Csosn para regime normal

Bertaud, dans les Muses ralliées, éd. Benedicri, Somntc des pechez, éd. Entre-querelter S. Entre-secourir s. F,eu-ardent, Sepmaine I éd. Considerations, l, quiver ces armes. Despenc e, Apo,phtegntes ecclesiasfiqrze. III, Gohory, traduct. Fontaine, Histoite catholiqae 3l a t Ecrire fastueusement au Pâpe l éon. Pierre, traduct.

Certon, xraduct. Herberay des Essars, traduct. Théâtre, Gamache. Certon, traduct. Gohorv, traduct. Feu-ardent, sepmofne Il des Dialogttes, I, Iésus a admiré la foi de I hémorroisse tr Homonymie. Benediçti, Somme des pechez, édHypostatiquement Feu-ardent, Sepmaine I des Dialogues éd. Benedicti, Somme des pechez, éd 49 Illicitement.

Ordonnance de Henri II, de 1évrier Fame, tracluct. Benedicti, Sornme cles pechez, éd. Despence, Apophtegmes ecclésiastiques, ta ble. Fontaine, Histoire catholique, 65 b ;;;;;"". Jurisc, Piettr desirs imités Indivisiblernent. Feu-ardent, Sepmaine Calories pain tessinois éd.

Faretiriana, 16g. Tonier était - nrécanicien. Rivault, L,art çI,em. FontaineHistoire catholique, Igi b rt L unité et l infaillibilité de l Eglise. Despençe, Apop htegnTes ecclesia. Bouchet, Triumphes de Ia noble dame arnou reuse, éd. Vigenere, lrduci. Fontaine, Llistoire catholiqae, b. Millet, traduct. Fontaine, Histoire catholique, a. Avant Doré, L adresse tl,e I esgaré pecheur, 28 b.

Benedicti, Somme iles pechez, éd. Feu-ardent, Sepmaine I des Dialogues, éd. Sauvage, traduct. Grevin, I héâtre, 3Og. Benedicti, Sornnw des pechez, éd. Despence, Apophtegmes ecclésiastiques, III, 21, p. Garnier, Tragédies, éd. Herberay des Essars, trad. Deroziers, traducl. Cort sidërations, I, lrlornbreusement.

Le l evre, Encyclia, Apo phtegmes ecclésiastiq ues, III, 3, p. Garnier, Tra. Ntillei, tradut;1. Amyot, traduct.

Despence, Apophtegmes ecclésia stiques, VII, 95, p. Benedicti, p. Belgicismes A propos d un livre récent. Ils se montrent praticiens d autant plus scrupuleux que le rt climat rr du bilinguisrn. Parmi ces hommes de l art, il e. Le Français Contemporain 1préfacé par notre directeur Albert Dauzat. Ainsi donc, N[. Ils sont d ailleurs plus nombreux encore que lui-même ne se l irnagine; la plupart d entre eux, faisant tache d huile, ont même acquis droit de cité dans le Nord de la France, et au-delà.

Toxine botulique paralysie bouche

Quand, à Courtrai, on écrit : tt cette réunion fut assez conséçluenteon ne fait que suivre notre exemple; - fâcheux exemple! D autre part, des locutions telles que : rr avoir un franc trop court l sur le modèle du flamand : tl. Pour ce qui est de tr achalanclé r, en parlant d une boutique, non 1 A I Ofiice de publicité, Bruxe. Iles, 36, rue Neuve. Il en est de rrrêmc l- our : tr jusqu aujoru d trui rr, qui n est, au reste, pas près de s ét eindre annu r.

Pourquoi faire interrvenir ici l ,euphonie! Ils n ont p as tort Soi-disont ne devrait se dire que des personnes. A I analyse, sans doute, il est absurde et comique à la fois de parler d un rt soi-disant D rôti. Mais combien de iocutions sont devenues. Pour revenir à notre rr soi-disantet pour en finir, nous dirons, avec M.

Bottequin, que rt les élérnents de ce groupe ne sont plus pensés séparément. Démenti rr formel rr. Maurice Schône Qontinue à nous présenter, hebdomadairement fait lire, et ne manque pas de correspondants. Ce sens, relativement ré. Pour un scolastique, est rt formel rr tout ce qui a rr la réalité actuellepar opposition avec ce qui est rr matérielou ave. Descartes, dans ":es Méd,itations, met, en regard la vraie et rr folittelle l fausseté el, certaine fausseté tr matérielle rt.

Lebel revient sur quelques problèmes de toponymie qu il avait posés et résolus darts le t. VIII dos dites Annales: il s agit, d une part, de Montéclaire et Clelmont ; d,; d autre part, de douin eI de ses çorrespondants dialectaux. Mont Esclaire - château d avant-garde rr, ie veux seulement rete. J, existante r. Ils sont invités aussi à distinguer la toponymie diabete 1 et prise de poids université. El nuttc, crudimItti!

I anc. Et c est erlcore, duce m qu il faut peut-être supposer dans le d,ouei, du patois de Gondecourt Lexique de M. Glossaire des Régestes de Liège t.

Voici une suite au remarquable Glossaire philologique des. Régestes d,e Liège, t. I, dont un ami et compère de Ménage a rendu compte longuement dans la Reuue du Nord t. XXII, fév. Le GIossaire 2 du t. II de ces Régestes n a pas I importance du précédent; le texte en esl d ailleurs assez fautif, et notre savant collègue, le Professeur Jean Haust s est efforcé de l amender.

La langue n e-qt pas I ancien liégeois, mais le picard. Les groupes de consonnes ml, nr, n intercalent pas de b, ni resp. Noter que rt nuit r peut désigner une veille de fête l, sans doute par influence du composé anuit, qui est.

Noter aussi un mode de formation des composés désignant les jours de la semaine, qui est insolite dans la 2 Glossaire philologique des Régestes de la Cité de Liège, t. II, par Jean Haust, Liège, Une paskèye liégeoise du xvrre s. Jean Haust, dans ce 1"" numéro, publie une pasqueille r liégeoise de sur le siège de Vienne. C est une pièce qui ne sc fait pas remarquer llrar une llaute valeur littéraire, mais qlri représente un des premiers textes rimés en dialecte de Liège.

