Liposuccion jerez de la frontera quimica

Adresse de départ. No corresponding geographic location could be found for the specified addresses. Check the address and try again. Impossible d'obtenir la demande de directions.

Updating map Contenu connexe Related articles. La météo en Andalousie. Bienvenue à la Communauté touristique andalouse. Point de rencontre entre voyageurs et professionnels du tourisme ou des voyages. Une vitrine exceptionnelle pour tout ce qui est lié au tourisme en Andalousie.

Copyright Consejería de Turismo y Deporte de la Junta de Andalucia. Log in with your account. Username or Email Sensibles à la casse, vérifiez que le verrouillage des majuscules n'est pas activé. Mot de passe Sensibles à la casse, vérifiez que le verrouillage des majuscules n'est pas activé.

Or log in with:. Personal information e-mail. User type tourist professional media. Recevez notre bulletin. Media company you work for. Que si el en muchas partes de sus escritos dize que el no guardar el arte antiguo lo haze por conformarse con el gusto de la plèbe, que nunca consitio el freno de las leyes y preceptos, dizelo por su natural modestia y porque no atribuya la malicia ignorante a arrogancia, lo que es politica perfecion.

Luis Ferrer de Gardona, gouverneur de Valence, membre de l'Académie des Nocturnes et auteur de quelques comedias recueillies dans le Nortede lapoesia espanola Valence, ; mais La Barrera a démontré que cette identification ne saurait être admise, et la meilleure preuve qu'il en donne est que Carlos Boyl, l'auteur du romance qu'on lira plus bas, contemporain et compatriote de Luis Ferrer et du mystérieux Ricardo de Turia, les distingue nettement.

Il est très probable, suivant La Barrera qui se fonde sur des renseignements donnés par Onofre Esquerdo et Jimeno, que le nom de Ricardo de Turia s'applique à D. Pedro Juan de Rejaule y Toledo, magistrat de Valence, qui fut accusé d'avoir mal rempli son emploi et eut à subir de dures persécutions.

Un vers du romance de Boyl El verso conceptuoso Y los quintillas perfetas Del culto Ricardo busqué, Pero no afecte su estrella, que n'avait pas compris Mesonero Romanos, ferait précisé ment allusion à ces mésaventures. Lire : a el. L'apologie en question se recommande par quelques vues assez originales par exemple sur le rôle du graciosopar un joli entrain et du bon sens.

C'est à peu près ce que Lope lui-même aurait pu et dii écrire s'il n'avait pas eu cette malencontreuse préoccupa tion de plaire aux cientificos et de se faire pardonner par une pédante élucubration ses concessions au goût du vulgo. Il n'y a dans Y Apologético que deux passages qui réclament quelque commentaire : d'abord l'allusion à Ganassa, à propos du style bas de la comédie.

Egli abbondava solamente di motti ridicoli e graziosi in modo, e tanto modesti che ogni spettatore virtuoso ne riceveva gran diletto, e veracemente se gli affezionava. Ganassa fu in Ispagna al servizio di Filippo II intorno al i conducendovi la sua ben regolata comica truppa, e benche da principio non fossero ne lui ne i suoi compagni troppo intesi da quella nazione, pure egli s'ingegnô co' gesti e con qualche parola di piacere e far ridere, sino che impratichito poi délia lingua cercô di mescolare al proprio dialetto bergamasco qualche vocabolo spagnolo, onde farsi poi sempre intendere con infinito contento délia Corte e del Re Egli in Ispagna si fece ricco, e fu da quella Maestà tenuto in istima e genero- samente beneficatoi.

Stefanello Boltarga suo padrone sopra la morte di un pidocchio, di lingua bergamasca ridotta nell' ilaliana tos cana. On sait combien les fantasmagories grotesques et étrangement grimaçantes de cet ancêtre des Brueghel, des Callot et des Goya était goûtées en Espagne qui en possède encore les plas importants spécimens. Tradado histôrico sobre el origen y progrcsos de la comedia y del histrionismo en Espana, t. IV, p.

