Diabete 1 et prise de poids université

Si l'on s'en tient aux comparaisons insuline-sulfonylurée, le différentiel de la prise de poids devient minime : seulement 2,3 kg de plus sous insuline vs glibenclamide et 1,4 kg vs chlorpropamide. Deuxièmement, la prise de poids sous insuline, par rapport au traitement conventionnel, s'est faite essentiellement sur les deux premières années, l'évolution des courbes de poids étant ultérieurement parallèle. Ce point suggère que l'effet de prise de poids sous insuline ne s'exprime que pendant les deux premières années, sans qu'on puisse trouver une explication rationnelle, mais avait déjà été montré dans d'autres études voir infra.

Au cours du diabète de type 1, insulino-dépendant, caractérisé par une profonde carence en insuline, le mécanisme de la prise de poids lors du début de l'insulinothérapie sont bien connus et correspondent à la correction de la déshydratation induite par l'hyperglycémie majeure, d'une part, et à la correction d'un état marqué par le catabolisme des protéines et lipides, induit par la carence en insuline, d'autre part.

Au cours du diabète de type 2, la carence en insuline n'est habituellement pas majeure, et les mécanismes de la prise de poids à l'initiation de l'insulinothérapie restent incertains, et ont peu été étudiés [ 2 Groop L, Widén E, Franssila-Kallunki A, Ekstrans A, Saloranta C, Schalin C, Eriksson J: Different effects of insulin and oral antidiabetic agents on glucose and energy metabolism in type 2 non-insulin-dependent diabetes mellitus.

Click here to see the Library ][ 4 Mäkimattila S, Nikkila K, Yki-Jarvinen H: Causes of weight gain during insulin therapy with and without metformin in patients with type 2 diabetes mellitus. Click here to see the Library ]. Le groupe de Yki-Jârvinen [ 4 Mäkimattila S, Nikkila K, Yki-Jarvinen H: Causes of weight gain during insulin therapy with and without metformin in patients with type 2 diabetes mellitus. C'est l'image en miroir de ce qui se passe à l'introduction de l'insuline, et c'est sur la masse grasse que prédomine la perte de poids.

Les apports énergétiques ne sont pas significativement augmentés sous insuline. Le métabolisme de base n'est pas significativement modifié sous insuline, mais sur des données mesurées, et d'autres plus spéculatives, les auteurs estiment que sous cette absence de variation du métabolisme de base se cachent plusieurs vérités.

Le reste de la diminution du métabolisme de base reste spéculatif : réduction du coût énergétique de la néoglucogenèse et du recyclage du glucose. Contrastant avec cette réduction de la perte énergétique, l'augmentation de la masse maigre augmente le métabolisme de base, de sorte que le bilan est nul.

Si ces résultats permettent d'expliquer la prise de poids lors de l'amélioration du contrôle métabolique, ils ne montrent pas d'effet propre de l'insuline. Les mêmes résultats auraient probablement pu être obtenus pour une amélioration comparable des glycémies chez des patients traités par sulfamides hypoglycémiants.

De fait, l'un des déterminants majeurs de la perte de poids paraît être la glucosurie et son coût énergétique [ 4 Mäkimattila S, Nikkila K, Yki-Jarvinen H: Causes of weight gain during insulin therapy with and without metformin in patients with type 2 diabetes mellitus. Le poids moyen des diabétiques de type 1 est inférieur à celui de la population générale [ 8 Williams K, Erbey J, Becker D, Orchard T: Improved glycemic control reduces the impact of weight gain on cardiovascular risk factors in type 1 diabetes.

Certaines enquêtes épidémiologiques ont donné un résultat paradoxal : la perte de poids est un facteur de risque de diabète [ 10 Higgins M, D'Agostino R, Kannel W, Cobb J: Benefits and adverse effects of weight loss.

Observations from the Framingham study.

De telles études sont probablement biaisées par l'inclusion de patients dont le diabète était initialement ignoré. Le suivi longitudinal d'indiens Pima, population à très forte prévalence de diabète de type 2, a montré que la perte de poids peut précéder le diagnostic de diabète [ 14 Knowler WC, Pettitt DJ, Savage PJ, Bennett PH: Diabetes incidence in Pima indians: contributions of obesity and parental diabetes.