C est un récit où l on se propose de célébrer I un des plus brillants épisodes de I histoire militaire et religieuse du xvrr" s. L auteur Iinaiement, remercie Dieu d avoir préservé Vionne d. Renrercions aussi Jean Haust d avoir tiré de I oubli cette pièce curieuse. Jean Haust. Louis Michel.

La Revue est en dépôt à paris, chez y. Nous avons annoncé la revue dans un précécleni numéro 1gBZ, p. Le lexique du Dictionnaire de I Académie française Sufle 1. R Formes et vocables ajoutés. Rabattage, n. Ramasseuse, n. Rarnease, n. Râtelease, n. Réd,actrice, n. Réflectrice, adj. Ilégleuse, n. Relieuse, n. Remplaçante, n. Renrrante, adj. Répétitrice; Répondant reçoit son f. Répondante; Rëp. Représentante, n. Rêuastruse, n. Êéudtenciel, adj.

Rôcleuse, n. Rostral, adj. Formes et vocables retranchés. Rabbanisl,e, s. Rcrr,çonneaneuse, s. Récitante, adj. Exemples de vocable-s de la liste précédente employés par des auteurs contemporains : Ecoutez-les tous ces anciens ramoitis! Paul Claudel, Le soulier. La pauvre Rusticule demeurait sans voix s,l so. GYP, Faute de s entendre. Bssaims de gnomes incertains Qui courez d une humeur rebourse. Arnoux, Huon de Bordewu, I, p.

Elles vous auraient. Céline, Voyage au bout d,e la nuit, p. Etaient-ils donc moins surprenants les hasards obstinés qui, depuis sa naissance, avaient enchaîné Salavin à pette même masure, dans le remuç1le de cette môme ruelle parisienne.

Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. Tout le reste rampe rez le pavage glissant. IX, p. Yoilà longtetrlps que les linguistes ont renoncé aux recherches, clécevantes pour eux, sur I origine peanut butter calories 2 tsp langage. Les acquisitions de la science depuis l époque de Max Muller leur permettraient-elles aujourd hui, non pas de reprendre l étude d un problème insoluble mais de se rapprocher davantage du stade primitif de la parole I Il ne faut guère l espérer.

Vendryes a montré, dans un livre qui n a pas vieilli 1qu il ne faut compter pour cela ni sur le langage de f enfant imitation d un systèrne complexeni sur les langues de sauvages, souvent très cornpliquées et fort loin de leurs origines; on peut ajouter aujourd hui que si, suivant la récente théorie de Mlle Homburger, les langues bantoues dérivent de l ancien égvptien les idiomes nègres, qui paraissaient les plus primitifs, ne représenteraient que la dégénérescence d un type linguistique très évolué.

On peut atrléguer, âYec lln peu plus de sécurité, que les langues prirn rtives devaierrt offrir un plus grand nonlbre de racines onornatopéiques ou expressives que les langages postérieurs : le germanique, moins évolué" en possédait beaucoup plus que le latin du type craq[uer] à l époque où les deux langues furent en contact; en latin même, on â r emaïqué que le groupe cxpressif lI- éIa1f appliqué à I idée de couler.

Mais ce ne sont là que quelques jalon. C est pourquoi je signale à nos lecteurs le beau livre, à la fois profond et clair, je dirai même passionnant, de: 1 Le Langage, Paris, Flarnnr. Pierre Janet, dont il n app. Nul mieux eue lui, à mon sens, n a pénétré la mentalité de l homme p rimitif, et n a prouvé lumineusement ce que pressentaient de bons esprits B : le parallélisme entre le développement de l intelligence et de la parole.

Ce qui est le plus nouveau, pour nous linguistes, dans cet ouvragc si riche en idées, c est la relation qu établit l auteur entre le lan. Les bruits vocaux qui acÇom1lagnent l effort ou l énrotion et qu on retrouve chez les animaux ne sont pas des langages : u ils ne deviennent langage que lorsqu ils sont employés pour appeler à I aide, pour communiquer un sentiment, c est-à-dire quands ils deviennent des commandements de I acte de I assistance ou de I acte de la svmpathie. Janet montre.

Les pages relatives à l écriture méritent aussi d être méditées. I après l auteur, il n y a pas corrélation nécessaire entre l,écriture et le langage ; je souscris d autant plus olontiers à cette théorie que j ai toujours insisté sur les différe çes intrinsèques entre le langage écrit et le langage parlé.

Ianet, se rattache beaucoup plus à la mémoire qu au langage rr p. ZO2. I Un des caractè. L,écriture la plus anciennement connue était idéographique ; auparavânt, n a-t-elle pas oonstitué une série d images d Epinal - ayant commencé par le dessin, pour devenir peu à peu un ensemble de signes abstraits I fque j ai appelés signes à la seçonde puissance, par rapport au langage parlé.

Ici llous sortons de nol,re domaine et cle notre compétence, ainsi que pour la tliéorie du nombre. Mais le chapitre sur le développement du langage mérite de retenir particulièrement notre attention. L homme tend à exprimer par le langage ses divers états de r:onscience, mais tout ne peut pas être exprimé, même à un stade tiievé de l intelligence, a fortiori aux stades antérieurs : la proportion de I tr ineffable, diminue peu à peu avec les progrès de l intelliEence et de l expression, de la littérature.

Les noms communs, qui expriment des idées générales, et les expressions de relarion se sont formés plus [ald. Albert Deuzer. In-8 ; XI pages. Palrner se plaint dans sa préface que les études linguistiques ne soient pas aussi estimées en- Angreterre qu elles devraient l être peut-être n est-ce pas seulement en Angleterrequ,il faut dire.

Dans ce petit livre il a voulu exposer pour re pubric cultivé. Palmer d avoir donné une place dans son exposé aux deux méthodes qui ont le plus efficacement renouvelé l étude des langues dans ces dernières années : la phonologie, au sens où l école de Prague entend ce rnot, et la géographie linguistique.