Elles se trouvent maintenant an musée de Madrid. Le caractère lugubre des diableries de Bosch répondait bien aux goûls de Philippe II; il y pensait souvent, et par deux fois, dans sa correspondance avec ses tilles, il les mentionne en parlant des diables de la procession de la Fête-Dieu à Lisbonne Gachard, Lettres de Philippe II à ses filles, Paris, i, p.

Elles impressionnèrent aussi très fortement des ascètes tels que le P. Je dois à l'obligeance de M. Le Gentil, ancien élève de l'École normale supérieure, la copie de YApologético et du Romance de Boyl fidèlement exécutée sur un exemplaire du Norte de la poesi'a esparola. Apologetico de las Co médias espanolas por Ricardo de Turin. Suelen les muy criticos ïrensiacos ' y Plautistas destos tienipos condenar generalmente todas las comedias que en Espana se hazen y representan, assi por monstruosas en la invencion y disposicion.

Como lo vieron los que se acuerdan en Espana del famoso comico Ganaça, que en la primera entrada que hizo en ella robo igualmente el aplauso y dinero de lodos; y lo ven agora los que de nuestros Espanoles estan en Italia, y aun los que sin desamparar su patria se aplican al estudio de letras humanas en todos los poetas comicos, haziendo mucho donayre de que introduzganen las comedias un lacayo que en son de gracioso, no solo no se le defienda el mas escondido retrete que bive la dama y aun la rreyna, pero ni el caso que necesita de mas acuerdo, estudio y experiencia, comunicando con el allas razones de eslado y secretos lances de amor ; assi mesmo de ver los pastores tan entendidos, tan fdosofos morales y naturales, como si toda su vida se huvieran criado a los pechos de las univer- sidades mas famosas.

Pues, al galan de la comedia que, quando I. Sic pour Terenciarcus, l'ait sur hcresiarcas. Pues, si entramos en el transcurso del tiempo, aqui es donde tienen los mal contentes cierta secta de dis- crètes que se usa agora, fundando su doctrina y superior ingenio en recebir con nauseas y hamagos quanto a su censura desdichadamente Uega la fortuna por la frente, aqui es donde con tono mas alto, sin exceptar lugar ni persona, acriminan este delito por mayor que de lésa Magestad ; pues dizen que si la comedia es un espejo de los sucesos de la vida humana, como quieren qu'en la primer jornada o acto nazca vno, y en la segunda sea gallardo mancebo, y en la tercera experimen- tado viejo, si todo esto pasa en discurso de dos horas?

Bien pudiera yo responder con algun fundamento y aun exemples de los mesmos Apolos, a cuya sombra descansan muy sosegados estos nuestros fiscales, con dezir que ninguna comedia de quantas se repre- sentan en Espaîia lo es, sino tragicomedia, que curacne regime alimentaire un mixto formado de lo comico y lo tragico, tomando deste las personas graves, la accion grande, el terror y la commiseracion, y de aquel, el négocie parti- cular, la risa y les donayres; y nadie tenga per impropiedad esta mixtura, pues ne répugna a la naturaleza y al arte poetico que en una misma fabula concurran personas graves y humildes.

Que tragedia huvo jamas que no tuviese mas criades y otras personas deste jaez, que personages de mucha gravedad? Y les Espanoles ne ban side inventores deste mixto peema aunque ne perdieran opinion quando le fueranque muy antigo es, y en qualquier délies ha lucide mas el ingenio del peeta por el grande artificio que incluye en si la mezcla de cosas tan dictinctas y varias y la union délias, no en forma de composicien como algunes ban pensade, sine de mixtura perque va mucho del un termine al être type de menu regime atkins diet doctrina es del Filosofo en el primere de Generatione, muy vulgar, donde muestra la diferencia que bay entre lo mixte y lo compuestoi.

Perque en le mixte las partes pierden su ferma, y bazen una tercer materia muy diferente, y en le cempuesto cada parte se conserva ella misma como an tes era, sin alterarse ni mudarse, antes bien se compone y junta, y lo que nace desta composicien ne es un tercere 1.

