Botox cosmetic physicians network

Au cours de la dernière décennie, le docteur Yaremchuk a été invité fréquemment et un peu partout dans le monde à faire des exposés dans des congrès médicaux des plus importants et dans des facultés de médecine appartenant aux meilleures universités.

Enil a été choisi comme traveling fellow du British Royal College of Surgeons, et enle Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada l'a choisi comme professeur invité. Enil a été le conférencier principal au congrès annuel de l'association allemande de chirurgie esthétique et au 31e congrès annuel de l'association japonaise de chirurgie esthétique.

Le traitement des rides par injection de Botox®

Professeur de chirurgie à la Harvard Medical School, le docteur Yaremchuk est un praticien innovateur et un professeur. Il utilise des techniques et des connaissances de pointe pour soigner ses patients.

Regime de deux semaine

Il est l'auteur de trois manuels, de 40 chapitres de livres et de plus de articles scientifiques. Son laboratoire de recherche se concentre sur les possibilités offertes par la transplantation et par les tissus produits par biotechnologie dans l'amélioration ou la reconstruction du visage ou du massif facial osseux.

Le docteur Yaremchuk établit un équilibre facial — les traits idéaux — à l'aide de mesures anthropométriques, de données scientifiques, des éléments naturels et d'une réflexion rationnelle. Les effets secondaires sont liés au mode opératoire uniquement : les piqures, et en aucun cas au produit lui-même.

Botox cosmetic physicians network

Elles peuvent se traduire par de petits hématomes, qui sont rares, car l'aiguille est très fine. Ce traitement peut également entraîner, chez les patients migraineux, quelques maux de tête transitoires. C'est pour cette raison que le patient doit rester au calme dans les heures qui suivent l'injection pour ne pas provoquer la diffusion de la toxine en bougeant trop les autres muscles de la face. Cette complication est transitoire et réversible après 3 à 4 semaines.

Rassurez-vous, la toxine botulique est utilisée en médecine depuis plus de 25 ans en neurologie, en ophtalmologie et en pédiatrie pour mettre au repos certains muscles à l'origine de manifestations anormales ou douloureuses. Protocole conseillé : trois séances par an pendant deux ans puis deux séances par an en fonction des cas.