Il a consacré à celle-ci un chapitre entier, avec des reproductions de cartes interprétées. Il faut souhaitel avec l auteur et avec lI. Or-r que la Grande-Br-etagne ait aussi bientôt son Atlas linguistique, établi seion les méthocles qui ont fait leurs preuves. Faculté de Philosophie et Lettres, Liège ; E. Droz, Paris. Les travaux concernant l acquisition du langage par I enfant sont sans doute assez nombreux, et les noms des auteurs qui ont traité de cette question sont trop connus pour que nous les rappelions.

Cependant il n existait pas d étude systématique du langage enfantin à ses débuts. De plus, linguistes ou psychologues, les diyers auteurs n avaient apcordé qu une faible part de leur attention aux sons eux-mêmes, qu il s agît de la toute première enfance ou non.

Enfin, quand ils avaient pensé à le faire, c était avec une telle imprécision, une telle discontinuité que le problème restait, pour ainsi dire, à reprendre. C est le mérite de M. Grégoire d avoir apporté le premier une documentation complète et des plus sfires. Désormais son travail s impose à qui voudra étudier le langage de l enfant.

Il constitue dans cette matière l ouvrage de fond dont on ne saurait se dispenser. Pendant deux ans, deux frères d une famille wallone ont été suivis jour par jour, et tous les détails ont été soigneusement notés. La lecture de cet ouvrage pourra paraître parfois fatigante, tellement il abonde en minulies. Majs ces minuties, qui ne sont telles que poul le lecteur superficiel, sont une preuve incontestable de la conscien.

On ne s étonnera pas que cette multitude de faits se prête à des conclusions des plus variées. Pendant les trois pretniers rnois, en effet, les manifestations yoi;ales de l enfant sont déterminées par des raisons phvsiologiques. Il s agit avant tout de mouvements vocaux analogues aux mouvernellts des rnembres, traduisant comme ces derniers des sensations diverse-s tle satisfaction ou de malaise.

Pendant cette période, les moyens phonéticiues sont évidernrnent peu nombreux et rudirnentaires. Les ro--velles sont réduites à deux :o ruoyen et ë çentral. L appalition drr gazouillis. Après le troisièrrre mois, ce matériel comrnence pourtant à s enrichir et on surprerrd chez l enfant comme un désir de dépasser les trroyens dont il usait spontanément jusqu ici. C est le début d unc nouvelle période : celle de l activité vocale. Il va subir l influence de son entourage et de son parler. Déjà dès le troisième mois, on entrevoil, une ébauche d imitation inconsciente.

Mais la réaction du milieu se fera vraimenl sentir vers le septième, c. L action du langage entendu aura de multiples répert ussions. Norr seulement l enfant se met à tr converser l et à fornrer des assernblages de sons ayant l allure de phrases, ce qui implique un essai d imitation rrthmique et mélodique, mais erl iole il affine et précise son tnatériel phonique.

Surtout il en élimine ce qui est étranger au iangage de ceux qu il entend. Cependant le s-vstèrne qu il était en train de se créer était encore beaucoup plus riche que celui de n importe quelle langue isolée. Le superflu, c est-à-clire ce qui ne correspond pas au systerne phonique des parents, va peu à peu disparaître.

Dans le cas présent, les parents parlant français, l enfant abandonnera, entre auires phonèrnes, les voyelles et les çonsonnes inspiratoires, les occlustves aspirées, les vibrantes et les affriquées labiales, les claquernents etc. Au bout de la secronde année. Ce que nous yenons de dire suffit, pensons-nous, à montrer la. Mais ce n est pas seulement le phonéticien qu il intéresse. Enlin nous no croyons pas qu il soit indifférent à des parents frarrçais et spécialement à ceux qui lisent cette Revae d apprendre comrnent s est fait, chez deux enfants belges, l apprentissage de leur langue.

En ayant ce modèle présent à l esprit, peut-être s intéresserontils davantage aux balbutiements de leurs propres enfants et chercheront-ils à corroborer ou à contredire. Mlle Miège s est proposé, dans une enquête menée à Lvon, end établir l état du fr. Dans une brève introducl,ion, l auteur affirrne que I enquête a été conduite rr dans des milieux aussi différents que possible : des sa ants et des illettrés, des femmes du monde ei des ménagères.

Ainsi donc, cette e quête n eut point pour objet l,établissement des traits dialectaux du français de Lvon, rnais I examen du vocabulaire proprement lyonnais et les degrés de vitalité des termes et de leurs acceptions particulières entre Rhône et Saône. Le danger d une telle enquête est précisément dans l,erreur involontaire du témoin sollicité directement.

A une question posée, celuici réagit différemment selon la disposition d esprit ou la façon dont il a été interrogé. Assurément, le danger est moins grand pour l,étude d un françaisi régional que pour celle d un patois. D ailleurs, Mlle Miège a su critiqr,rer ses sources quand cela était nécessaire, s entourer de précautions dans son enquête linguistique et tendre cles pièges aux témoins.

L ouvrage se conrpose d un court avant-propos, d,une bibliographie de trois pages bien faite, d une introduction et d,un trop bref. Etat des Etudes lyonnaises , où Nizier de puitspelu est traité avec irrévérence.

Le glossaire de I Abbé vachet est établi prus scrupuleusenrent que le u Littré de Ia Grand côte n, dont certaines fantaisies peuvent déconcerter le lecieur non lyonnais, car le Lyonnais, nrême prérenu contre le manque de science du brave puitspelu, lit toujours rrvec plaisir les ceuvres de celui-ci, si pleines d un humour et d un lvrisnre bien particuliers. I-es mots étudiés par Mlle Miège sont classés en sept séries : I. La vie domestique le ménage et la rnaison; la cuisine et les aliments; Ia çave, la couture et le vêtement, la lessive ; II.

La vie sociale les termes des rnétiers; les gestes et les attitudes; les jeux; les termes de cir,ilité et d injure ; III. Les aspects de L-von; Ilr. Les plantes et la ierre; V. Les animaux; VI. Les parties clu corps; VII. En appendice, ture liste des mots relatifs à la soie, dans puitspelu, suivie d un index des mots étudiés. La coquelle est connue dans tout le Nord du Dauphiné. Eclairer au sens d allumer est très usité dans la région ryonnaise.

