voir l'aiguille du wattmètre s'agi- ter entre 5 et 35 W, mais pas plus, lorsque l'émetteur est de watts.

Tenter de s'approcher ne serait-ce que des 70 watts de manière plus ou moins constante ne pourrait être obtenu que d'une part, par un gain micro bien trop poussé, donc avec une satu- ration très néfaste des éta- ges devant pourtant fonction- ner de manière linéaire, et d'autre part, par une com- pression largement excessive de la dynamique de modula- tion, c'est-à-dire en anéantis- sant le régime très variable de l'amplitude de la modula- tion.

Une telle pratique est au détriment de la cohabita- tion des signaux émis sur des fréquences voisines et de la longévité de l'émetteur lui- même puisque la puissance de sortie de ce dernier tend vers un régime constant alors qu'il a été très certainement calculé pour un régime varia- ble moins contraignant. Nous aurions pu commencer par là, s'il n'était question que de BLU.

Un étage est dit linéaire lorsque les signaux qu'il traite voient leur ampli- tude changer sans que leur forme soit modifiée.

Sur le plan spectral, un dispositif parfaitement linéaire ne pro- duit aucun signal indésirable. Un émetteur BLU est un dis- positif qui doit être linéaire depuis la prise micro jusqu'à la prise d'antenne. Injecter trop de signal à un niveau quelconque - y compris la prise micro - est source de non-linéarité donc de pro- duction de produits indésira- bles. Dans une installation de radioamateur composée d'un émetteur et d'un ampli- ficateur, l'opérateur est res- ponsable d'au moins deux réglages potentiellement dan- gereux pour la qualité des signaux produits: le gain micro et le niveau de la puis- sance fournie à l'amplifica- teur par l'émetteur.

Sommairement, la linéarité d'un étage amplificateur peut s'exprimer sous forme d'une relation entre la puissance fournie à l'entrée et la puis- sance restituée à la sortie, et c'est une fonction linéaire qui matérialise un gain constant.

Par exemple, 10W à l'entrée de notre ampli HF imaginaire permettent d'obtenir 40 W en sortie, soit 4 fois plus. Avec 20W en entrée, nous obte- nons 80 W, avec W nous obtenons W, soit, dans tous les cas, quatre fois plus de puissance. Mais si nous excitons l'ampli avec W, nous constatons que nous dis- posons seulement de W en sortie, soit seulement 3,8 fois plus.

Avec W, nous récupérons W, soit main- tenant 3,6 fois plus. Ce petit procédé con- siste à mesurer une tension proportionnelle à la puissance disponible en sortie d'émet- teur donc d'amplificateur et à piloter une réduction de la puissance disponible en amont afin de diminuer une excitation qui devient trop généreuse.

Dans notre exem- ple ci-dessus, il apparaîtrait une tension dite d'ALC, donc "de commande de frein" des étages précédents, à partir d'une puissance de sortie de W puisqu'au-delà la non-linéarité de l'amplifica- teur se manifeste. L'appari- tion de cette tension est géné- ralement matérialisée par un affichage sur la face avant - au moins des transceivers - - Octobre technique et on comprendra facilement que le mieux consiste à ne pas mettre en oeuvre TALC, tout en s'approchant de ce seuil le plus possible, si l'on souhaite atteindre la puissance de sor- tie maximum sans produire trop de signaux indésirables.

En ce qui concerne les amplifi- cateurs linéaires autonomes, la plupart disposent d'un cir- cuit d'ALC qu'il est préférable de connecter à la prise adé- quate, et qui existe très cer- tainement, de l'émetteur qui leur est relié. Ensuite, il est nécessaire de s'assurer que l'étalonnage de la tension d'ALC fournie par l'amplifica- teur est correctement ajus- tée: elle ne doit apparaître que pour des puissances supé- rieures à celle que l'on consi- dère comme représentant la limite de linéarité.

Enfin, il faut vérifier que la tension alors injectée dans l'émetteur transceiver est de polarité correcte et de niveau adapté pour faire bais- ser la puissance de sortie de ce dernier, car c'est bien cela que l'on souhaite obtenir: que l'émetteur réduise automati- quement sa puissance de sor- tie afin que l'ampli ne soit jamais, si possible, saturé.

Rien n'oblige d'ailleurs à utili- ser un tel système si l'opéra- teur maîtrise son matériel. En effet, si ce dernier s'efforce de ne pas produire plus de puissance que nécessaire au niveau de son transceiver, y compris et surtout lors des crêtes de modulation, l'utilisa- tion d'un système automati- que peut être évitée.

En BLU, les plus gros dégâts sont produits par des régla- ges d'émetteurs inappropriés effectués par des utilisateurs insuffisamment cultivés. Le radioamateurisme est une activité qui a pour objet l'ins- truction individuelle. L'attribu- tion d'une licence permettant d'émettre est normalement la reconnaissance d'un mini- mum de compétences et d'un minimum de responsabilité. C'est aussi la porte ouverte vers une culture qui devrait normalement progresser jour après jour.

Ce n'est en aucun cas une fin en soi, un droit absolu au trafic radio ou une tolérance à l'incompétence. À défaut d'être vraiment radioamateur dans sa prati- que, un utilisateur de matériel commercial néanmoins titu- laire d'une licence l'autorisant à émettre se doit de respec- ter scrupuleusement les con- signes établies par le cons- tructeur des divers appareils qu'il utilise.

Si, de surcroît, il est de bonne volonté, il s'ef- forcera de porter toute son attention, lorsqu'il émet, à la qualité de ses signaux. Cette puissance se mesure normalement avec un géné- rateur deux tons qui rem- place le microphone. À défaut, l'évaluation de la puis- sance maximum produite par une seule tonalité peut four- nir une indication acceptable pour un amateur. En aucun cas non plus, l'éven- tuel préamplificateur pou- vant équiper un microphone de table ne sera poussé au- delà de son réglage habi- tuel pour obtenir, là encore, une augmentation de la puissance affichée par le wattmètre.

Préamplificateur microphonique et gain micro du transceiver ont la même fonction: fournir le niveau suffisant de signal BF à l'émetteur BLU en fonction de la puissance des sons captés par le microphone, mais pas plus.

Toute aug- mentation du niveau de l'un des réglages doit être com- pensée par la diminution de l'autre afin de ne pas fournir à l'émetteur plus de signal BF que nécessaire. Aller au-delà pour gagner quelques watts de plus est la garantie de produire des signaux indésirables.

Passer ensuite sur une antenne réelle n'ap- pelle aucune modification des réglages. Si l'on doit retenir une seule chose au sujet d'une émis- sion en BLU, c'est que celle-ci met en oeuvre des signaux dont les formes et compor- tements sont très similaires à ceux qui existent dans une chaîne haute-fidélité. La linéa- rité des dispositifs utilisés est primordiale. Il est surprenant de constater que des radio- amateurs, par nature inté- ressés à l'électronique, puis- sent négliger de surveiller la qualité des signaux qu'ils émettent alors qu'ils sont, par exemple, la plupart du temps pointilleux en matière de reproduction musicale.

Peut- être est-ce le résultat de l'ab- sence de moyens de contrôle adaptés dans leur station. Pourtant, "voir" de la BLU est possible et n'est pas réservé aux laboratoires. Il suffit sim- plement de changer quelques priorités dans l'équipement de la station. À suivre La suite de cet article abor- dera la description technique d'un annpiificateur HF. L'un et l'autre surveillent leurs émissions et regardent la forme des signaux qu'ils produisent.

Photos rvon coniractuelies. PuPiiciîé vaioDie pour le mois de porudori. Prix eirprimés en euros. Sauf erreur lypogrophique. Ces logiciels sont des freewares et peuvent être téléchargés sur internet aux URL indiquées dans l'article. Pour chacun d'entre eux, l'installation est sans souci. Ils sont proposés en allemand et en anglais. Nous avons téléchargé et essayé rapidement les logiciels décrits ci-après.

Prenant en compte tous les types de tores, y compris les bobinages réalisés sur air, il permettra également de faciliter leur identification. En bonus, une option du programme permet de déterminer la résistance d'une longueur connue de fil de cuivre et un module de conversions simplifie le passage des unités US aux unités métriques; les jauges AWG n'auront plus de secret pour vous!

Prévu pour Windows 9x ou XT, il existe également une version, moins élaborée, tournant sous Win- dows 3. Au démarrage, l'écran présente les diverses options sous forme d'onglets.

On notera également la qualité du fichier "Help", en anglais, qui constitue une véritable mine d'informations complémen- taires Ce logiciel est un bon complément à l'article sur les tores, sat gob mx regimen de incorporacion fiscal preguntas frecuentes dans nos colonnes par H. Mais ce n'est pas tout, le programme de DL5SWB dispose de plusieurs onglets qui effectuent des conversions dans tous les sens.

Rapport de puissances représenté par n dB, champs loin- tains, pertes dues au ROS, pertes dans un câble coaxial, con- versions diverses, etc. Sans oublier le fichier "Help" qui, là encore, offre un grand nom- bre d'informations.

À glisser impérativement dans le dossier "utilitaires radio" de votre PC! Ce petit logiciel permet d'introduire, d'un clic de souris, les dif- férentes couleurs d'une résistance, de 3 à 6 bagues valeur, multiplicateur, tolérance et coefficient de température.