Aristote, De generatione et corruptione, livre I, ch. Lo mixto, podemos comparar porque exemplilicando declararemos mejor nuestro conccpto al fabu- loso Hcrmofrodito sicj; este de hombre y muger Ibrmava un tercero participante de la una y otra naturaleza, de tal manera mixto que no se podia separar la una delà otra.

Lo compuesto, es semejante a un hombre que se abraça con una muger, y, desasidos, cada uno buelve en su ser; porque sabida cosa es, que el abraçarse no los confunde de manera que assi el hombre como la muger dexen de ser el mismo hombre y la muger misma que eran antes, y qualquiera dellos no guarde y reconozca entera su naturaleza, su ser y su forma.

De aqui nacen los no entendidos pasmos de los amantes, viendo que no pueden unir y mezclar los cuerpos en la misma forma que las aimas : porque ellos por medio de la voluntad, que no tiene otro acto que la cosa querida, acordandose y conformandose en querer una cosa misma, se juntan facilmenle y de dos aimas se hazen una; pero los cuerpos que no se pueden trocar ni penetrar, como se esmeran y tra- bajan en anudarse, vienen con esto a unirse de manera que hazen de dos al parecer un jai reussi a perdre du poids naturellement solo, como de dos voluntades una.

Pero bolviendo a nuestro proposito, que del no poco nos hemos divertido. Digo que, sin defender la comedia espanola, o por mejor dezir tragicomedia, con razones philosophicas ni metaphisicas, sino arguyendo ab effectu, y sin valerme de los exemples de otros poetas extrangeros que felizmente han escrito en estilo y forma tragicomica, pienso salir con mi intento. Quando por los Espafioles fucra inventado este poema, antes es digno de alabança que de reprehension, dando por constante una maxima que no se puede negar ni cabillar, y es que los que escriven, es a fin de satisfazer el gusto para quien escriven, aunque echen de ver que no van conforme las reglas que pide aquella compostura; y haze mal el que piensa que el dexar de seguillas hace de ignorallas, demas que los comicos de nuestros liempos tienen tambien provada su intencion en otras obras, que perfetamente han acabado y escrito con otros fines que el de satisfazer a tantos, que no necesitan para eternizar sus nombres de escrivir las comedias con el rigor a que los reduzen estos afectados censores con quien habla mi Apologia.

Supuesta esta verdad, pregunto que hazana sera mas dificultosa, la del aprender las reglas y leyes que amaron Plauto y Terencio, y, una vez sabidas, regirse siempre por ellas en sus comedias, o la de seguir cada quinze dias nuevos terminos, y pre- ceptos?

Que faire à Jerez de la Frontera, Cadix

Pues es infalible que la naturaleza espanola pide en las comedias lo que en los trages, que son nuevos usos cada dia. Tanto que el principe de los poetas comicos de nuestros tiempos, y aun de Bull, hispan. Porque la colera espanola esta mejor con la pintura que con la historia' ; digolo, perdre du poid hernie discale quebec unâ tabla o lienço de una vez ofrece quanto tiene, y la historia se entrega al entendimiento o memoria con mas dificultad, pues es al paso de los libros o capitulos en que el autor la distribuye.

Y assi llevados de su naturaleza, querrian en una comedia no solo ver el nacimiento prodi- gioso de un principe, pero las hazaiias que prometio tan estrano principio, hasta ver el fm de sus dias, si gozo de la gloria que sus heroycos hechos le prometicron.

Y assi mismo en aquel brève termino de dos horas querrian ver sucesos comicos, tragicos y tragicomicos dexando lo que es meramente comico para argumento de los entre- meses que se usan agoray esto se confirma en la musica de la misma comedia, pues si comiençan por un tono grave, luego le quieren no solo alegre y jolis, pero corrido y bullicioso, y aun abivado con saynètes de bayles y danças que mezclan en ellos. Pues si esto es assi, y estas comedias no se han de representar en Grecia, ni en Italia, sino en Espafia, y el gusto espanol es deste métal, porque ha de dexar el poeta de conseguir su lin, que es el aplauso primer precepto de Aristoteles en su Poeticapor seguir las leyes de los pasados, tan ignorantes algunos que inventaron los prologos y argumentos en las comedias, no mas de para declarar la traça y marana délias, que sin esta ayuda de costa tan ayunos de entendellas se salian como entra van?