Le plot est aussi le petit tabouret sur lequel la couturière pose un Pied pour coudre, o, ,u. Très vivant dans ce sens, il y a quelque vingt ans, il n,a certainement pas disparu.

J ai vu encore ce jouet peu -uuteux entre les mains de petits gones, de à Mlle Miège n a entendu q:ue petite raoe pour radis I Le mot rouagnou n est-il pas arrivé à son oreille I Pourquoi à propos de la centpole connue dans toute la région lyonnaiseparle-t-e lle du pot de uin, d une contenance supérieure à un litre. Au sujet de bugne chapeau, p. Conterrtons-nous de rapprocher le çouple parallèle : beignet gâteau et beigne coup frappé, meurtrissure.

Bagnon est courant dans le langage des laveuses dans les plates, chaque femme a son bagnon. Les vendangeurs se servent du ben6t 50 litres et de la benne litres. L expression u chaud comrne du lissieu l est très vivante, je puis I attoster. Carcasser est très employé. Mlle Miège ne semble pas avoir entendu I expression : braire le carcts, qui se dit d un objet donnant un son fêlé, ou d un contenarrt dont le contenu esl brisé. Chougner pleurer esi très vivant à Lyon et à Yienno, mais il ne rn est pas yenu aux oreilles à Sens depuis sept ans, bien que PerraultDabot le cite dans l Yonne.

Je n ai pas souvent entendu à Lyon larloter râler mais raloter ou raleter au sujet des enfants ou des malades. Gaillot n est pas oublié à Lyon et encore moins dans la campagne. Pourquoi no pas rapprocher de arpion ergot de coq lo mot.

Ia harpé. Nous disions autrefois arpent et non arpe. Enlin, ce n est pas chaillottes que j ai entendu pour désigner les dents, tnais chaqnottes. Ces quelques remarques n enlèvent rien à la valeur du travail de Mlle lfiège, et nous souhaitons qu elle soit imitée pour tous les français dialectaux avant que ceux-ci disparaissent.

Son ouvrage est un excellent document. Romanoloji Semineri Dergisi. Irauaun du séminaire de philologie romane ,I, Istanbul, Devlet Basimevi, Nous saluons avec un très vif plaisir ce premier volume des travaux de philologie romane de la Faculté des lettres de l Université d Istanbul.

Quelle succession extraordinaire d événements a-t-il fallu pour qu un recueil consacré à la philologie ronane paraisse à Istan. Nous signalerons ici les contributions qui s e rapportent à I objet de cette Revue.

Mlle Rosernarie Bunr. Elle note que le translateur eI le traducteur n ont jamais traduit que des textes écriis ; le mot lotinier, attesté dès le xuu siècle, n a pas survécu au moyen-âge Mlle R. Burkart croit que ce mot, à cause de son rapport étymologique transparent avec latin, n a pas survécu à l édit de Yillers-Cotterets qui, en c, a fait du français Ia seule langue officielle de la France, mais nous avons le sentiment qu à cette date le mot ne devait plus être vivant.

Ces deux termes désignaient les a interprètes l qui facilitaient les relations entre Orientaux et Occidentaux. Mlle Burkart étudie de façon très heureuse le sens figuré que drogoman a pris dans la langue des Troubadours et quq trucheman a gardé dans la langue classique.

Ce dernier m. Mlle Burkart a relevé à deux reprises dans le Temps l expression par Ie truchentent de l [nterprète! Mlle Burkart attribue la substitution d interpl ète à drogman et à truchement au fait que le drogman ou truchement était un fort petit personnage, tandis que l interprète avait, à l origine, un caractère infiniment plus relevé, étant proprement l exégète des textes sacrés. Nous croyons que l histoire de l avènement cl interptète po:uirtait être serrée de plus près.

Nflle Burkart. Nous serions poltés à croire que drogman eI trucheman, avaient une couleur orientale trop marquée et n étaient aptes à désigner que des intorprètes l de lurc, d arabe ou de persan ainsi Covielle dans le Borttgeois gentilhomme. Lorsqu on a eu besoin d tt interprètes l pour les langues occid. Il y a peu de temps ençore le ministère des affaires étrangères employait des drogmans dans le Levant et des interprèfes dans d autres contrées.

L allemand Dolmetscher, au contraire, emprunté au turc, est devenu, malgré son aspect exotique, le comment amincir une personne sur photoshop général pour interprète rr. Dans une note finale Nllle iJurkalt signale, d après Ie roman Toilà tani!

Elle propose de ce dernier terme une explication qui nous paraît contestable : guide matron serait nne faute pour guide-rnarrons, celui qui guide les victimes qu on roule! A propos du français espagùol, qui vient de I italien spa gnaolo, et cle l anglais spaniard, il éiudie l emploi des suffixes diminutifs et augmentatifs dans les nons de peuple; ces suffixes ont, été ajoutés au nom du pa.

Spitzer, à l appui de sa thèse, nous retiendrons l emploi en français de poys au sens de tr c,ompatriote l. Spitzer attire l attenlion sur la forme en T croix potencée de la potence. Histoire de rire, par exemple est originellement apposé à la phrase qu il accompâgne. Spitzer voit dans je ne sache pas que.

Spitzer cite les expnessions analogues Ef po. Et comment! Quoi, au sens de rr lrri f r vient de I emploi ùe quoi pour solliqiter de l interlocuteur l approbation non de la pensé. Spitzer se refuse à voir dans qrie si, introduisant une proposition subordonnée, un calque du latin quodsi, il propose une sorte d ellipse de je dis ou de c est.

Spitzer s attache moins au système de la langue qu à I interprétatjon psychologique de certains modes d expression un peu en dehors des cadres normâux; il apporte dans cette étude une grande ingéniosité et des exernples nombreux attestant lrne lecture considérable. Dunnav, Faates de français, 14" éd.