Il interprète donc les résistances de précision, devant lesquel- les on hésite parfois un peu. Son fichier d'aide est égale- ment un complément d'information Un autre programme de code des couleurs, penserez-vous? Oui, mais celui-ci est bien fait, facile à utiliser Considérant que l'horloge de votre PC est parfaitement à l'heure à vous de le vérifierle logiciel fait appa- raître en vert, sur la carte mondiale, l'in- dicatif de la balise supposée en train de transmettre.

En haut de l'écran, l'indica- tif et l'heure apparaissent en gros carac- tères. L'utilisateur a juste une chose à faire: sélectionner, au moyen d'un "bou- ton radio", la fréquence sur laquelle il écoute les balises Cette version, baptisée "Propagation Wizard" fonctionne sous Windows et permet, vous l'avez deviné, d'estimer les conditions de propagation entre deux points. Aux traditionnelles fonctions de calcul de la MUE - Maximum Usable Frequency ou fréquence maxi- male utilisable - et à la disponibilité de circuits HF, s'ajoutent une fonction gra- phique et deux intéressants modules per- mettant de définir, bande par bande, le gain des antennes et les modes utilisés.

Figure 8 Modulation Editor 1. Apparaît alors l'écran tel gu'on peut le voir sur la figure 7. On peut apercevoir un bandeau de menus, des boutons déclenchant des actions et des champs à renseigner. Intéressons- nous à ces derniers. On trouve: - L'emplacement d'émission, à sélectionner dans une liste gue l'on peut compléter. Du lieu sont déduites les coordonnées géo- graphigues. Les données communes gui sont: la date, le nombre de taches solaires, le type de propagation pour l'onde de sol, le type de modulation, les marges gue l'on s'accorde en terme de rapport signal sur bruit.

Une fois ces paramètres renseignés, on peut procéder au calcul en cliguant sur la touche "Calculate". Après guelgues secondes, on voit s'afficher le diagramme représentant la MUF et les courbes correspondant aux tolérances gue l'on s'est accordées. Ce diagramme peut être affiché "plein écran".

On peut y lire les plages horaires permettant la liaison convoitée et les fréguen- ces possibles pour les niveaux de signal prédéfinis. Il est également possible d'obtenir une copie sur impri- mante. Sur cette sortie papier apparaîtront également les paramètres retenus côtés émission et réception. Figure 9 Propagation Wizard permet de sauvegarder les données gue l'on a définies pour les exploiter lors d'autres prévisions utilisant le même trajet. Rien ne vous interdit de "modéliser" une Levy ou votre 3 éléments tribande en entrant pour chague bande, le gain ou l'atté- nuationen fonction des angles d'élévation Plus vos données seront précises, meilleure sera la pré- vision obtenue.

Enfin, on peut également jouer sur la bande passante retenue pour le mode de trans- mission et les rapports signal sur bruit tolérés. Propagation Wizard est donc un outil de prédic- tion assez complet gui ne demande gu'à être essayé en entrant les données avec soin. Comme il est assez peu encombrant, vous les conserve- rez probablement sur votre disgue dur.

Assessing risk factors for dental caries a statistical modeling approach

Accès Wires. Accès IVires. R 67 - Mandelieu Cedex, tél. NORD: 9 rue de l'Alouette. Ainsi par exemple, de nombreux amateurs de par le monde ont signalé l'impossi- bilité d'avoir une information fiable au voisinage immédiat d'émetteurs de télévision. Il s'agissait de l'harmonique 3 de la porteuse TV qui tom- bait en plein sur la fréquence de réception du récepteur GPS. À côté de ces brouilla- ges involontaires, il en est qui sont recherchés. Une nou- velle industrie est en passe de voir le jour, visant à four- nir des appareils permettant d'affoler les récepteurs GPS se trouvant dans un rayon plus ou moins grand.

Tous les récepteurs du commerce disposent de filtres permet- tant de réduire les possi- bilités d'interférence mais leur efficacité est loin d'être parfaite. Il existe actuellement de nom- breuses activités intéressées par les brouilleurs.

Si vous êtes, par exemple, chauffeur routier et ne voulez pas que votre employeur puisse vous traquer à tout instant du jour et de la nuit, vous pouvez rechercher à vous en procu- rer un.

Si vous avez la charge de veiller à la sécurité d'un pays, vous pouvez être tenté d'installer des brouilleurs de grande puissance afin de rendre inopérant le système de guidage de nombreux missiles utilisant le GPS.

Si vous êtes un constructeur de récepteur GPS, vous aurez à coeur de faire en sorte que les récepteurs que vous ven- drez soient aussi insensibles que possible aux brouillages volontaires ou non et, pour ce faire, vous testerez vos récepteurs en présence de brouilleurs.

Une façon de ren- dre inopérant les systèmes antivol à base de GPS, dispo- nibles pour les véhicules haut de gamme, consiste à poser dans le véhicule un module brouilleur de volume à peine plus grand qu'un packet de cigarettes.

Cette liste est loin d'être exhaustive, autant dire qu'il y a beaucoup de gens intéressés par le brouillage des GPS. Brouiller un récepteur GPS est chose facile. Une porteuse puissante non modulée posi- tionnée sur la fréquence de réception 1 ,42 MHz per- met de faire réduire la sensi- bilité du récepteur par le cir- cuit de contrôle automatique du gain et de rendre la loca- lisation plus ou moins pro- blématique, les signaux GPS en provenance des satellites étant très fortement atté- nués.

Ce système très simpli- fié ne permet cependant pas d'avoir une grande portée, à moins de rayonner des puis- sances très importantes! De nom- breuses descriptions sont dis- ponibles dans la flume ride walibi technique ouverte. La plupart du temps, un circuit géné- rant la fréquence du mode L1 du GPS ,42 MHz est modulé par un signal totale- ment aléatoire s'étendant sur une bande de fréquences de l'ordre de 1 MHz.

La réalisa- tion d'un tel module est à la portée de n'importe quel amateur d'électronique. Ce n'est pas à un radioamateur que nous apprendrons com- ment réaliser un émetteur sur la bande 1,5 GHz. Pour ce qui est du signal de modu- lation aléatoire, c'est encore plus simple. Une simple diode zener constitue un généra- teur de bruit de choix, capa- ble de générer un signal par- tant des fréquences audio jusqu'à plus de MHz.

Il suffit de faire suivre cette diode d'un filtre laissant pas- ser du continu à 1 MHz et d'adjoindre un étage d'am- plification pour disposer du signal aléatoire recherché.

Ensuite, en fonction de la portée que vous voulez don- ner à votre brouilleur de GPS, vous devrez amplifier le signal jusqu'à la puissance désirée. Avec lOOmilliwatts, le rayon d'action se situe dans la gamme de la cen- taine de mètres et pour avoir un rayon d'action plus impor- tant, il faudra prévoir quel- ques watts. De nombreuses réalisations basées sur ce principe sont commerciali- sées de par le monde. Il existe divers raffinements au niveau du signal aléatoire, pour augmenter l'efficacité du brouillage, mais le prin- cipe reste le même.

Les premiers intéressés ont été les forces armées de nombreux pays, pour affoler - Octobre 1 - Un satellite GPS. L'inconvénient de tels brouilleurs est qu'ils sont facilement repérables. Les forces armées iraquiennes en avaient ainsi fait l'acqui- sition au début des années Ils n'ont pas été très efficaces lors du conflit qui les a opposés à la coalition anglo-américaine. Ils furent très rapidement localisés et détruits.

Ceci n'empêche pas de nombreuses firmes de continuer à proposer des gammes très vastes de brouilleurs allant de quelques milliwatts à plusieurs watts. Une société russe, basée à Moscou, Aviaconversiya Ltd. Ses brouilleurs haut de gamme ont des prix extrêmement compétitifs et coûtent bien moins cher que le missile qui éventuellement le détruira sur le terrain en cas de conflit armé.

Le modèle standard pèse 13 kg et sort une puissance de 4 watts sur les fréquen- ces utilisées par la constel- lation GPS. Avec une telle puissance, le rayon d'action au niveau brouillage peut atteindre km pour un récepteur embarqué à bord d'un missile.

Bien évidem- ment, plus le missile vole informations bas et plus le rayon d'action de ces brouilleurs est res- treint s'ils sont positionnés au niveau du sol, ce qui est le cas général. Plus la hau- teur relative du brouilleur sera grande et plus son rayon d'action sera impor- tant d'où l'intérêt de placer le brouilleur au sommet d'une montagne plutôt que dans le fond d'une vallée Les brouilleurs de GPS pour des utilisations non militaires ont des dimensions encore plus réduites.

Il est loin le temps où les détectives pri- vés, chargés des filatures, devaient développer des tré- sors d'ingéniosité pour ne pas se faire repérer par les personnes dont ils voulaient connaître les agissements ou les déplacements. Mainte- nant, il leur suffit d'acheter pour moins de euros un minuscule boîtier contenant un récepteur GPS couplé à un micro-émetteur diffusant dans un rayon de 1 km la posi- tion où se trouve le véhicu- le Pour un prix encore plus faible, la personne pensant pouvoir faire l'objet d'une filature pourra acheter un microbrouilleur bloquant la réception de tout signal GPS dans un rayon de quelques mètres et rendant totale- ment inopérant le module précédent.

