Ao haru ride i will chelsy

Jugée "très mignonne", elle avait rapidement été jalousée par ses amies et mise à l'écart. De plus, elle n'avait jamais réussi à faire comprendre ses sentiments à Tanaka, qu'elle aimait en secret.

Désormais au lycée, Futaba est bien Lire la suite. Le vent nouveau que j'attendais est enfin là. Il est venu à moi, tel un ouragan.

Lire l'avis à propos de Blue Spring Ride. Ao Haru Ride est une skin pigment changes and hormones dont je ne comprend pas l'immense pub jusqu'à ce jour.

Lorsque l'anime fut annoncée, on l'avait vendus comme une histoire fraiche et originale. Et il semblerait que tout ce qu'il y a de frais sont les graphismes. L'histoire n'offre absolument rien de vraiment novateur. Là ou même on aurait put être original, ce fut étouffé dans l'oeuf.

On commence avec Futaba qui dû au fait qu'elle est "jolie" se force à traîner avec des filles qui Lire la critique de Blue Spring Ride. Ao Haru Ride, c'est pour moi, un peu plus qu'une romance banale, en parti de par les thèmes qu'elle aborde, qui sont le plus souvent, jamais exploités dans ce genre d'histoire. Petite annonce du jour : notre blog sera déplacé sur un autre hébergeur, avec de nouveaux sujets, une nouvelle plateforme, et des articles certes moins réguliers que notre programmation d'antan, mais tout aussi intéressant Je vous présente enfin Tokyo Ghoul!

Cet anime est assez récent et a eu beaucoup de succès je comprends pourquoi : mais je ne m'y étais jamais intéressée Sorry ; Résumé: Du collège, Futaba Yoshioka n'a pas vraiment de bon souvenirs. L'histoire est plutôt bien, qui sort un peu de l'ordinaire, ce n'est vraiment pas un anime "gnan-gnan", et parfois, on s'attend à certaines choses, qui finalement ne se produisent pas, donc il y a un effet de surprise, ce qui est assez rare maintenant, et qui signifie que l'on aime l'anime : D'où: Courgette a aimé Ao Haru Ride.

Et je ne suis pas la seule :' En conclusion, j'ai vraiment bien apprécié cet anime, notamment les personnages, comme Tanaka, qui est très mystérieux mais attachant. Darli :D. Retour à l'accueil. Pourtant, face aux remarques acerbes et pourtant très clairvoyantes de Kô Mabuchi, Futaba s'interroge, la voie du bonheur passe t-elle nécessairement par une personnalité qui ne lui ressemble pas?

En glissant sur les pas de son passé collégien et en renouant avec le garçon qu'elle avait connu plus jeune, Futaba compte bien retrouver avec lui la complicité qui les avait liés et comprendre ce que cachent ses sourires tristes.

Mon avis Blue Spring Ride n'a pas grand chose d'original à apporter à la romance, je crois que dans ce domaine tout a déjà été dit et redit des mythes, en passant par le théâtre, les légendes et la nouvelle vague de romance contemporaine. Avec beaucoup d'humour, la mangaka renoue avec ses années lycées pour nous livrer un shojo sans filtre et plein de tendresse.

L'histoire suit la vie de Futaba, une jeune lycéenne japonaise qui n'a pas toujours su bien comment s'y prendre avec ses camarades de classe lorsqu'elle était collégienne. Elle décide de changer du tout au tout et de faire du lycée une nouvelle chance pour elle de se lier d'amitié.

Pourtant le retour de Kô Mabuchi, anciennement, Kô Tanaka, le garçon qu'elle avait aimé plus jeune risque bien de tout chambouler. Clairvoyant, pensif, il se laisse aller à des commentaires acerbes sur ses amitiés superficielles et déclenche chez son ancienne camarade des réactions en chaîne déconcertantes.