Notre collaborateur M. Tresch, professeur à I Athénée de Luxeurbourg. C est lèz ftiornrnes et non 1éz hommes qui est affecté mais l,é est peu fermé, presçlue mo-Yen. L:r prononciation skr. ÀTeutre avec cB ouvert est un méridionalisme ou un picardi-sms. Dans I ensemble. L étude de la conjugaison est particulièrement soignée. Pour les deux variantes de la conjugaison d osseoir, il serait bon de faire remarquer qu ossied,s, assiérui.

L opposition entre ces séries est inexactement, présentée : ié est la généralisation des formes toniques sied : latin sëd,etoi vient de I infinitif seoit : lat sedereet I y d asseyons est un son intercalaire dans l ancien hiatus osse-ons. Une table méthodique des matièr:es serait la bienvenue. Seidner-Weiser a refondu et remis au point l utile travail de Gabriel Dubray, depuis longtemps épuisé, qui avait pour but de signaler aux Allemands parlant français les germanismes d origine diverse.

Une des câuses d erreurs les plus fréquentes, c est la présence en allernand de nombreux mots ernpruntés au français mais qui ont pris un sens différent p. Une liste très copieuse de rnots pourlant prêter à erreur a été dressée par. Les notices explicatives, plus ou moins longues pour chaque terme, témoignent d une connaissanûe apflrofondie du français, de son histoire et de l usage actuel - P.

A propos de Laborant, on pourrait ajouter que le féminin La. La lecture de ce petit livre perrnettra, par ricochet, aux Français de perfectionner leur connaissance de I allemand. Janvier-février Remarquable article de synthèse, qui soulève des problèmes généraux du plus haut intérêt. Oui, a dit Saussure ; non, répond M. Mais, si l on se place à I intérieur d une langue, dans la conscience linguistique des sujets, M.

La grande difficulté que présente l apprentissage d une langue étrangère pour un unilingue, c est précisément de décoller le mot de l idée ou de l objet; par suite, toutes choses égales d ailleurs, la seconde langue étrangère est beaucoup plus facile à apprendre que la première.

Passant à I examen de la linguistique synchronique, M. La distinction saussurienne entre les faits de langue et tes taits de parole m a toujours luru n. J ai trop cherché moi-même, à maintes reprises.

Les catégories logiques qui nous paraissent le plus indispensables noms, verbes, temps et modes. Le palagraphe relatif aux langues arlificielles, qui n ont aucun des caractères psychologiques d un idiome rrt cadavres sans âme l, mériterait d être cité en entier.

Au sujet de la linguistique diachronique, voici enqore une vérité indiscutable : ce n est ni I apprentissage du latin, ni celle de l histoire de notre langue qui nous donneront la connaissanco inluitive de notre langue; il v a eu, il y a encore d excellents romanistes qui écrivent mal ou tout juste correctement. Certains aspects nuancés du français sont finement analysés et permettent d instructives comparaisons avec des idiornes moins évolrrés.

En résumé il faut faire appel à la psychologie pour réaliser de nour,eaux progrès en linguistique française. Pichon et M. XII, janvier-juin Bouncrnz, Le ilomaine gqscon I Il fallait avoir longuement enseigné et pénétré le gascon pour pouvoir, en quelques pages, en synthétiser les caractères essentiels avec autânt do clarté que de maitrise.

L auteur a relevé, dit-il, loin du domaine occupé jadis par les lbères, des exemples de cette évolution phonétique considérée généralement çomme un ibérisme, et qu il attribuo à une [endance générale du latin vulgaire. J avoue que sotr argumentation qu il a développée au Congrès de Bordeaux de ne m a pas convaincu.

Pour les noms de lieux qu il a allégués, les étymologies qu il propose sont conjeclurales :il n a pu citer. Il reste évidemment le français fors hors dont l h est inexpiiqué : mais un mot isolé n est pas protrant, car il y a toute chance pour que le chan5Jement insolite de l initiale soit dû à une influence analogique.

Il n en reste pas rnoins que les noms de lieux signalés par M. Orr et dont l étymologie n est pas claire méritent d être attentivement examinés par les toponymistes 1 pp.

Gevnr- montre qu il faut être prudent 1 Pour l Italie, la queslion demanclerait à être étudiée à part. Mais il semble oublier que dans 1a théorie actuelle des substrats, telle que I a soutenue Meillet, il ne s agit plus, comme Ie croyait Asc,oli, de transformations radicales effectuées, par exenrple en lalil rulgairc, quand les populations ce]liques, ibériques, ei.

Wacxrn, Coordonnées spatiales el coordonnées temporelles len lrançais]. L aul,eur nous rappelle que de nombreux adverbes et prépositions expriment à la fois l espaco ot le l,emps; il groupe les sens, analyse les évolutions sémantiques, jusqu à l usure de certaines particules qui, comme en, arrivent à être vidées de toute valeur spatiale ou temporelle.

Ce qu il y a de plus lleuT dans la conclusion, qui appelle des recherches complérnentaires, c est que la langue s enrichit sultout sur le plan spatial. II aurait éLé utile, croyons-nous, de rnarquer plus fortement qu au point di: vue psychologique le temps a été conçu d après l espace et qu au point do vue linguistique la valeur spatiale est toujouts à l origine des;rarticules bivalentes pp.

IXVII, Ar-nssro, SuIL etimologia del fr. L étyntologie d. Dernièrement Voir Le f ratr çais moderne,p. Pasquali avait appuyé, avec de ntluveaux arguments, le prototype proposé par Anto ne Thomas, nulrieobuhttn.

En tout cas, M. Ce qui est certain, c est que lo mot français vient du provençal. Le problème n est pas résôlu, mais NI. Le même auteur a publié dans I Italia antichissima xr,un article suggestif sur un nouveau type méditerranéen, sob- creux.

Il rappr-oche à bon droit le nom du lleuve côtier du Bruttium g41rulo, ancien Sabrztus, de la Sobis gauloise, ancien norn de la Sambra Sambre pourrait être le dérivé d une forme nasalisée, " Sornbâra eI cl autres rronrs de rivières analogues; on peut y joindre les Sèore, pour lesquelles on postule " Sauora nrais n Sabara convient également.