Toute cette élec- tronique est commercialisée dans les mêmes boutiques qui commencent à fleurir sur internet. Pour terminer ce chapitre sur les différents brouilleurs de GPS disponibles actuelle- ment, on n'oubliera pas de mentionner les "brouilleurs de laboratoire" destinés à mettre au point des récep- teurs GPS aussi peu sensibles que possible aux brouilla- ges.

On peut définir la forme du signal aléatoire d'interfé- rence, l'étendue en fréquence du signal aléatoire étant ajus- table. L'appareil peut fonc- tionner en continu ou en mode impulsionnel. Son coût est bien sûr, comme tout appareil de laboratoire, beau- coup plus cher que celui des brouilleurs avoir du volume cheveux acajou guitare. Bien évidemment, les con- cepteurs de récepteurs GPS ont à coeur de rendre leurs produits aussi insensibles que possible aux interférences.

Différentes techniques sont mises en oeuvre, comme par exemple des filtres numéri- ques sophistiqués et adap- tatifs au type d'interférence.

Certains rendent leurs récep- teurs GPS sélectifs au niveau réception en les associant à des panneaux d'antennes permettant de pointer vers les satellites et d'annihiler les signaux en provenance du ou des brouilleurs. L'an- tenne patch, habituellement utilisée, est remplacée par un panneau en comportant plusieurs, le couplage étant effectué électroniquement.

Le diagramme de directivité est ajustable en fonction de la façon dont les signaux de chaque élément d'antenne sont combinés et il est pos- sible d'atténuer sélective- ment les signaux d'éventuels brouilleurs.

Les satellites GPS eux-mêmes ont été, au fil des ans, modifiés afin de les ren- dre moins sensibles à d'éven- tuelles intrusions. Que ce soit dans le domaine des récep- teurs ou des satellites, ça bouge dans le GPS! Fonction mesureur de champ à -5 dBm.

Sortie CI5 permettant d'accorder auto- matiquement un récepteur compatible sur la fréquence captu- rée uniquement analogique. Les valeurs d'amitié, de paix et communication, asso- ciées à la concrétisation de ce jumelage ont résonné en harmonie avec ma propre sensibilité de radioamateur F6ABN.

Utilisant les données infor- matigues des sites spéciali- sés du radioamateur QRZ, Callbook, etc. Les deux maires ont découvert Echolink. Faire mieux connaî- tre à nos élus ce gu'est l'acti- vité OM est nécessaire pour gue celle-ci soit mieux défen- due à l'avenir.

Ma participation à ce voyage était évidente. L'accueil fut chaleureux. J'ai passé la nuit du 24 au 25 juillet au local 5 - Le diplôme du jumelage. Avant le départ, à l'issue d'un pique-nique typique- ment navarrais "calderete", un superbe diplôme faisant mention de cet indicatif spé- cial m'a été offert. Il nous faut également pré- parer des projets radioama- teurs pour l'année prochaine car ce sera à nos amis espa- gnols de venir à Pompignac.

Initié par les OM d'outre-Atlantique, le but de cette opération est d'activer les navires-musées des cinq continents 84 recen- sés cette année et d'établir le plus possible de QSO avec les opérateurs et "muséum ship". Un diplôme est remis à toute station qui a contacté au moins 10 navires-musées. Comme l'année passée, dès l'ouverture, nous prenons l'as- censeur pour monter le maté- riel sur la terrasse de l'édifice et nous élever de 14 mètres. Contrairement aux navires de surface exposés, et qui dis- posent, tels le Colbert ou le Maillé-Brézé, de stations de radio opérationnelles, il ne nous est pas possible d'activer le Muséum Ship Event depuis le sous-marin lui-même.

Les mètres de béton armé qui constituent l'écluse fortifiée sont peu propices à de bonnes conditions de trafic radio L'installation des aériens commence sans tarder. Il en est autrement pour l'installation VHF. La météo n'est pas au beau fixe, la pluie menace, mais finalement le matériel est monté au sec.

Au final, tout rentre dans l'or- dre et les deux stations sont opérationnelles. Vu l'heure déjà avancée de la journée, nous commençons, F4CTV et moi-même à acti- ver la bande des 2 mètres en FM sur le relais du Mont des Alouettes, puis sur le R3 de la forêt de Brocéliande. Les quelques QSO effectués sur ces fréquences sont tout à fait cordiaux et les OM et YL rencontrés paraissent satis- faits de nous avoir contactés de cette façon.

En SSB, les choses ne sont pas aussi sim- ples, et les contacts tardent à venir en cette fin de matinée. Côté HF, la propagation n'est pas au rendez-vous, si l'on ajoute à cela une météo ora- geuse, on a sur 40 mètres un QRN qui fluctue jusqu'à S9-r! Téléphonie et télégraphie alternent sur les bandes bas- ses tandis que sur 2 mètres quelques contacts sont réali- sés en SSB.

La fin de ce samedi approche à grands pas et nous devons penser à partir. Nous som- mes en effet tributaires des horaires d'ouverture de l'éta- blissement et notre organisa- tion doit tenir compte de cet impératif. La météo s'est dégradée et les averses se suc- cèdent.

Heureusement, nous sommes à l'abri dans un local aménagé sur la terrasse de 3 - Assemblage de la 17 éléments par Vincent F4CTV. La "surpopulation" sur 40 mètres et le fort QRN nous incitent à passer en télégra- phie. Là au moins, les filtres parviennent à faire effet et les QSO se succèdent. Bien sûr, le rythme de ceux-ci n'a rien à voir avec une cadence de contest car prio- rité est donnée à une expli- cation claire de l'événement auprès des opérateurs con- tactés.

Pluie et crachin nous contrai- gnent à pique-niquer le midi dans le local. Quelle déveine! Par beau temps, le panorama sur l'estuaire de la Loire et le port de Saint-Nazaire est vraiment superbe depuis cet endroit Le trafic radio continue l'après-midi sur sa lancée, essentiellement en télégra- phie et en HF. La VHF restera ce dimanche le parent pau- vre, côté trafic, de cette acti- vation, pourtant le matériel était à la hauteur: un ICOM IC, un ampli et la Tonna 17 éléments montée à cette occasion par Vincent promet- taient un meilleur résultat.

La propagation en a, hélas, décidé autrement. Quelques allers- retours en ascenseur et l'aide d'un diable nous facilitent bien la tâche. Nous souhaitons de tout coeur réi- térer cette opération l'année prochaine. Espérons que la propagation soit elle aussi au rendez-vous. Plusieurs fois, j'ai passé plus d'une heure pour contacter certaines stations, et c'est dans ces conditions qu'intervient la stratégie, voire la ruse De plus en plus les stations prêtent une oreille attentive lorsqu'elles entendent "ORP" mais, par contre, le comporte- ment intolérable de certaines stations, qui trafiquent sans avoir une once de correction, de discipline et sans savoir écouter, m'a fait, par moments, avoir les nerfs très sollicités et pourtant, pour ceux qui me connaissent, je suis patient!

Mon regret est de ne pas avoir réussi à contacter EM1H0 en Antarctique, seul continent absent de mon log, et pourtant je l'ai appelé plu- sieurs fois, et pendant plu- sieurs heures, mais toujours sans succès, victime d'une propagation souvent unila- térale, et de plus c'est une région où le bruit de fond est important.

C'est une expérience qui me ramène plus de trente ans en arrière, une nouvelle découverte d'un des aspects passionnants de l'émission d'Amateur. PS: Lors de l'envoi de ce texte, je disais nnon regret de ne pas avoir contacté le conti- nent Antarctique avec mes 5 watts, je viens de contacter HFOOF, base polonaise sur les South Shetland.

L'hiver dernier, j'ai eu le plai- sir de rencontrer la plus jeune opératrice radioama- teur du Maroc. Son indicatif est CN8SJ, elle se prénomme Sonia, est âgée de 17 ans, et elle a obtenu son certificat de radio-opératrice au mois de juin C'est son père, CN8SR Abdelmalek, qui lui a transmis le virus de la radiocommuni- cation, quoi de plus normal! D'ailleurs qui s'en plaindrait? Certainement pas notre amie Sonia qui occupe la majorité de son temps de loisir à com- muniquer sur les bandes VHF et UHF avec sa propre station et utilise celle de son père pour établir des contacts sur les bandes décamétriques.

Sonia poursuit de brillantes études au sein du collège de sa ville et se destine à une carrière touristique car sa grande passion est la com- munication tous azimuts. Cette fois-ci, ce fut aux Baléares, en JM19, du 11 au 25 août, au bord de la mer, avec une magnifique plage de sable fin de 7 km, à Playa de Raima. La réception pouvait commencer.

Je me suis con- tenté de la seule bande des 20 m, il y avait trop de QRM sur les autres! A l'agent de sécurité qui me demandait ce qu'était ce boîtier rouge avec fils, entouré d'un gros élas- tique, j'expliquais que j'étais radio-écouteur et que cet objet douteux n'était autre qu'un circuit électronique pour la réception d'émissions sur ondes courtes Arrivé à destination, la dif- ficulté, c'est toujours l'ins- tallation des aériens.

