Sophocle atrides

Il y glisse une menace voilée adressée au Coryphée, le soupçonnant de corruptibilité au service des esprits rebelles. Le Garde vient alors informer le roi du viol de son décret. Créon se fâche et lui ordonne le silence. Le roi le menace des pires sévices s'il ne ramène pas rapidement un coupable afin de s'innocenter.

L'affrontement est immédiat et total : la jeune fille affirme l'illégitimité de l'édit royal en se réclamant des lois divines, non écrites et éternelles.

Les Atrides

Au fil de l'argumentation, Créon cède le terrain. Celle-ci refuse, la jugeant intéressée terrorisée à l'idée de se retrouver seule survivante de sa famille. Créon, exaspéré par ce comportement, les traite de folles et les fait placer en réclusion, là où doivent se tenir les femmes.

Puis voici Hémon, le fiancé de la condamnée. Hémon quitte brusquement les lieux en proférant une promesse morbide que Créon prend, à tort, pour une menace contre sa vie.

Tirésias sera le dernier protagoniste de ce triple affrontement.

Sophocle atrides

Le devin est venu dire au roi que les dieux n'approuvent pas son action et qu'il en pâtira pour la cité si Antigone n'est pas libérée et Polynice enterré. Créon insulte Tirésias et l'accuse de s'être vendu aux comploteurs qui en veulent à son pouvoir. Mais, secoué par les sombres prédictions du devin, lequel ne s'est jusqu'alors jamais trompé, il se ravise et décide d'aller procéder aux funérailles de son neveu avant d'aller délivrer Antigone. Il est hélas trop tard : celle-ci s'est entre temps pendue dans la grotte où elle avait été emmurée.

Le Mythe des Atrides

Hémon tire son épée, ce que son père prend pour une tentative de le tuer, et se la plonge dans le corps. Retournant au palais, Créon apprend pour finir que sa femme, Eurydice, elle aussi vient de se tuer.

Note : les citations sont extraites de la traduction de Jean et Mayotte Bollack éditions de Minuit, Huillet, J. Version retravaillée pour la scène par Bertolt Brecht en à partir de la traduction en allemand effectuée par Friedrich Hölderlin en de la tragédie de Sophocle. Déjanire, épouse d'Héraclès, est sans nouvelle de son époux depuis quinze mois.

Or elle sait par un oracle que la date de sa mort approche. Elle convoque Hyllos, son fils, afin qu'il parte à la rencontre de son père. Alors qu'Hyllos retrouve son géniteur, Lichas arrive au domaine de Déjanire. Lichas, messager et compagnon d'Héraclès, devance le héros. Parmi les filles qui accompagnent Lichas, un messager révèle à Déjanire que se trouve Iole, fille d'Eurytos, pour qui Héraclès a fait la guerre. Héraclès veut faire d'Iole, malgré elle, son amante. Froissée et soucieuse de reconquérir son époux, Déjanire enduit une tunique du sang du centaure Nessos souillé du sang de l'hydre de Lerne, deux monstres tués par son mari.

Elle remet la tunique à Lychas afin qu'il la remette à Héraclès. Quelque temps plus tard, Hyllos revient auprès de sa mère et l'accuse : la tunique qu'elle a offert à Héraclès l'a tué.

Les sangs des monstres n'étaient pas un philtre d'amour mais un poison. Déjanire, au désespoir, se poignarde. Hyllos revient auprès du corps d'Héraclès qui n'est en fait que mourant. Héraclès se laisse gagner une nouvelle fois par la colère et la démesure et demande qu'on lui amène Déjanire pour la tuer.

Le héros qui a triomphé de douze travaux, d'innombrables monstres, est conscient que c'est le bras d'une simple mortelle qui met fin à sa vie. Hyllos apprend à son père la mort de sa mère. Héraclès livre alors ses dernières volontés.

Hyllos jure de les respecter. Seul le feu, qui apportera la mort, pourra soulager les effets du poison. Cependant Hyllos s'oppose d'abord au dernier souhait de son père : Héraclès veut que son fils épouse Iole, la femme, cause de la tragédie. Hyllos est obligé, sous peine d'être parjure devant les dieux, d'épouser la fille d'Eurytos. Il invite tous ceux qui ont des informations sur ces événements à les dévoiler.

Tirésias, le devin aveugle, est convoqué le premier. Il connaît la vérité mais il refuse d'abord de la divulguer. Qui étaient ses parents?

Exercice pour maigrir des fessiers et des cuisses femmes

Jocaste devine la vérité et se retire. Tout le reste est révélé lorsqu'on envoie chercher un vieux berger, le seul survivant de l'escorte de Laïos au moment de sa mort.

Sophocle atrides

Il a compris que ce que lui avait destiné l'Oracle lorsqu'il était plus jeune s'est réalisé : "tu tueras ton père et tu épouseras ta mère". Il finira son exil à Colone, sujet de la seconde pièce de Sophocle. Pier Paolo Pasolini, Edipo re. Électre entre et La pièce s'inscrit dans le cycle mythologique des Atrides. Elle débute après que le roi de Mycènes, Agamemnon, a été assassiné par son épouse Clytemnestre et l'amant de celle-ci, Égisthe, qui règnent désormais tous deux sur la cité.

Sophocle atrides

Électre, fille d'Agamemnon, connait depuis une existence misérable au palais de Mycènes. La Grèce Antique. Par Lodano dans Mythologie le 26 Décembre à La malédiction originelle remonte au cruel Tantale, roi de Lydie 1. En outre, sa descendance est vouée à la malédiction divine. Elles sont en grande partie responsables de la malédiction qui pèse sur les Atrides en perpétuant le cycle de la vengeance. Les plus connues sont Alecto, Tisiphoné et Mégère. Roi mythique de Lydie ou de Phrygie. Lui-même fils de Zeus.

Pour un de ces crimes son châtiment aux Enfers est exemplaire, mais il varie aussi selon les versions. Cette malédiction ne tarde pas à se manifester 2. Car les fils de Pélops, Atrée et Thyeste, tuent par jalousie leur demi-frère Chrysippe.

Bannis par leur père, ils se réfugient à Mycènes. Héros qui donne son nom au Péloponnèse, fils du roi de Lydie, Tantale. Seule, Déméter se trompe et dévore une épaule. Il était considéré comme le premier instaurateur des jeux olympiques avant Héraclès qui les aurait rénovés. Egisthe, seul capable de le venger. Thyeste viole celle-ci et engendre Egisthe. Mais la déesse Artémis réclame de lui en échange le sacrifice de sa fille Iphigénie.

Celui-ci sera vengé par son fils Oreste.