Très ingénieusement M. Holunder, de hohl, creu-x. D autres rapprochements sont pius douteux, ooûrme sappa eL sepelire, qui paraît indo-européen Iirnout-Meillet. La racine est-elle méditerranéenne ii La Sambre est bien loirr de ia Méditemanée pp. Dans ies MisceLlanea della h ac tltù di lettere de. Série I, M. Matteo Banror,r a donné une r. Les innovations lexicoldgiques qui dist. Pour le français en particulier, M. L italien est la langue la plus romaine et la moins romane.

Un joli sujet : les traductions françaises de Ia nomenclature natiorrale-socialiste, mais sujet traiti d une manière un peu rapide l auteur n ayal]t voulu, dans le cadre d une conférence, ne donner qu un choix : il faudrait plus de matériaux et plus d observations détaillées sur la ril;alité des différents néologismes congurrents. NationlJ socialisme au lieu de socialisme national, qui serait correct 1 correspond à I ital.

Au sujet de nazi, naziste I auteur ne menlionne pas assez clairement ce qui fait l intérêt de cette traduction de u nationalsozialistisch l : à savoir la stt,ruie ct I etnploi officiel d un tenne en français qui est tornbé en déchéance en allemand, voir mon article ici même, II, p.

Pour le problème d,e IIitIer I hitlérisme élision! Il n est pas du touL vrai que I allemand soil la seule l. Nous sommes la société bourgeoise-socialiste, beaucoup plus que bourgeoiso:capitaliste comme on pontinue cle l appeler.

Nous sommes les bourgeois so cialistes, comr4e les autres sont les nationaux-socialistes. Hamp forme bourgeois socialiste, pour faire peser sur cette épithète appliquée à la France l opprobre du terme étranger. On voit que l auteur change du tout au tout la syntaxe et l esprit du composé, qui, en somme, n a plus qu une vague ressemblance avec le terme allemand.

Leo Sptrzrn. I, nouavril-sept. Lncnos, A propos d,es éléments germaniques en utallon-liégeois. L au[eur analyse et critique une communication de M. Verdeyen sur les critères qui permettent de distinguer les emprunts au néerlandais et à l allenrand; il met en gardo contre les pièges de la phonétique et du lexique n allons Mrcnnr, sur Antoine Meillet Bulletin de la commission royale fbelgel de toponymie et. XI, Hausr, La philologie u:allonne en 1b L ouvrage le plus important de I année est lrr Toponymie de la commune de lalhay, de M.

Feller, qui est longuernent analysée et discutée. Mlle Wind, qui a étudié tr les rnots italiens introduits en français au xvr" siècle, Deventer, I92gprépare un ourrrage sur lcs particularités lexicologiques drr français parlé ou écrit en Belgique. Signalons aussi, de M.

Haust, uri précieux glos. La Vox romanica a consacré dans son t. II Zurich, ? GouenNunrn; pp. The French review Brooklyn, octobre 1g3?

IX,fasc. II, juin. Cennvz, Particularitës ph,ysiques t noms de personne. L auteur. Sa méthode est bonne : c es[ dans ]es demiers siècles du rnoyen âge, au nroment où les surnoms devenaient héréclitaires, qu il faut chercher l origine des patronymes et leur valeur première.

L interprétation des sobriquets de cette série ne paraît pas, a priori, offrir beaucoup de difficultés. Cependant il s en présente, comrne le montrera la discussion des pp. Maupeu p. Ce dépouillement très riche, dont les matériâux sont, dans ] ensemble, bien analysés, fait bien augurer du travail de M. Nous lui conseillerons de so rnéfier des paronymes à radicaux différents, d envisager dans chaque cas douteux toutes les possibilités d interprétation et de prendre des points de comparaison dans les types analogues formés en d autres régions.

Bulletin d. Le Dr. Iean Lecl. Il publie un petit lexique d après ses souvenirs, complétés par une récente enquête auprès des jeunes. Austin Gill. Le Temps, 19 août Au cours d une de ses brillantes critiques littéraires, M. André TsÉnrvr a trouvé une formule heureuse pour caractériser la poésie actuelle en France : il n y a plus de lyrisme dircct. Rien que la question sorte un peu de notre cadre, je tiens à relever ce jugement et à en tirer la conséquence, qui est grave.

En s éloignant de la vie, en se confinant do façon systématique dans la transposition, le sYnib, lisme, la poésie contemporaine a perdu contact avec le public. Si les jeunes en particulier se détournent de la poésie, c est que le poète ne sait plus les émouvoir. Le jour où un jeune de talent aura le courage d exprimer ses émotions, ses soufftances sur le mode direct et en langage humain, accessible à tous à condition qu un éditeur bien placé le fasse connaîtrela faveur du public ira à lui.

Mais il faudra attendre longtemps, je le crains, avant que ces diverses conditions soient réunies. Car notre époque si conformiste, pour qui la mode littéraire ou artistique est aussi impérieuse que celle du vêtement, se détourne des isolés et, si elle admet même les excentricités. Nous tournons le dos sur tous les terrains à I individualisme, qui a fait la force de la France.

Il faut attendre le retour du balancier, qui est fatal. Mais ce ne sont pas les hommes de ma génération qui le verront. L Guvne, 20 sept. Dans un de ses spirituels zigzags grammaticaux, M. Maurice Schône signalait deux impa. La vérité m a semblé plus tene à terre. Forme hypercorrecte, ai-je suggéré à M. N étant plus usité couramment, l imparfait du subjonctif donne I impression d,un temps élégant, propre au beau style. De 1à à l emplover à contre-sens, il n y a qu un pas, que même un rninistre peut franchir, surtout si, débordé de travail, il fait écrire son discours par un secrétaire trop zélé et imparfaitement informé en grammaire.

GoucrrIrrrrr ; E. Vince-nt, t oltoityniec elaFrince;l-sô1 sl, lrt , ,,riis tt? Comité de Rédaction : MM. Morphologie et syntaxe : Les rapports du genre et du nombre, Notes synlare E. Druzrr, E. Loncg, G. R,rrnsuo, 1. Surznn, etc. Ilsxrur-r ; Le lerique du dtctionnaire de l tcadémie et Iin J.