Autour d'eux, gravitent d'autres personnages très touchants à commencer par Yuri, une autre lycéenne qui n'a pas la popularité de Futaba et qui mange seule la plupart des jours. Sa mise à l'écart n'est pas forcément brutale mais systématique ce que j'ai trouvé assez réaliste. On retrouve également une autre lycéenne beaucoup plus froide et lointaine, Shuko, un ami de confiance dont la bonne humeur est parfois envahissante, Aya, et pour finir Yoichi, le grand frère de Kô qui se trouve enseigner au sein du même lycée.

Sans trop le vouloir, par un jeu de mise à l'épreuve, de confiance et de circonstances, tout ce beau monde va se retrouver étrangement lié. On aborde sans trop en faire les sujets propres à la vie lycéenne que sont le harcèlement, l'amitié, le manque de confiance en soi mais aussi l'amour et le deuil. Le fond, un peu simpliste parfois et dont on aurait aimé avoir un peu plus de profondeur, s'accompagne d'un dessin doux qui laisse beaucoup de place aux visages et aux expressions, rendant le manga extrêmement vivant.

En résumé Blue Spring Ride est une lecture agréable et addictif qui nous entraîne tout en finesse sur les chemins si parcourus de l'adolescence. Multipliant les points de vue sur ces moments si déstabilisants, la mangaka nous offre une jolie histoire qui se couple de personnages attachants.

Je vous présente aujourd'hui un de mes mangas préférés. C'est un shôjo que j'ai découvert il y a déjà 2 ans, et j'ai toujours le même sentiment de quiétude en les relisant encore aujourd'hui. J'ai lu Strobe Edge parce que j'avais adoré Ao Haru Ride, et je peux dire que si vous aimez ce manga, vous aimerez encore plus celui-ci! Les graphismes sont vraiment magnifiques, Io Sakisaka a vraiment un style particulier que j'aime beaucoup, un côté un peu plus réaliste que certains shôjos.

Et puis surtout, on ne tombe pas dans le cliché avec elle et ça c'est génial pas de grands yeux pailletés! Au début de cette histoire, Futaba est collégienne. Très timide, elle a du mal avec les garçons et les déteste. Sauf l'un d'eux : Tanaka Kou, qui a une voix un peu féminine et qui est calme. Ces deux là se cherchent toujours du regard puis Kou change de collège dès la fin des vacances d'été, sans prévenir.

Futaba est triste et pense qu'elle ne le reverra pas mais malgré tout elle pense encore à lui même au lycée. Au lycée, elle s'et métamorphosée en une autre personne un peu garçon manqué : la raison est que son côté doux et féminin lui attire le regard des garçons et attise la jalousie des filles.

Elle ne veut plus être laissée de côté et joue un rôle pour garder ses "amies" près d'elle en mettant plein de choses inutiles dans son sac, en mangeant comme 4, Puis un jour, au détour d'un couloir, elle croise Mabuchi Kou, qui ressemble à Takana Kou, son premier amour y'a du divorce dans l'air.

Mais ce Kou là est différent : il peut aussi bien se montrer froid qu'avenant portaventura past rides qu'avec Futaba, il est un peu je m'en foutiste avec les autres hu hu. Une histoire qui semble banale mais que je trouve vraiment sympathique. On ne tombe pas vraiment dans le cliché parfois on retrouve quelques éléments utilisés dans Strobe Edgeet les personnages sont vraiment attachants.

Futaba n'est pas énervante, et surtout elle n'est pas niaise! On s'attache très vite à elle, on s'identifie à elle, on souhaite son bonheur!

Io Sakisaka a vraiment fait du bon boulot avec personnage, rien à voir avec les héroïnes de Shôjo habituelles qui pleurent pour tout et n'importe quoi. Et je ne parle pas de Kou Au début, je pensais que ça serait ce personnage cliché : le brun ténébreux qui se moque de l'héroïne, qui change du tout au tout et qui est torturé.