Y la introduction de los lacayos en las comedias no es porque entiendan que la persona de un lacayo sea para comunicalle negocios de estado y de govierno, sino por no multiplicar interlocutores : porque si a cada principe le huviesen de poner la casa que su estado pide, ni havria compania, por numerosa que fuese, que bastase a representar la comedia, ni menos teatro aunque fuese un coliseo de bastante capacidad a tantas figuras; y assi haze el lacayo las de todos los criados de aquel principe; y el aplicar donayres a su papel, es por despertar el gusto, que tal vez es necesario, pues con lo mucho grave se empalaga muy facilmente, como se vio en la donosa astucia de que uso aquel grande orador 1.

Cervantes, dans El Rujlan dichoso, lait dire à la Comedia: Ya représente mil cosas, No en relacion como antes, vSi no en liecho. Y hazcr faciles duenos a los rudos pastores de materias profundas no desdize de lo que famosos y anliguos poetas han plati- cado; y, por evitar proligidad, bolvamos solo los ojos a la tragi- coniedia que el laureado poeta Guarino hizo del Paslor fido, donde un satiro que introduze a imitacion de los que en esta figura repre- hendian los vicios de la republica, de donde les quedo nombre de saliras a los versos mordazes habla en cosas lan allas y especulalivas, que es el mejor papel de la fabula, y difine el mismo poeta al satiro, dizicndole en boca de Corisca : messo hoino, messo capra, e tiillo beslia'i.

Pues, obra es la del Paslor fido y opinion es la del autor de las primeras que en Italia se celebran. Assi que no esta la falta en las comedias espanolas, sino en los Zoylos espanolespareciendoles brève camino y libre de trabaxo para conquistar el nombre de discretos la indistincta y ciega murmuracion, y si le preguntays al mas delicado destos que os seîiale las partes de que ha de constar un perfecto poema comico, le sucede lo que a muchos poetas pintores de hermosuras humanas, pues las atribuyen facciones tan disfornies que si el mas castigado pincel las reduxera a platica, no liuviera inventado demonio tan horrible Geronimo Boscho en sus trasnochados diabo- licos caprichos.

Desta calidad, desta traça y estilo que antes procuro calificar que disculpar son las doze comedias que hoy iVurelio Mey exponc al juycio y censura de toda Espaiîa, deseando lisongealla, haciendole propias con sacallas a luz algunas obras que, con serlo de sus hijos, el olvido las oprimia de manera que, si bien no les robava, les impidia tan dichoso blason: la figura en que las hallo imagen del cadaver de Sagunto y la en que hoy las restituye, con lo que supone de vigilante diligencia, acredita de lucido trabaxo.

Délias se represen- taron en tiempo que no disputo si era el mesmo que nos préside agorapero bien se que en una gênerai acceptacion resonaron los eccos del ultimo verso.

Délias han salido a luz en esta era ni kamen rider q si diga dichosa o trabajosa no con menor suerte que las primeras ; con todo, no se las aseguro feliz por ver que no es un mismo contraste el que quilata en el theatro, y el que califica en la impresion ; no todo lo representable tiene esplendor impreso, ni todo lo impreso illustra al que lo recita : este riesgo corren, pero sin el, que pluma, por culta que fuese, bolo por la région deste siglo?

L'apologue de Vonihre de Vâne fut racontée par Démosthène à des juges devant lesquels il plaidait et qui ne prêtaient pas d'attention à la cause. C'est ce que rapporte Suidas, dans deux passages de son Lexique. Carlos Boyl Vives de Canesmas, olim de Ârenos, seigneur de la ville de Masamagrell, appartenait au groupe valencien des adeptes de la comedia mieva. L'intérêt du romance de Boyl réside dans la précision des recettes qu'il donne au licencié peut-être imaginaire qui désirait connaître les secrets du nouvel art.