Onomastiqtte i Lq fra. Le frauçais dans les coloni. Directeur - Àdministrateur : J, L. L, D AR. Aulres Le No 25 fr. L" dtÂrtr. Esprit ,cultivé et ;[1[s fin pôur qui avait,pénétré dans son intimité, il s était intéressé à ta fois à l,économie politiqne,à la,politique tout court et,à la ;littérature.

Edité,trèsieu;JÀ;; une:gr:ande maison parisienne, il. L hom,mc donr nous déplorons J; p;;i" ;;É;";,",é. L ,pprenilronl, sa mort. Lesmoyers ,diaction ;sont ;a,sstu. Nul mieux que lui ne saurait être symbolisé par le chêne qui, après avoir lutté sans plier, est arraché pa. Pour le Français moclerne, il fut l,ami de la première heure, qui ne cessa de nous encourager et menu régime 1000 calories yahoo nous prêter son appui.

La suite est préparée, en partie rédigée. La mort n,a Fas accordé à l auteur re répit de trois ans cront, disait-il derniè-rement à ses intimes, il avait encore besoin pour achever l,ou-vrage Mais celui-ci est suffisamment avancé pour qu,on soit 1 Voir Le lrançais rnoilerne, LggA, 75,19gb, et,et :I9S,î, ZlB.

L auteur ne s est pas contenlé d analyser, époque par époque, le mécanisme interne de la langue et son évolution, sons, fotmes, syntaxe, lexique; il a montré l inlluence des grands mouvements cl idées, des inventions nouvelles, des techniques et des innovations sociales de tous ordres; le premier entn, il a étudié l histoire externe du français, sa pénétration progressive dans nos provinces, sa diffusion dans le monde Comment un tel homme, tout désigné pour présider aux travaux dr Dictionnaire de l Acaelémie française, pouvait-il ne pas compter au nombre des Quarante I ll n avaii jamais posé sa candidature, car il se savail, frappé d ostracisme par une personnalité influente, qui ne lui pardonnait pas cl avoir eu le dessous dans certaines polémiques.

Certes il éiail de taille à gagner la bataille; mais il lui répugllait de I engager dans de telles condiiions. Les résultats, on a pu les apprécier par la Grs mmaire cle l,Acad,émr. Quelle hrimiliation, que la noble Compagnie aurait pu s éviter si elle n avait pratiqué systématiquernent le culte de l incompétence!

Garclienne de la langue, d après sa charte tle fondation, l Académie n a donc pas été à la hauieur de sa tâche Ce qu il faudrait faire, le maître l a écrit : , La langue va vite, trop vite. A s ignorer, les uns et les autres ont tout à perdre, à se connaître, tout à gagner.

Les lignes suivantes des obseraaLions ne pourraient-elles constituer la charte cle réconciliation i rc Il faudrait.

Il en résulterait une grammaire, à la fois fixe eL souple, sans indulgence ponr les violations du génie de la langue, mais susoeptible cl un perfectionnement indéfini. Albert Da. Le dépouillement du courrier reçu par l Office est souyent suggestif.

Il montre notamment combien sont rares les bonnes formations françaises proposées comme néologismes. Raison de plus pour encourager celles qui surgissent, comme empoche encaisse du receveur au début de sa tournée créé par la Société parisienne des transports en commun, voire le telme technique complétage action de compléter urr dossier, etq.

Ce dernier mot répugne aux écrivains : le suffixe -oge, toujours vivant, est de plus en plus entaché d une familiarité qui le déprécie. Aux bons vieux suffixes français, on préfère des suflixes savants.

C est dommage, mais on ne saurait faire abstraction de cette tendan. Certaines régionalisations administratives sont peu connues. Saiton que telles Compagnies de chemin de fer écrivaient tuogon, telles autres ongon 7 On a émis le vceu que l unification se fasse avec le o, pour éviter la prononcialion ouago,n encore localisée dans l extrôme nord.

Le mot s est francisé : ne revenons pas en arrière. Au sujet du genre des navires portant un nom propre féminin, les avis sont partagés. Ne prononçons pas d ukase; n est il pas plus intéressant et plus scientifique.

Comité d. JneNnov, F. Lor, membres de I Institut, I h. Rossnr, directeur de Enseignement supérieur Paris ; E. Rannr, mernbre de l,Institut Borcleaux ; ùI.

Csosn para regime normal

Etranger : les professeurs, G. BrnroNr ItalieA. Munnr Suissepuscanru RoumanieJ. Scuxnrz AllemagneP. Cocnité d,organisatj. Mrnor, conservateur honoraire des Archiives Naiionales.

Trésorier : P. FoucrrÉ, directeur de I Institut de phonétiquede l Université de paris. Secréfaires : p, Lnner, à Dijon; Ch. Rosraluo, professeur auly"ée lrontaigne, puris. Mrr-r-ennnr,Professeur à I Université de paris, J. Sovon, archivisle honorairedu Loiret. Des vceux seront soumis pour la coordination des instruments de travail, la publication de répertoires officiels, l enseignement de la toponymie et de I anthroponymie, etc.

On proposera la nomination d un Comité international permanent pour maintenir le contact entre les spécialistes de ces études et préparer des Congrès ultérieurs. Les communications devront porter sur des questions d intérêt général. Le sujet devra être agréé par le comité d organisation : un résumé de dix à vingt lignes sera adressé, avant le 30 avril, au président, M.

Ces résumés seront publiés en français, avec le programme détaillé du Congrès, dans une brochure qui sera remise à chaque congressiste à son arrivée à Paris. Il y aura une section générale de toponymie méthodologie, bibliographie, répertoires, etc. Les langues admises au Congrès sont le français, l allemand, I anglais et l italien. Les communications playland ride rules publiées ultérieurement en un volume.

La cotisation est liuée ù 50 lrancs français. Elle donne droit à la participation aux travaux et aux réceptions qui seront organisées. Les membres d une même lamille femme et enfants auront accès aux salles des séances et aux r:éceptions moyennant wrc cotisation de 25 lrancs.