Sachez que cela lui fera un immense plaisir de communiquer avec vous car, à son âge, comme nous l'avons été nous-mêmes, elle est avide de connaissances surtout dans les domaines culturels et linguistiques français, anglais, espagnol et vous décrira avec passion l'envi- ronnement qui l'entoure. L'accueil fut si chaleureux que nous n'avons pas hésité un instant à accepter leur invitation que nous honore- rons lors de notre prochain séjour.

Une occasion propice pour établir de multiples contacts avec d'autres radioamateurs implantés sur divers phares du monde. Cela per- met de prévoir un trafic plus serein, sans contrainte ni obligation de résultat. Cette fois-ci, je décidais de favoriser les liaisons avec les autres radioamateurs implan- tés sur des phares. Je dispo- sais de la liste complète des participants, outil primordial pour solliciter Denis F5LPR gui, de main de maître, effec- tuait une étude de pro- pagation judicieuse et effi- cace.

E au sein de la subdivision des phares et balises de Sète, m'a permis de m'installer dans l'enceinte du phare ; je pouvais concré- tiser toute la logistigue pour ce week-end. Denis F5LPR, m'offrait la possibilité d'utili- ser une partie de son maté- riel et je décidais de tester une nouvelle antenne Lévy verticale gui fera l'objet d'un autre article.

Les conditions de propagation n'étant pas des meilleures, je recherchais à utiliser une antenne ayant un angle de tir très bas sur l'horizon. Le vendredi après-midi, dès notre arrivée, nous avons été accueillis par M.

Après avoir décidé de l'implantation des anten- nes et de la station, nous avons monté l'ensemble en gérant le vent gui soufflait assez fort.

Les essais se sont terminés assez tard dans la soirée. Tout était prêt pour lendemain. Le week-end s'est découpé en fonction des conditions de propagation. Durant les périodes de grand silence, le côté relationnel a été d'une grande richesse artisti- gue car Jeannine, peintre de talent, avait laissé plusieurs toiles dans une galerie de peinture jouxtant le phare et Laurent nous parlait passion- nément de son métier, de son expérience et de ses crain- tes au sein de la grande mai- son de "pharbal", pendant gue certains pros en informa- tigue ont essayé de remet- tre en ordre un ordinateur devenu poussif avec l'âge.

Le traitement médical du chien de garde fut plus efficace gue l'action des informati- ciens sur le PC! Le trafic radio était bien pla- nifié compte tenu gue j'étais seul opérateur. Certaines liaisons étaient remplies de chaleur et de joie. C'est ce genre de QSO gui restent gravés ainsi gue les annota- tions sur le carnet de trafic. Jetiensà remerciertout par- ticulièrement M.

Métier d'une diver- sité incroyable, expligué pas- sionnément par l'intéressé dans le seul but d'assurer la sécurité des marins. SIMONS, gue votre métier gue vous aimez tant puisse perdurer à jamais pour le plus grand bonheur de nos marins. Que ces monuments soient toujours gardés en état de fonctionnement et toujours considérés comme des instru- ments de navigation fiables grâce à ces professionnels gui les soignent avec respect.

PuMiciié valable pour le rïwis de pamtlon. Pïlx exprimés en euro loutes üxes comprises. Sélection des fréquences : dip-switch. Stéréo : audio l et 2 6,5 et 6,0 MHz. Le pas est de 1 MHz et la sélection des canaux se fait par dip-swiich. Sélection des fréquences : dip-switch pour 1,2 GHz et par poussoir pour les versions 2,4 GHz.

Stéréo : audio 1 et 2 6,5 et 6,0 MHz. Fonction scanner pour la version 1. Livré sans alimentation ni antenne. Récepteur monté 2. Récepteur mcnté 1. Le pas est de 1 MHz et la sélection des canaux se fait par dip-switch. Dimensions: 45 x 50 x 3 cm, pola- risation H ou V, ouverture 40" x 30", poids 2,5 kg. Gain : 8,5 dB. Câble de connexion: R G Connecteur: SMA. Impédance: 50 Q. Poids: g. Antenne coudée Livré monté et testé Portée en champs libre: à mètres. Entrée audio : 2 Vpp max.

Existe en trois versions différentes pour la partie emettrice. Lémetteur miniature intègre une caméra CCD couleur Chaque modèle est livré complet avec un émetteur, un récepteur, les antennes et les alimentations.

Modèle étanche avec illuminateur, alim 5 à 6 V. OlmTX diam: mm, L; mmpoids g, puissance 50 mW Règlement à la commande par chèque, mandat ou carte bancaire.

Bons administratifs acceptés. Durant le séjour, deux sta- tions au moins seront actives chaque nuit, et le jour le trafic s'effectuera selon la disponibi- lité des opérateurs. La priorité des journées reste l'installa- tion du radio-club et la forma- tion des opérateurs.

Les modes digitaux seront également activés. Il faut signaler que l'équipe du CDXC doit emporter tout le matériel qui sera ensuite laissé sur place en dotation du radio-club. De nombreux dona- teurs se sont manifestés et à fin août, chaque membre de l'expédition était à la limite de l'excédent de bagages.

Qu'ils soient tous remerciés! En ce 40e anni- versaire, un programme très copieux a été concocté à l'in- tention des chasseurs d'îles. Les OM intéressés peuvent con- tacter Denis au Il est gratuit, seule une participation de 10 euros est demandée pour couvrir les frais d'assurance pour les deux week-ends.

Restent à la charge des OM leurs repas et hébergement. Pour la première fois, semble- t-il, cette activité sera ouverte aux non-FOC. Attention, ce n'est pas un concours; c'est juste une journée CW. Le but est de permettre aux FOC de contacter d'autres télégraphistes et éventuelle- ment de les parrainer pour une admission future au sein de ce club.

Les non-membres pourront également profiter de cette journée pour contac- ter des FOC. Profitons de cette occasion pour tordre le cou à une vieille rumeur rémanente chez beau- coup de télégraphistes; si le FOC a été limité à mem- bres, ce n'était surtout pas par élitisme mais bien pour une question de pragmatisme; imaginez ce que devait être à la main, pour quelques ama- teurs, la gestion d'une Asso- ciation de membres en Continuer aujourd'hui de resterrelève de la tradi- tion dont le respect est peut- être plus intense chez nos amis britanniques, tout sim- plement.

Fréquences: Entre 15 et 45 kHz au-dessus de chaque informations bas de bande. Respect des sous bandes CW. Sur mètres, éviter la fenêtre DX. Ces résultats sont expédiés à KZ5D aol. Les résultats envoyés le sont sur l'honneur. Il est rappelé l'un des buts de cette manifestation, occuper en télégraphie les bandes ama- teur et permettre de nouvel- les rencontres amicales entre FOC et non FOC.

De nombreuses présentations et démonstrations de trafic seront proposées aux visi- teurs, dont pour la première fois en PSK. Un coin souvenir proposera de commémorer le 60e anni- versaire de la Libération avec une exposition de matériels et documents datant de la der- nière guerre.

QSL via bureau. Ne manguez pas cette manifestation européenne, la plus importante de France et la seconde en Europe.

De nombreux exposants de plus de 10 pays européens vous attendent. Des stands de produits régionaux seront également ouverts. Enfin ce sera l'occasion de rencontrer de nombreux amis. Les mem- bres associés du REF-Union vous accueilleront également sur leurs stands.

Comme chague année, un très important salon de l'occasion sera jumelé avec l'Exposition. Rendez-vous à Auxerre le 16 octobre. Chaque compte rendu doit être accompagné d'une feuille de couverture indiquant le score.

Ceux qui concourent dans cette catégorie doivent inclure à leur compte rendu une décla- ration sur l'honneur qu'un seul écouteur a utilisé la station récepteur unique et que ni le packet cluster ni le DX Summit n'ont été utilisés. Les stations précédées de sont en petite puissance. Mono-opérateur toutes bandes haute puissance RST de la station entendue 1. Les RST infé- 2. Des feuilles de Mono-opérateur toutes bandes, basse puissance comptes rendus séparées. F6AUS 64 2. F6FTB 57 7 3. F5RC 95 95 49 4 2.

VE2AWR 29 29 23 4. Lîlle Un extrait de carnet de trafic certifié suffit. Le diplôme est gratuit. Les opérations réalisées avec la permission de n'importe quelle autorité reconnue pour assurer le contrôle de ces deux zones seront vali- dées.

Ceci peut être modifié sans délai en fonction de l'évolution de la situation en Somalie. Les diplômes du Conseil de l'Europe s'affichent avec un nouveau visuel que nous reproduisons ici. Dimensions de chacun des diplômes: 0,30 cm X 0,40 cm. Mode Mixte CW Mixte Ecouteurs Mixte 2 F 51 SSB Mixte 3 F 31 SSB Mixte 7 F 19 SSB CW:,, et kHz. SSB:,, et kHz. Antarctic Net André ne fait partie d'aucune association; en conséquence. QSL directe uniquement et surtout rien via le bureau ZS. Avec un peu de chance, vous pourrez quand même le trouver le matin sur 20 mètres SSB; ouvrez les oreilles, il ne dispose souvent que d'une vingtaine de watts dans des filaires.