Jerez de la Frontera et 6 activités qui vous donneront envie de la visiter

Voici une analyse du morceau dont l'ordonnance laisse à désirer et dont plusieurs passages assez mal écrits ne dévoilent qu'imparfaitement la pensée de l'auteur. Versification v. Concevait-il ses quin- tillas comme formant des dizains. Boyl était un peu plus généreux que le disciple chéri de Lope, 1.

A cada scena dava Montalban Irecienlos versos, porque dezia que novecienlos eran circulo suficienle a cada jornuda. Cette recommandation nous prouve qu'à Valence on en était encore à Vabécé du métier. En dehors des redondillas, il ne tolère pas grand'chose. Il faut, dit-il, éviter les tercets et les stances, et par stances il entend sans doute les octaves et peut-être les silvas. C'est, en effet, ce qu'on trouve dans El marido asegu- rado : un romance dans le deuxième acte Sabras pues, Man- Jredo amigo Style v.

Pas trop de pensées ni de sentences, point de réflexions à propos de n'importe quel incident, car ainsi l'on fatigue le public qui n'est plus capable de les goûter quand une occasion se présente vraiment de remonter le ton du discours. Il y a des rôles bas, ceux du valet, de la soubrette, de l'écuyer et de la duègne, auxquels il faut prêter le langage de leur condition sociale. Composition v. Sujets v. L'amour et le courage guerrier, voilà les sujets essentiels; mais il ne faut pas exagérer ces sentiments de peur de verser dans le klinefelter cellulite traitement larmoyant ou dans le genre san- 1.

Historia Elhinpica trasladada de frances en vulgar caitlellano por un secreto amigo de su palria y corrigida seyun el gricgo por el niismo, dirigido al ilustrissimo senor Don Alonso Enriquez abad de la villa de Valladolid.

Anvers, i Parties accessoires du drame v. La comedia com- porte des morceaux chantés, des prologues et des intermèdes. Boyl dit qu'il vaut mieux que ces accessoires ne soient pas de Fauteur de la pièce principale; il convient de les demander aux spécialistes : le texte letra des chansons à D.

Genres de comedias. ROMANCE Senor licenciado, cure las cataratas que ciegan los ojos que en la menioria dan luz a la inteligencia; 5 porque, curadas, abive su vigilante Minerva, si es que desea saber el arte de hazer comedias. La comedia es una traça, lo que desde que se comiença, hasta el fin, todo es amores, todo gusto, todo fiestas.

La Iragedia es todo Marte, todo muertes, todo guerras, que por esso a las desgracias 20 las sucllen llamar tragedias. La comedia antiguamente ténia coros y scenas, pasos y autos; pero agora en très jornadas se encicrra, 35 y cada jornada tiene cien redondillas, aunque estas son de a diez, porque con este ni corta, ni larga sea.

De tercetos y de estanças 3o ha de huir el buen poeta; porque redondillas solo admiten lioy las comedias. ISo le ha de doler borrar una y otra escrita scena; que quien algunas no borra lexos esta de la emienda. Hazer la postrer jornada 5o sin acabar la primera, es senal de que la traça tiene mucho de perfeta. Un romance y un soneto pide solo la que es buena, 55 lo demas es meter borra para hinchir vasios délia. La propiedad de su enredo segun las comicas reglas negocio ha de ser que acaso 6o dentro una casa acontesca.

Segunda ni média vez relatar acaso en ella lo que se ha dicho al principio, marana es de ingenio agena. Porque dezir de ordinario, 70 Iras una y otra quimera, uno y otro pensamiento, cansa al gusto, y no se Ueva. Y en ocasion de apretar un paso de mas alteza, 75 no le logra la costumbre cansada de oyr senlencias. El lacayo, y la fregona, el escudero y la dueiïa, es lo que mas en efeto 80 a la boz comun se apega.