Ao haru ride i will chelsy

Et bien non! Enfin pas tout à fait : Kou est froid mais il reste tout de même le Kou du passé, il a juste grandi. Il a bien sur une part sombre qui le ronge, mais il souffre en silence, on ne sait pas du tout d quoi il en retourne avec lui ça change des "Ne m'approche pas, je suis torturé alors reste loin de moi" cliché. Ce personnage est un mystère, on ne sait pas vraiment ce qu'il pense, mais il reste lui-même.

Les personnages secondaires sont également très intéressants, j'aime beaucoup le grand frère de Kou et Maruo. C'est un bon shôjo que je trouve pour ma part original, sans prise de tête et vraiment apaisant.

J'ai commencé à regarder son anime diffusé en ce moment le lundi au Japon et je dois dire qu'on retrouve ce bon sentiment, associé à des musiques magnifiques l'insert song, "I will de Chelsy" est magniiiifique, j'ai hâte que la full version sorte! J'avais acheté ce manga sur l'impulsion du moment, un jour où j'avais bien besoin de décompresser en octobre Je ne l'ai finalement lu qu'en mai et je m'en veux de l'avoir si longtemps séquestré dans les cartons de déménagements parce que j'ai a-do-ré!

Alors, oui, l'intrigue de ce shojo est encore assez téléphonée mais ce n'est qu'un premier tome.

Ao haru ride i will chelsy

Et malgré cela, la recette a pris pour moi de façon admirable! Futaba était une collégienne mignonne et gentille, mais qui - malgré sa timidité et son manque d'assurance - criait haut et fort qu'elle détestait les garçons Ils semblent plaire l'un à l'autre, mais aucun n'ose aborder le sujet ou avoir un geste significatif. Ils avancent dans leur relation à tâtons et leurs moments d'hésitation vont leur coûter cher : Tanaka déménage sans crier gare.

On a un peu de mal à la reconnaître ; elle est passée d'une fille effacée à une adolescente exubérante qui se force à rire fort en public et à manger comme quatre pour tuer toute trace de féminité en elle et éviter les rivalités entre filles. Ses nouvelles amies n'en sont pas vraiment, mais Futaba préfère faire l'autruche.

Chargée encore une fois de nombreuses victuailles, elle percute un garçon au détour d'un couloir. Quelle n'est pas sa surprise quand elle finit par découvrir qu'il s'agit de Tanaka, sa première histoire d'amour terminée avant même d'avoir commencé! Mais son ami d'autrefois a bien changé Tanaka est ombrageux et son regard se fait tantôt vide, tantôt indifférent.

Il raille facilement Futaba qui persévère, car une étincelle lui rappelle par moments qui il était. Elle sent qu'il se cache derrière une carapace et décide aussitôt de tout faire pour la percer. En amitié aussi, Futaba se remet en question. Makita, une élève de sa classe, fait l'objet des mêmes bruits de couloir qui l'ont poussée à repartir à zéro en entrant au lycée.

Makita qui représente tout ce qu'elle aurait pu être si elle ne s'était pas laissée influencer par le comportement des autres filles. Ce premier tome nous offre d'emblée une belle évolution de son héroïne. Tout se fait en douceur, avec un brin de nostalgie, de remords et de regrets.

On pressent un drame familial derrière le changement de Tanaka, mais la mangaka sait maintenir le suspense sans pour autant frustrer le lecteur. Elle nous glisse quelques anecdotes pleines de bons sentiments et de complicité, qui nous permettent de mieux appréhender la situation ainsi que de mieux cerner les intervenants.

Un shojo pas si léger qu'il n'y paraît, touchant et empreint d'occasions manquées comme de rêves de seconde chance. L'histoire d'amour entre Futaba et Tanaka connaîtra-t-elle elle aussi un nouveau départ?

Ou nos deux jeunes gens ont-ils trop changé chacun de leur côté pour espérer un jour prochain pouvoir vraiment se retrouver? J'avoue que j'ai vraiment craqué sur la couverture.