Il trafique avec un FT et un dipôle. Compte tenu de son métier, il pourra au mieux être sur l'air le soir et le dimanche. Suite à des demandes, il va essayer de construire avec les faibles moyens du bord une antenne pour cette bande. Des informations seront fournies plus tard. François n'a pas de QSL mana- ger et fera au mieux.

Si vous êtes déjà abonné, nous prolongerons votre abonnement de 3 mois. Ne perdez pas cette occasion! Ils trafiqueront tous modes et toutes bandes en HF, à l'ex- ception des bandes et 6 mètres pour lesquelles ils n'ont pas obtenu d'autorisa- tion.

Les durées de séjour ne sont pas encore toutes arrêtées. QSL via son indicatif. QSL via leurs indicatifs respectifs. QSL selon instructions. Les deux récepteurs possèdent une visu pano- ramique Deux superbes réalisations! Il essaiera également, s'il peut disposer d'une antenne, d'être actif sur 80 et mètres. QSL via son indica- tif en direct ou via bureau. L'indicatif sera à nouveau VP5X. Il trafique surtout en PSK31 sur 20 mètres. Il trafique de 40 à 10 mètres principalement en CW.

Il trafique en SSB uniquement sur demande. Recherchez-le matin Il est actif à son temps libre, en SSB et modes digitaux, de 80 à 10 mètres. Ils ont prévu de mettre en place six stations QRO.

QSL directe ou bureau DL. Faute d'avoir réuni tous les fonds nécessaires, l'expédition a été reportée à Le trafic se déroule en CW sur 20, 30 et 40 mètres. QSL via W6Y Il est actif sur les ban- des 80, 40, 30, 20, 17 et 12 mètres.

QSL dès son retour à son domicile. QSL directe ou via le bureau. À l'heure où nous écrivons, il attend son indi- catif FK8V??. L'indicatif sera communiqué au moment du démarrage. QSLvia son indicatif JA. FY5FU Pour la deuxième fois en deux ans, un indicatif d'outre-mer a été redistribué rapidement. Il espère être en mesure très bientôt de pouvoir confirmer les anciens QSQ. Alexander peut confirmer les QSQ anciens. Ne rien envoyer à Rashad en direct, ses adresses dans les diverses nomenclatures sont toutes erronées.

Victor travaille main- tenant en direct ou via le bureau UA depuis cette date. L'abeille qui voulait écouter la radio! Vérifiez avant de brancher votre prise casque! Ceux qui ont besoin d'une carte peuvent la lui demander en direct ou via le bureau. Les cartes sont à adresser à KT1J, en direct ou via le bureau.

Contactez-le d'abord, pleurez ensuite! Il précise qu'il était chez lui lorsqu'il a entendu cette émission. En conséquence, ce trafic doit être considéré comme "pirate". Ceci représente plus de QSO. Une série de 10 autres QSO devrait être téléchargée bientôt. Sources: QRZ. Box 29, Rocha, Uruguay. Version MHz. Trans- ceiver portable MHz. Boîtier métalli- que. Affichage LCD fréquence et S-mètre. Idem mais MHz et 1 à 5 W sui- vant pack alimentation.

Dimensions : x 80 x mm. Récepteur scanner de 60 MHz à MHz. Nou- velle version. Récepteur scanner portable. Récepteur scanner por- table. Poids g. Récepteur scanner version mobile et fixe non illustré. Les stations exclues à cette époque ne se- ront donc par réintégrées. Des négo- ciations sont en cours. Le changement de fuseau horaire se fera de manière automa- tique.

La chaîne cherche actuellement des sociétés qui pourraient coproduire les émissions. Ce contrat, qui porte sur un mon- tant de dollars, cons- titue selon Roland Moreno, un tournant décisif dans les pers- pectives de la carte à mémoi- re. Robert Murdoch a été préféré à Su- per Channel car il possède déjà Sky Channel qui atteint par le câble 10 millions de téléspec- tateurs européens. Guy Lux devra donc modifier sa formule pour Intervilles.

Par ailleurs, les problèmes commerciaux ne sont toujours pas résolus en particulier au niveau des coûts de location des canaux, jugés prohibitifs par les opérateurs français. Quant à Radio Caroline, elle devrait prochainement émettre dans la bande des 49 mètres sur KHz.

Des émissions tests ont déjà eu lieu. Les six stages traitent des sujets suivants : contexte opérationnel de la radionavigation, théorie des aides radio à la navigation aérienne, les équipements radio de bord, la réglementation régissant les IRB et son application, les mesures en laboratoire sur les IRB, les essais sol et bord des IRB. Pour tous renseignements complémentaires, contacter M. DIEYE au Quant au relais de Paris, il devrait être remis en service le 1er janvier après six mois de suspension.

Espérons que l'on y retrouvera un trafic normal, car sinon l'administration pourrait décider son arrêt définitif. Il est toujours plus facile d'interdire que de localiser les brouilleurs. La Chambre d'accusation de la Cour d'Appel de Montpellier a prononcé la nullité du réquisitoire introductif dans le procès en diffamation opposant 0. Orphée Alliaga, partie civile, a introduit un pourvoi en cassation. Il est bon de rappeler qu'une procédure en diffamation publique est limitée dans le temps.

Il existe un délai au-delà duquel une plainte n'est plus recevable. Or, le pourvoi en cassation ne suspend pas le temps! Une affaire qui risque donc de tourner court. Des essais sur 3,5 MHz auront également lieu le soir.

A la suite de cet incident et compte tenu des répercussions, la dissolution du club de Montargis était décidée par ses membres le 3 septembre. L'affaire n'a pas traîné puisque dès la parution du bulletin suivant et sans explications le club du 45 disparaissait de la carte! Mais cette affaire nous a donné l'occasion de constater une petite chose.

Les Radioclubs PTT ne paient pas la licence annuelle. Un autre avantage. Merci les contribuables! Si vous voulez en savoir plus sur ce club actif faites le A moins qu'entre temps le plus démocratiquement du monde l'accès leur soit retiré I. Par ailleurs voua bénéficiez de la gratuite de la Lajre unnvtel le de licence.

L'abrogation do cette gratui té aéra demandée j photocopie de document, prouvait la création ot. Il sera activé les troisièmes week ends de janvier et de février pour diffuser sur les ondes un communiqué concernant la souscription mise en place, et pour informer les radioamateurs de l'état d'avancement du projet.

Il y a quelques temps un ami radioamateur du 13, particulièrement actif dans de nombreux domaines demandait l'autorisation de mettre en place une balise Le malheur veut que cet amateur, préférant l'efficacité, a demandé directement l'autorisation sans passer par le REF Le chargé des relais F6HNV informa alors Le malheureux responsable des relais ne connaissait pas la situation de Marseille!

Depuis, le président du REF 13, très administratif, ne cesse de bombarder de courrier toutes les instances pour faire annuler l'autorisation et Quand on vous dit que Marseille c'est Marseille! Il y a quelques temps, un amateur se faisait interdire de trafic pour un an.

Dans le même temps, le président du REF 13 demandait une autorisation pour faire de l'assistance de course avec les radioamateurs. Autorisation refusée par la DTRE. Pourtant le radioguidage devait se faire quand même! Où sont les sanctions? Deux poids, deux mesures à Marseille? On n'a rien contre mais quand même, la récupération cela suffit.

Se bran- che directement sur tous monitor. I Récepteur à couverture générale de kHz à 30 MHz. Interface de télécom- mande par ordinateur. Prix : 6 Nombreux filtres. Prix : Prix : 5 Transceiver double bande MHz 25 W. Affichage LCD de 2x16 caractères. Prix : 3 ,00 F MRF MRF Prix : il Transcei- ver décamétrique couverture générale de kHz à 30 MHz, émission bandes amateurs à partir de 1 ,8 MHz.

Filtre notch. Prix : 1 1 Décodeur fac-similé uni- versel. Sorties impri- mante et TTL. Transceiver décamétrique cou- verture générale de kHz à 30 MHz en réception, émission bandes amateurs. Dimensions x 93 x mm. Prix : 9 Affichage LCD 2 x 40 carac- tères. Prix : 4 ,00 F Dossier L'affaire du changement de siège social, que dis-je, l'affaire de Toulouse, a fait couler beaucoup d'encre. Partie d'une action déclenchée dans un pur esprit radioamateur, elle s'est transformée en pugilat verbal et médiatique.

R ésumons. F9MI répond toujours présent. Avec des réserves : en attendant de mettre en place de nouveaux bureaux REF et que ses services soient limités dans le temps. Pour cela, il embauche des TUC, les forme.

Un groupe de toulousains ou des environs proposent que les locaux viennent à Toulouse.

Como aplicar el botox capilar

Changement de président. Cette démission est alors récupérée par quelques amateurs qui lui donnent pour causes le refus de transférer le REF à Cognac.

Il en expose les motifs dans une longue lettre à la prési- dente tout en mettant en cause sa politique. Cette lettre arrive bien sûr avant la réunion nationale. Dans les sphères dirigeantes du REF, on commence à parler de chantage. Cette fois, Paris ne parle plus seulement de chantage mais également de pressions inadmissibles.