Una letra, en ocasion de un paso de gran tristeza, al vulgo mientras se canta embuelto en silencio éleva. Que solo quien solo sale, qo por no cansar, en très letras, su razon ha de dezir, y, si en menos, no lo yerra. La suspension hasta el fin, el autor de Clariclea fsicj j5 en Teagenes confirma lo que en esto el gusto alienta. Que conocer al principio los sucesos del fin délia, ni es de mano artificiosa, ni es obra de ingenio llena. Algunos por varios modos amor sin gueiras condenan, y otros guerras sin amor : ay de quien tal gusto templa!

Despues, Licenciado mio, iio que estas reglas y artes sepa, un sugeto escogera que de nombre a su comedia. Luego de otros atributos i3o al panai de sus colmenas el abeja de su ingenio pondra en la mas alla esphera. Letras, loas y entremeses buscara de mano agena, i35 porque la propia de todos como propia se condena.

Jerez de la Frontera

Las loas del gran Ferrer que ha de governar Valencia, el divino don Luys doctissimo en todas sciencias. Y al fin, fin, de espada y capa i5o dara a las salas comedias, y al teatro para el vulgo de divinas apariencias. Estos los compendios son de las artes de mi escuela; i55 aprendalos y saldra fino comico cometa, Ser esto verdad le juro por las mas que humanas letras del arie amandi de Ovidio, i6o que assi juran los poetas.

Ces apologies, ou justifications, de la comedia qu'on vient de lire ne sont pas les seules qu'on pourrait produire; il y en a d'autres du commencement du xvii'' siècle, celles par exemple I. Menéndcz y Pelayo. J'ai néanmoins préféré m'en tenir à celles de Tirso, de Ricardo de Turia et de Boyl, parce qu'elles émanent d'hommes du métier qui ont su joindre la pratique à la théorie, et qu'elles ont quelque chose de jeune, de prime-sautier, de spirituel et de gai, un air de fête, un son de triomphante fanfare: on sent que ces Espagnols étaient heureux et fiers de pos- séder un genre bien à eux, d'avoir créé une forme de théâtre dont aucune autre nation ne pouvait leur disputer l'invention.

Para el alegre, ,;no ay risa? Para el triste, ino ay tristeza? Alli el nccio, ,; no se avisa? Moros hay, si quieres moros; Si apetecen tus deseos Torneos, te hazen torneos; Si toros, correran toros.

Mais avant ce traité, nous avions mieux, et dès le théâtre libre en France possédait sa poétique. Acte II, se. D'ailleurs, les anciens ont parfois violé eux-mêmes leurs règles, et il cite VAntiyone de Sophocle et le Ileaunlontimoroiunenos de Térence qui dépassent la limite du temps. El je dis que l'ardeur trop violente de vouloir imiter les anciens a fait que nos premiers poètes ne sont pas arrivez à la gloire ny à l'excellence des anciens.

Ils ne consideroient pas que le goût des nations est différent aussi bien aux objects de l'esprit qu'en ceux du corps, et que, tout ainsi que les Mores, et sans aller si loing, les Espa- gnols, se figurent et se plaisent à une espèce de beauté toute différente de celle que nous estimons en France, et qu'ils désirent en leurs mais- tresses une autre proportion de membres et d'autres traits de visage que ceux que nous y recherchons, jusques là qu'il se trouvera des hommes qui formeront l'idée de leur beauté des mesmes lineamens dont nous voudrions composer la laideur; de mesme il ne faut point douter que les esprits des peuples n'ayent des inclinations bien diffé- rentes les unes des autres, et des sentiments tout dissemblables pour la beauté des choses spirituelles, telle qu'est la poésie Il ne faut donc pas tellement s'attacher aux méthodes que les anciens ont tenues, ou à l'art qu'ils ont dressé, nous laissant mener comme des aveugles ; mais il faut examiner et considérer ces méthodes mesmes par les circonstances du temps, du lieu et des personnes pour qui elles ont esté composées, y adjoustant et diminuant pour les 62 IJtl.