Une excursion touristique et toponymique aura lieu dans la rigion de Versailles. Les congressistes de Paris el, des environs adresseront leurs adhésions et les demandes de renseignements de préférence à M. Rostaing, 3, rue du Vieux-Colombier, Paris 6"; ceux de la province et de l étrangerà M. Le montant des cotisations sera envoyé à M. Notes étymologiques et lexicologiques Suire 1 aspic, terme culinaire.

L aspic, suivant la définition clu Larorrsse êst rrno. Littré avait déjà pensé au serpent, en remarquant que le mets est froid. Je m,étais demandé s il ne faudrait pas rattacher notre terme culinaire à l homonyme aspic, grande lavande, qui est, on le sait, un tout autre mot ah,ération du provençal ispic, épi. Ce végétal est une plante oléagineuse, d oùr I on a tiré des tu.

Mais :len ne justifie une telle conjecture, qui, quotes about car rides réflexion, semble infondée. La gelée d aspic était jadis coulée dans des rnoules dont la forme rappelait celle d un serpent roulé sur lui-même. La plus ancienne mention du mot qu ait relevée Oscar Bloch date de Les lecteurs de notre revue se rappellen[ les articles consa-crés à ce mot par Antoine Meillel, Léo Spitzer et moi-même: Ie mot, tiré du g,rec au tarkela, avait été confondu, quant à sa finale, avec les nombreux composés en I -archie.

Depuison note dans les journaùx, revues et I même sur des affiches le retour à la forme autatcie, que quelques-uns mettent entre guillemets, comme pour s excuset d un I. La cause de ce revirement m a été donnée par M.

Abel Hermant qui, on le sait, consacre à la langue française ses chroniques du Ternps sous le pseudonyme Je Lancelot. Une admonestal,ion de Lancelot a suffi pour renverser la vapeur. Autarchi,e disparaîtrat-il au profit d autarcie? Bn tout cas, le fait mérite d être rapproché de l intervention de Théodore Reinach, clont une lettre t at Temps, voici quelque trente ans, suffit à tuer tararnètre en core récent, mais qui avait déjà donné naissance à un jeu de mots pour le remplacet par tarimètre lappelé sous la forme abrégée tari à faire le tour du monde.

Une initiative individuelie peut donc ê[re assez puissante pour changer un mot Ce qui justifie, une fois de plus, la création de l Office de la langue lrançaise 2. Dauzat, La langue lrançaise d aujourd hui Paris, A. C,olinp. Avec des menus faciles à suivre, des recettes simplissimes régime un coaching zen pour mincir tout en douceur. Trois semaines pour se faire un corps canon comme on en rêve. Stop au régime routinier qui lasse vite! Haut en couleur, notre super régime, imaginé par la nutritionniste Catherine Serfaty-Lacrosnière, va vous donner envie de vous y mettre et de vous y tenir.

Il se déroule sur 3 semaines, chacune étant caractérisée par une couleur. Les efforts simple payants illico avec moins 1 kg sur la balance après 7 jours de menus et simple recettes simplissimes à base de poisson, de volaille, de laitages…. Comme beaucoup de femmes, vous souhaitez maigrir mais sans trop de contraintes. Euh Avec un miminum de contraintes, pour être plus. Le régime "Easy Fast" permet de perdre du poids rapidement, sans contraintes ou privations.

Un régime basique et simple à suivre. Simples Nacional. O Simples Nacional é um regime de impostos criado em como o objetivo de simplificar o pagamento de tributos por Microempresas ME e Empresas. Empresas optantes pelo Simples.

Se mettre au régime n'est pas si simple. Avant tout, il est nécessaire de faire un bilan sur son poids et sa façon de s'alimenter puis de. Enfin un régime pour s'alléger sans se se prendre la tête! Avec des menus faciles à suivre, des recettes simplissimes et un coaching zen pour.

De acordo com o Sebrae, hoje cerca de 12 milhões de empresas aderem ao Simples neste período. Quem pode aderir ao Simples? O Simples Nacional somente se aplica às microempresas, empresas de pequeno porte e microempreendedores individuais, regulamentadas pelo Estatuto. Em agosto deste ano, o Comitê Gestor do Simples Nacional regulamentou um aumento do teto anual de faturamento para que as empresas possam se enquadrar nas regras do sistema.

Confira a lista completa no portal do Simples Nacional. Como aderir ao Simples? Comme moi, chaque matin vous vous pèserez et vous verrez, incrédule, la balance annoncer g de moins que la veille. Ne vous attendez pas à des révélations fracassantes dans cette méthode. Il faut en effet dépasser notre conviction judéo-chrétienne qui dit que tout résultat dans la vie est forcément proportionnel aux souffrances endurées pour y arriver.

Le corps a une mémoire et on ne peut pas le tromper. Si vous avez faim et que vous maigrissez trop vite, le corps ca considérer cet époside comme un danger potentiel, et quand vous remangerez à nouveau normalement, il accumulera des réserves pour survivre au cas où ce type de problème se représenterait. Pour vous aider, Doctissimo a testé les différents régimes et vous propose une sélection de conseils et de menus-minceurs. Pour maigrir de manière durable. Mon régime facile pour perdre g par jour, et au moins 7kg en 2 mois et plus si on veut continuer.

Pour garder la ligne ou la retrouver, j'ai décidé il y a trois. Entre outras vantagens, essa é uma forma de evitar pagar impostos acima do que a lei prevê. Parece algo muito difícil? O Simples Nacional é um regime de impostos criado em como o objetivo de simplificar o pagamento de tributos por Microempresas ME e Empresas de Pequeno Porte EPP além de dar o tratamento diferenciado para simple empresas.

Abaixo segue régime perfil de empresa com vantagens nos Simples Simple. Desse valor, régime empresa pode descontar créditos calculados com base em diversos fatores, como consumo de energia elétrica. Régime simple Ne vous attendez pas à des révélations fracassantes dans cette méthode. Salades Soupes Plancha etc. Christophe Certainle 2 septembre, à 10 h 18 min Said:.