Nous vous en donnons quelques extraits, puisque cette lettre, largement diffusée, est arrivée à la rédaction qui en aurait douté. Convaincu que les "actes parlent si fort que Von n'entend plus les paroles " le Comité ne peut ignorer le mal que certaines paroles ou écrits sont en train de faire au REF età travers lui, au radioamateurisme français. Evidemment, comment trouverait-on le temps d'agir si on devait relever toutes les déclarations abusives d'irresponsables jouant les importants dietetique hypercholesterolemie recommandations de journalistes en mal de copie?

Mais, et c'est ce qu'il y a de plus grave, il est évident que des forces malsaines se préoccupent d'infléchir ou de contrer les décisions des responsables du REF au gré de leurs désirs de puissance ou de leurs intérêts matérieb quand ce n'est pas pour satisfaire des rancunes inassouvies. Certains, faute de trouver dans leur environnement professionnel, associatif ou relationnel les satisfactions qu'ils estiment mériter et par ailleurs incapables de créer ou d'animer des structures qui les satisferaient, se défoulent en essayant de créer le maximum de difficultés à ceux que des votes réguliers ont mis à la tête du REF.

En tout esprit OM, naturellement! D'autres, renouant avec les pires guerres des chefs qui ont regrettablement jalonné l'histoire de l'association pendant soixante ans, partent à l'assaut du pouvoir en renonçant à toute pudeur sur le choix des moyens, le REF dût-il en crever! La gravité des menaces qui pèsent sur l'avenir du REF l'amènent à étendre provisoirement sa diffusion au niveau national En effet, si l'animation régionale reste sa raison d'être, force est de constater qu'elle perdrait beaucoup de son efficience si le REF, véritable Fédération des Radioamateurs Français, succombait aux attaques de ses ennemis conscients ou inconscients.

F9MI et son réseau de 97 QSL Managers départementaux tiennent à bout de bras un service QSL sans complexe grâce à un travail acharné compliqué comme à plaisir par les tergiversations présidentielles et au dévouement exemplaire d'une équipe de TUCs sous-payées, pour ne pas dire exploitées C'est peut-être ce qui explique la démission de F6CGE, membre du Bureau depuis six mois, délégué régional d'une des plus dynamiques région du REF et porteur d'un incontestable espoir de rajeunissement et de dynamisme.

Certains pensent résoudre les difficultés ou les carences actuelles en créant une fédération dont ils font briller les charmes et les avantages mythiques. N'est-ce pas oublier trop vite que l'on ne fédère en réalité que des associations de niveau équivalent et de statut identique sinon on parle d'absorption et que la mise au point de la représentation des parties, de la définition des attributions et du budget fédéral posent des problèmes qui demandent beaucoup de temps avant que comment faire pour maigrir du dos homme se dégager un consensus suffisant pour passer aux actes.

Prenons seulement le paragraphe où il est dit que le REF est une véritable fédération des radioamateurs français. Comme idiotie et désinformation, on ne fait guère mieux! Le tout est accompagné de dessins qui se veulent humoristiques et visent bien sûr telle ou telle personne. Nous vous livrons ci-dessous un paragraphe de cette inestimable réponse. La publication de notre comité se destine au débat d! Elle n a l'intention ni de nuire, ni de favoriser des intérêts commerciaux quels quils soient, pas plus que de s'attaquer aux personnes.

Sous ces réserves, elle entend bien bénéficier de la liberté d'expression reconnue aux citoyens français, même si ça peut déranger certains. Alors, quelle mouche a piqué notre très estimable chargé de QSL? Royer F6CGD. La liaison vers Toulouse devra également être développée afin de créer un second passage vers le sud.

La réalisation des relais Le troisième point abordé fut celui du matériel nécessaire à la réalisation des relais. La coordination Le quatrième point abordé fut celui de la coordination entre les différents responsables de relais.

Bien sûr, nous avons trouvé un autre moyen donnant toutes les garanties possibles. Il semblerait que le REF lance lui aussi un tel projet début Ce serait une bonne chose I Notre objectif est de permettre de réunir au travers de tous les amateurs et professionnels les fonds nécessaires à la construction de la Maison des radioamateurs.

Cette construction sera lancée en cas de réussite avec la coopération des responsables radioamateurs et se fera donc sous votre contrôle. Toutefois, nous entendons avant de remettre les clés que deux options définitives soient prises : la repré- sentativité de tous et l'assurance qu'une véritable politique d'information et de formation vers les jeunes sera mise en place.

D'autres l'on fait, pourquoi pas nous I Connaissant notre nombre de lecteurs, nous savons cela possible.

C'est aussi, à notre avis, la seule chance de voir progresser nos activités. Le chèque sera libellé à l'ordre de la Fondation. Les dépôts seront effectués à la Banque de Bretagne, agence de Bruz sur un compte bloqué au nom de la Fonda- tion!

Tout envoi jusqu'à francs apporte un diplôme de la Fondation et le titre de membre sympathisant. Tout envoi compris entre la 1ère tranche et francs donne le titre d'adhérent et le diplôme. Enfin tout envoi supérieur à francs donne le titre de membre bienfaiteur et adhérent ainsi qu'un diplôme.

A vous de monter, avec nous, les murs! Je soussigné Souscription nationale Prénom demeurant ville code postale participe à la souscription pour un montant de francs payé par chèque joint au nom de la Fondation de la communication. Si le projet devait être annulé, la Fondation me rembourserait le montant intégral de mon versement. Ce processeur est le plus gros du monde dans sa catégorie. La France possède à cet égard une position enviable parmi les pays industrialisés, grâce notamment à un taux record de numérisation de ses centraux publics.

Figure 2. En fonction de la structure réglementaire propre à chaque pays, ces moyens de communication sont publics ou privés. On verra apparaître prochainement au voisinage des grandes métropoles, des stations de réception de satellites, baptisées Téléports qui se chargeront de distribuer les programmes 20 Figure 3 : Opération pilote de raccordement de réseaux urbains éloignés en Australie.

Projet de Téléport à Denver. La ville de Metz devrait figurer parmi les premières villes françaises à construire son téléport. La photo ci-contre montre le projet retenu pour la ville de Denver Colorado.

Inmarsat prévoit également, dans un proche avenir d'offrir aux compagnies aériennes, la possibilité du téléphone embarqué au service des passagers. Les nouvelles tendances des moyens radio Station de base de la société suédoise Radiosystem Les mobiles : le développement du radiotéléphone et notamment de la radiotéléphonie cellulaire semble en bonne voie. La desserte des zones à faible densité de population a toujours posé un problème important aux responsables des télécommunicaitons.

Ces moyens sont généralement reliés au réseau soit par des câbles optiques ou métalliques soit par des artères hertziennes, soit encore par des petites stations terriennes de télécommunications par satellites. Les progrès de la technologie mettent maintenant les télécommunications spatiales dans toutes les mains. Les Emetteur-récepteur décamétrique de cons- truction modulaire, réalisé par Harris.

Quoi de neuf dans les transmissions décamctriques? Les Bien connue des radioamateurs, la gamme des récepteurs japonais JRC trônait en bonne place à Télécom En conclusion, cette exposition faisait un point intéressant des techniques de télécommunications actuelles.

Peu importe, le principal étant de satisfaire la majorité des lecteurs de cette rubrique. Vous venez de recevoir votre récepteur décamétrique. On est heureux. Vous entendez Radio Moscou comme si vous habitiez à Gorki! Un rapport doit comprendre différentes rubriques destinées à renseigner la sta- Nous voilà en ! Une année qui s'annonce chargée Voir tableau 2. Voir tableau 1.

Bandes allouées à la radiodiffusion en ondes courtes kHz bande des mètres dite tropicale. On n'y trouve que des stations à vocation locale ayant des puissances inférieures à 50 kW. Stations à vocation locale. Stations à vocation locale et internationale. La célèbre bande tropicale, fameuse pour les DX's qu'elle offre aux amateurs de stations à vocation régionale.

De plus, vous entendrez des stations émettant hors- bande. La prochaine fois, nous verrons ensemble, les différents types de stations. En attendant, voici quelques infos. Du lundi au vendredi. Tous les jours.

Nous souhaitons vivement que durant toute cette année, les fréquences vous soient profitables. Ceci explique la raison pour laquelle ces fréquences sont utilisées pour les radiocommunications de travail avec les ports. Un service ra- diotéléphone fonctionne dans les princi- paux ports. Les canaux sont alloués à différentes fonc- tions pour satisfaire les besoins des navires évoluant dans le port ou à proximité.

Vous verrez que ces fréquences sont très uti- lisées. Comme pour St Lys radio et pour les sta- tions côtières, un service de mise en contact par raccordement avec le réseau téléphonique fonctionne. Deux systèmes sont en regime boxeur pro : le système tradition- nel manuel, avec un opérateur qui établit la communication, et un système tout à fait automatique qui nécessite un équi- pement spécial à bord du navire.