Si, de manière superposable aux résultats de l'UKPDS, la plupart des études montrent que l'insuline fait prendre du poids, avec des gains de l'ordre de 4,5 —7,6 kg en 1 an [ 4 Mäkimattila S, Nikkila K, Yki-Jarvinen H: Causes of weight gain during insulin therapy with and without metformin in patients with type 2 diabetes mellitus.

En dehors de l'UKPDS, nous avons analysé 4 études ayant duré plus d'un an permettant d'estimer la prise de poids sous insuline. Results of the feasibility trial. Veterans affair cooperative study in type II diabetes. Néanmoins, l'étude des vétérans apporte une information importante : l'intensification de l'insulinothérapie chez des patients diabétiques de type 2 déjà traités par insuline n'induit pas de prise de poids supplémentaire significative.

Effects of hypoglycemic agents on vascular complications in patients with adult-onset diabetes. Evaluation of insulin therapy: final report. Ces patients ont été comparés à 92 patients traités par placebo. La durée de suivi était de 10 ans.

Après une réduction initiale, sur la première année, les poids sont revenus à leur niveau de base dans les 2 groupes de traitement par insuline sans différence entre les 2 groupes. Kudlacek et collaborateurs [ 22 Kudlacek S, Schernthaner G: The effect of insulin treatment on HbA1c, body weight and lipids in type 2 diabetic patients with secondary-failure to sulfonylureas.

A five year follow-up study. L'indice de masse corporelle a augmenté de façon linéaire tout au long des 5 ans de suivi sous insuline. Néanmoins, malgré une prise de poids moyenne de 10,5 kg en 5 ans, le poids moyen au bout de 5 ans d'insulinothérapie restait inférieur de 0,7 kg au poids moyen qu'avaient les patients lors du diagnostic de diabète, 9 ans avant l'initiation du traitement par insuline.

Jeûne, perte de poids et diabète

Dans ces deux petites études, qui néanmoins avaient exclus les patients fortement obèses, l'essentiel de la prise de poids chez des patients en échec de traitement oral et mis sous insuline, s'est fait pendant les 12 premiers mois, et le poids est resté ensuite stable pendant les 2 dernières années de l'étude. La principale méthode de détection du diabète à un stade précoce est la mesure de la glycémie à jeun. Ces signes sont partagés par les deux types de diabète.

Le patient doit tout de même surveiller régulièrement sa glycémie pour adapter les doses à injecter. Et dans les années à venir, des pancréas artificiels vont faire leur apparition sur le marché. Les cellules sont injectées dans la veine menant au foie.

Diabete 1 et prise de poids université

Cette approche nécessite un traitement immunosuppresseur lourd et une surveillance régulière pour éviter le rejet de greffe. Elle est également limitée par le nombre de donneurs à disposition. Elle a souvent lieu simultanément avec une greffe de rein, chez les patients en insuffisance rénale terminale. Actuellement environ 70 greffes de pancréas sont effectuées chaque année en France. La piste la plus solide est actuellement celle des infections par certains entérovirus. Dès lors, pourquoi ne sommes nous pas tous diabétiques?

Intermittent fasting and human metabolic health. J Acad Nutr Diet ; 8 Intermittent energy restriction in type 2 diabetes: A short discussion of medication management. World J Diabetes. Biological mechanisms that promote weight regain following weight loss in obese humans.

Physiol Behav. Entrez votre courriel :. Jeûne, perte de poids et diabète. Types de jeûne intermittent En général, on décrit le jeûne intermittent comme des périodes de jeûne en alternance avec des périodes de consommations alimentaires normales.

Effets du jeûne intermittent sur la santé À travers le temps, les effets de la restriction calorique de manière continue a montré des effets bénéfiques sur la santé, en particulier sur la longévité.

Effets du jeûne sur le diabète de type 2 Il est bien démontré que la perte de poids améliore le contrôle glycémique chez les personnes atteintes de diabète de type 2.