Dans ma liste des canaux radiotéléphones qui suit, cette possibilité est marquée par les sigles : SRA. Je vous ai indiqué également quelques canaux étrangers, en particulier anglais, lorsque ceux-ci sont audibles en France et sont établis en synchronisme avec les services équivalents français. SRA Service radiomaritime automatique. Dunkerque : Calais: Dover Coast Guard cl. Boulogne : SRA: 64 Dieppe : contact 12 ; Fécamp : SRA : 78 65 ; veille Le Havre : Rouen basse-Seine : Veille 73, dégagement : SRA : 01 Ouistreham : Veille 12, 16 dégagement cl 68 - Pilote veille radio 2h30 avant la pleine mer à 3h00 après.

Caen-canal : Veille Port-en-Bessin : veille 18, 2h00 avant à 2h00 après la pleine mer. SRA: 60 Cherbourg : - SRA : 83 Paimpol : 84 - SRA : Plougasnou : 83 - SRA : Brest : Le Conquet : - SRA : 23 Ouessant : - SRA : Vannes : SRA : 19 Compïègne : SRA : 04 Les Andelys : SRA : 85 Lille : Loos : SRA : Lyon : Melun : Montereau : SRA : 81 Mont-Valérien : SRA : Moselle : Nancy : 25 - SRA : 27 Paris-amont : 72 Rhin : Seine : - SRA : 01 Seine : Basse-Seine : Strasbourg : - SRA : 84 Thion ville : 24 - SRA : 23 Villejuif: SRA: Nous paraissons en fin de mois.

Je vous rappelle que R. DX produit une émission diffusée le dernier vendredi du mois sur radio RSA. Fréquence conseil- lée : kHz et 12h00 TU. A défaut, essayer 1 creme anti ride le petit olivier epone à 20h00 TU. St Nazaire : - SRA : 04 Belle-Ile : - SRA : 05 St Herblain : SRA : 63 La Rochelle : - SRA : 01 Arcachon : - SRA : 78 Bordeaux : 21sd : SRA : Royan : - SRA : Bayonne : 21sd - SRA : 03 Perpignan : Martigues : SRA : Marseille : - SRA : 64 81 Fos-Berre : 23sd Toulon : - SRA : 79 83 85 Cap-Ferrat : SRA : 64 Monaco : Antibes : Grasse : 21sd - SRA : 19 21 27 60 61 63 66 Bastia: 24 -SRA: 81 PortoVecchio : Ajaccio : sd - SRA : Antisanti : SRA : Destrellan : Fort-de-France : St Denis La Réunion : St-Pierre-Miquelon : Le simple bon sens, renforcé par la législation, vous interdit de rapporter les communications entendues.

Alors en con- clusion, écoutez, instruisez-vous, mais soyez discret. Dl AM. Poids Frais Poste de 0 6 g: 5. Cet OM sera présent à Zanzibar pendant un an. Le départ se fera depuis Sevemaya Zem- lya pour rejoindre Ellesmere via le pôle Nord. Le trafic se fera en QRP. Il y a de fortes chances que le suf- fixe des indicatifs soit VU. Jean-Yves vous demande de le joindre au après 19h Ceci pour vous faire parvenir votre carte QSL de cette très belle écoute.

Il préfère trafiquer en CW et ses fréquences privilégiées sont en début de chaque bande. Il est actif vers 18h Apparemment aucun texte ne précise ce genre d'émission. De nombreux amis débutants me posent la question ; un lec- teur pourrait-il me venir en aide? Ecoutez le. ZS6DN, la balise sud-africaine émettant sur KHz est actuellement hors ser- vice à cause de la foudre.

Les circuits intégrés vont être remplacés et ZS6DN devrait pouvoir reprendre son service dans quelques semaines. Il conti- nuera de servir en temps que directeur honoraire et prodiguera ses conseils de professionnel très compétent. FY4EE Les SWL ont entendu défendre ainsi nos bandes. Merci des infos. Merci Vincent pour ces écoutes très inté- ressantes.

Merci Gérard pour ces très bons QSO entendus. Merci de toutes ces précisions cher ami Jean. A bientôt. Pour de nombreux chefs d'entreprises, il représente même l'avenir.

Ce système de vente dépend de 3 points essentiels. Ce système commecial permet au client éloigné de faire son choix sans se déplacer. De notre côté, nous pouvons réduire les marges, donc vendre moins cher. Adapté à la nouvelle législation deil est destiné aux candidats à la licence radioamateur classe A et B.

De la législation à la technique, avec des exemples de questions minitel, le lecteur doit pouvoir se préparer seul à la licence. Les auteurs F. A suivre Technique pour la licence C et D, Communication amateur.

Ce dernier ouvrage remplacera le code du radioamateur édité chez ETSF. Ce produit peut intéresser nos lecteurs? N'hésitez pas à prendre contact avec nous. BLU, mesures, trafic et règlementaion. Brault et R. Piat La 12éme édition augmentée de cet ouvrage met à la portée de tous les grands principes qui régissent le fonctionnement des antennes et 73rd regiment of foot in south africa de les réaiser et de les mettre au point : propagation des ondes, lignes de transmission, brin rayonnant, réaction mutuels ente antennes, antennes directes, pour stations m obi es, cadres et antennes ferrite, réglages.

Durantcn Radioamateurs, CB. Besson Le premier tome de techndogie des composants électroniques est con- sacré aux composants passifs : résistances, condensateurs, bobinages. Cette nouvelle édition tient compte des toutes dernières nouveautés, y compris les codeurs optiques.

Besson Ce tome 2 concerne tous les dspodtifs à semi-conducteurs et opto-élec- troniques. L'auteur analyse toutes les phases qui, partant de la matière brute, conduisent vers le produit Ini et rutiisabon de celui-ci. Pianezzi etJ. Reghinot Ce cours a été conçu et expérimenté par une Irme d" instrumentation de haut niveau technique dans le cadre de la formation de son personnel. Il traite les éléments passifs, les Aies, les semi-conducteurs, les ardu rts analogiques, les semiconducteurs, les circuits analogiques et logiques, ainsi que les signaux avec le souci permanent d'apporter des solutions concrètes drectement applicables.

Fajole Le lecteur f ouvera dans les cinq grandes parties de cet ouvrage tout ce qui faut savoir pour aborder f étude de l'électonique. Etudiants et autodi- dactes tireront un lés grand profit de ce cours, car il contient de très nom- breux exemples trailès intégralement qui sont de véritables instruments de travail.

Bergtdd Pour aborder avec succès r étude des cfverses parties de l'éieclonique, I faut posséder un certain bagage de connaissances mathématiques. Cet ouvrage permet de les acquérir sans peine. Chaque chapitre est suivi de nombreux exercices et problèmes. Les applications : mémoires et microprocesseurs. Gueuüe Après une analyse rigoureuse des besoins, l'auteur expose en termes simples les principales notions f optique et de photochimie.

Il passe ensuite en revue tous les produits et matériels existants. Puis il traite Ie6 cas réels les plus courants à raide cf exemples expliqués pas à pas et abondamment il us tiés.

Grèce à ce livre, réussir ses droits n'est ni corn piqué ni coûteux. Tous les droits décrits ont été conçus et testés par l'auteur. Pane oo C'est un guide pratique pour l'ètode, la conception et la rèalsalon des systèmes logiques. Principaux chapitres : les systèmes de numérotation, les circuits combinatoires, les circuits séquentiels, les mémoires, les con- vertisseurs anaiogique-numérique et numérique-analogique, r affichage.

Roussez Réalisations pratiques accompagnées du schéma de câblage ou du dr- cuit imprimé à l'échelle 1 : transformateur, redressement filtrage, dssipa- bon de chaleur, alimentations non régulées, multiplicateur! Huré Par la réalisation de nombreuses expériences, le lecteur est conduit pas à pas vers la compréhension des droits de logique dgitale.

Un pupite tf essais ladite l'expérimentation. Logique combinatoire, bascules, comptage et af- fichage, registres à décalage et mémoires. Pratique, I met l'accent sur les notions réellement utiles aux professionnels. Loglsd Entièrement consacré â des montages â transistors, ce Rvni e6t la synthèse cf innombrables recherches et te fruit d'une grande passioi que r auteur, enseignant enthousiaste et enchanté, communique à chacue page et in- vite à partager.

Levrel, F6DTA Réalisé par un radoamateur, oet exposé n'a fautes buts que de donna au plus grand nombre le désir et tes moyens de réaiser sa propre station, tous modes BLU, FM ou tout aute récepteur de grande qualitô. Oehmichen Notations et dé initions des circuits logiques, stuctures des droits de porte, circuits combinatoires complexes, tes basai eu rs, mémoires et registres à décalage, le comptage, Ie6 amplificateurs opérationnels inlégré6, com- parateurs et autres amplificateurs intégrés, les stabiisateurs de tension intégrés.

Oehmichen Unique en soi genre, ce ivre est destiné aux techniciens ot tours techni- ciens de Téiectr crique. Véritable court cf appicaf on, I montre concrètement comment généra, transforma et Mortifia un signal, trois actions inds- pensables pour r étude, la mise au point et le dépannage.

DamayeehC Gagne Redressement et Stage, stabilsaticn et régulation, régulateurs linéaires de tension continue 0 â 1 Vrégulateurs de tension intégrés, régulation en couant continu, prèréguü tours et régula tous par cctt mutation, con- vertisseurs et alimentations secourues, parasites et harmoniques, protec- tions, essais et mesures, couplage des almentalons. La télématique, qui permet la communication entre ordinateurs, brise cet isolement et ouvre des perspecfves passionnantes.

Différents moyens, comme le téléphone ou la radio, sont à votre portée pour réaliser Ie6 équi- pements de transmission décrits dans cet ouvrage. Nûhrmarm Comment interpréter les résultats d'une mesure ; connaître les erreurs systématiques et les limites des appareils utiisés.

Grandeurs électriques ; unités de mesure ; impédances ; tolérances ; mesures de tensions, courants, résistances ; le multimètre, le mullmèfre électronique ; Toscilosccpe simple; l'autotransformateur à rapport variable ; r alimenta bon stabifisée.

La création de centres de transmission, de centres d'écoute, de réseaux avialon, ma- rine, sa participation à des travaux au profit de nombreuses administra- tions, parmi lesquel es SNCF. La liste contient des stations existant dans les première et deuxième éditions et également de nombreuses sta- tions nouvel es dont celles trafiquant en mode TOR.

Tavemer Principaux chapitres : les différents services proposés sur Téiétel, infor- matique domestique et minitel, téléphonie et transmission tf informations, les différents principes de transformation de données, comment devenir serveur, réalisation d'un modem universel. Gueule Que peut-l apporter? Quels services et à quel prix? Comment réduire ces coûts sans diminuer la quai té du service? En toute indépendance vis-à-vis des PTT, Pafrick Guetite répond à ces questions et à bien tf aufres dans oe petit guide essentielement pralque.

Mariatte L'objet de ce Ivre est d'apprendre aux utiisateurs avertis de Mac et Mac Plus à se servir d'un modem, à utiser ou créer un logiciel de communica- tion, à tout savoir sur les réseaux télématiques.

Pascal ou Assembleur. Curien et J. Ménégaux Après une descriplon des matériels et logiciels nécessaires à la commu- nication sur PC, cet ouvrage présente les différents types de communica- tion possibles.

Systèmes fidenlfication des métaux ferreux et non terreux ; détecteurs à effet Hal, recherches par mesure de la résistivité du sol, sondeurs sous-marins, exploration des cavités souter- raines par ultrasons. Archambault Toute rèafisafon électronique comporte son côté purement manuel dont dépendent la qualité du montage et sa fnitfon. De la conception des dr- oits imprimés jusqu'à la rèaf salon des façades de coffrets en passant par la Ixalon des composants, Tauteur donne mite lues qui font la différence entre le montage bricolé ele montage bien fait CODE R pages 70 F.

Rghiera Triangle routier lumineux, détecteur de verglas, radkHuner, relax a leur, botte de mixage, haut-parieur utilsé en microphone, te statomuslc, boîte de dis- torsion, labyrinthe éiectonique, xylophone, détecteur de métaux, etc. Schreiber Ce ivre est idéal pour tes débutants : tes LED se prêtent à des montages simples aux effets pourtant specta ai aires.

Ceux que vous propose r au tour font appel à des composants couramment disponibles. Schreiber Montages simulant la présence d'un occupant dans les locaux : comman- des de lumière, lumières programmables, lumière différée, allumage d'une bougie, bruit suspect rideau qui bouge, réponse au bruit et à la lumière, etc.

Wahl Montages utilisant des composants frè6 courants. Pistage des véhicules, alimentations secteur et convertisseurs de tension, techniques défensives : mesureurs de champs, générateurs de brou liage Juster Un ouvrage qui intéressera tous ceux qui veulent se protéger contre vois, incendies, gaz et eau : alarmes optoélectroniques, de température, à dr- oits logiques, à droits intégrés, sirènes éteefroriques, détecteurs de lumôes et de gaz.

Schraber Plus de semi -conducteurs. Touret et H. Lien Ce répertoire fournit tes caractéristiques des fransistors à effet de champ FETqu'ils soient à jonction JFET ou à électrode de commande isolée 37 MOSvous précise qui les fabrique et vous donne leurs équivalences. La présente édition contient les MOS de puissance.

Lilen Avec plus de circuits, cet ouvrage couvre non seulement les amplifi- cateurs opérationnels classiques mais également les amplificateurs linéaires à transconductance à sorties différentielles, différentiels de courant, suiveurs de tension ainsi que les comparateurs à courant continu. Tous les programmes sont prêts à être tapés et abondamment commentés. De nombreux exemples de programmes 1- lustrent les notions développées. Des bases de la programmai en assembleur à l'utilisation des routines système, tout est expliqué avec de nombreux exemples.

Contient un pro- gramme assembleur moniteur et désassembieu. I en monle ensuite Tutifisation grâce è de nom- breux programmes intéressants et unitaires.

Ce livre montre, avec de nombreux schémas, tout ce que l'on peut rèalser en la malêre. Un ivre perte de poids douleurs osseuses pronostic la portée de tous, qui contient de nombreux exemples et programmes et un désassembieu. Chaque programme est tés bien commenté et f ouvrage couvre de nombreux sujets mathématiques, chimie Ce livre est tout particulièrement destiné aux lycéens.

Aspect tiéorique : fonctionnement d'une inter- face RS, norme Vidéotex, description du fonctionnement du minitel.

On y louve : bases de programmes, fonctionnement interne du BASIC, les tris, fenêtres, masque cfédran, protection contre les copies, etc. Dans une première partie, l'auteur dorme les principes de base de l'assembleur du Z Dans une seconde partie, les connaissances ac- quises sont appliquées aux particularités de l'Amstrad, notamment au générateur de son.

Des routines et adresses utiles apprennent à utiiser à fond les périphériques des Amstradet Roy et J. Ils pouront ainsi obtenir une plus grande rapidité d'exécution et de très beaux graphismes. Les nombreux exemples et commentaires aident à as simler fadement les instuctions. Martin Un mémento Indispensable au programmeur de CPC : instuctions BA- SIC, jeu d'instructions du Z80, points d'entrée des routines système, blocs de contrôle, stucture Interne, programmation, connecteurs et brochage des principaux circuits utilisés.

Ce mémento comprend également un re- cueil d'astuces : comment protéger le programme, comment installer une routine en langage machine dans une remarque, elc. Martin et P. Jadoul Consacré aux Amstrad CPC avec extension DDl, 61 28 et PCWce mémento procue un accès rapide à l'ensemble des informations responsables à rutifcateu du système disque : commandes, ixxnts d'enïèe des routines disque, blocs de contrôle, programmation et trochage des circuits spécialisés.

Un chapitie est réservé au langage Loge distribué avec le système disque; Comme le tome 1. Fouchard etJ. Cône Un informaticien et un peinre se sont associés pou donner envie à ram a leu de se lancer dans la création d'images su Amstradet Le premier chapitie traite de la aéation graphique en décrivant les outils matériel et logiciel de aéation. Le second concerne ranimation det images. Le lecteu in té au BASIC étudiera finteligence artificielle à travers des jeux, puis il apprendra à aèer de petits systèmes experts.

Archambault Complément pratique du manuel d'origine. L'art de concevoir et de aôer un programme d'une manière efficace. Multiples astuces. Explique claire- ment certains points obscus du manuel d'origine.

Beaufils et B. Despemer Programmes permettant de visuaiser les phénomènes complexes de rêlecronique. Léon Environnement matériel, commande de CPM 3. Archambault Nombreuses routines ; utilitaires de programmation, unitaires graphiques, la gestion de ichiers, utilitaires imprimantes.

Archambault Apprendra aux amateurs comme aux professionnels à résoudre les mile et un problèmes qu'is ne manqueront pas de rencontrer tors de la mise en service de leu imprimante.

Charbit Loin cf êfre un reçue! Il aborde les instructions BASC par niveau. Avec l'énoncé du problème sont précisées 1 6 données en enrèe et en sortie, r analyse, puis la solution du problème, les variables utiisées et des commentaires. Tous les programmes de cet ouvrage, destiné au débutant qui veut se perfectionner, fonctionnent su Amitfrad CPCet 61 Les ordres correspondant â chacun des périphériques sont présentés : lecteus de cassettes et de disquettes, imprimantes, aayon -optique, manette de jeu et RS Le lecteu doit déjà bien malriser les instructions je base du CPC.

Prenez contact avec ce nouveau langage et ses nouveaux concepts. Très complet, cet ouvrage permet aux programmeurs de tous niveaux de trouver l'information recherchée. Il vous dévale toutes les caractéristiques de votre PC et vous fournit toutes les informa- tions nécessaires à une programmation poussée : organisationde la mémoire. Apprenez comment travailler sous GEM. Disposez de nombreux programmes et appli- cations qui comprennent des trucs et astuces pouvant être repris dans vos propres développements.

Parmi les programmes : générateur de pro- grammes, redéfinition du clavier, graphisme en 3D. Il s'adresse aussi bien aux débutants qu'aux utilisateurs plus avertis. David et D. Trécourt Après une présentation générale des instructions du BASIC Microsoft et de la métiode de programmation stucturée utilisant les arbres programme, cet ouvrage passe en revue les différents types de fichiers et les diverses opérations permettant de les manipuler.

Sont aussi abordés des domaines comme le graphique et les sons. De nombreux exerdees corrigés per- mettent au lecteur cf assimiler parfaitement les notions vues.