On le voit, nous n'avons rien à envier aux indépendants d'outre -monts, aux défenseurs les plus décidés du théâtre libre. Seulement, en Espagne, ce sont les novateurs qui ont triomphé et fait prévaloir leur comedia; chez nous, maigre quelques velléités d'indépendance, nous nous sommes courbés pendant deux siècles sous le joug des Règles, dont on peut bien dire qu'elles ont été la cause de certains défauts et aussi de beaucoup de grandes beautés du théâtre français classique.

Ceci répond bien à la cùlera espanola de Ricardo de Turia. Madrid, Deposito de la Guerra,in-8" de 64 pages. Antonio Blâzquez a eu l'excellente idée de publier à part tout ce qui, dans la géographie d'Al-Edrisi, concerne l'Espagne musul- mane: idée qu'avait eue jadis Saavedra cf. Un index complète le travail. Nous signalons à ce propos les renseignements géographiques contenus chez Qazvvînî, trop peu connus en France et en Espagne édit.

Jacob, Je n'apprends à personne que ces textes des écrivains arabes ont souvent permis de compléter ou de comprendre les notions laissées par les géographes romains eux-mêmes. Voyez, par exemple, pour la question d'Iliberris, Corpus, II, supplément, pages et Crônica troyana, côdiee gallegu del siglo xn de la Biblioteca nacional de Madrid eon a puâtes gramalieales y voeabulario por D.

Manuel R. Publfcalo d expensas de la Exema. Dipulaciôii de esta provincia Andrés Martinez Salazar. I, xvi pages; vol. La Goruna, Cette belle publication, qui fait grand honneur au patriotisme de la députation provinciale de La Corogne, ainsi qu'aux deux érudits qui l'ont menée à bonne fm, nous offre une version galicienne de la traduction castillane du Roman de Troie de Benoît de Sainte More, exécutée par ordre d'Alphonse XI, et qui ne fut terminée que sous le règne de Pierre le Cruel, en i35o.

Menéndez y Pelayo et à un autre manuscrit du texte castillan conservé à l'Escorial. Andrés Martinez Salazar donne tous les renseignements néces- saires sur le manuscrit galicien qu'il publie, et qui fut exécuté en par Fernân Martis, chapelain de D.

Fernân Pérez de Andrade, seigneur de la Corogne, de Betanzos et de Pontedeume, et à la demande de ce puissant personnage.

L'étude grammaticale et le glos- saire dus à D. Rodriguez, travaux d'autant plus méritoires que leur auteur est aveugle, rendront certainement de bons services, quoiqu'ils ne soient pas exécutés selon la méthode aujourd'hui usitée. L'éditeur, M. Martinez Salazar, s'est expliqué sur son système de transcription qui nous semble généralement louable et dont l'exactitude peut être en partie contrôlée, et par l'examen du fac-similé d'un pas- sage répondant aux pages i5o à i53 du tome I"" de l'édition, et par la publication de quelques morceaux du manuscrit de Madrid due à M.

Jules Cornu". Ce dernier éditeur a conservé quelques signes graphiques que son émule n'a pas jugé à propos de reproduire, notamment les accents qui marquent deux voyelles consécutives : sôô, manda, etc. Les rapports des versions manus- crites entre elles et avec la Crônica troyana imprimée soulèvent diverses questions qui n'ont pas été résolues, et que M.

Mussafia, dans son premier et excellent travail, n'a pu qu'indiquer, faute de renseignements. C'est cet éminent érudit, on le sait, qui a identifié le Beneyio de Santa Perte de poids combien de temps après allaitement, signalé par Amador de los Rios, avec Benoît de Sainte More et ses déductions resteront le point de départ de tout ce qu'on écrira désormais sur ce sujet.

Los Moriscos espanoles y su expulsion. Estudio histôrico-critico, por D. Pascual Boronat y Barrachina, Pbro.

Manuel Danvila y Collado. Cet ouvrage considérable sur la condition des musulmans en Espagne, particulièrement de ceux qui furent soumis, après l'achève- ment de la reconquête, à la domination chrétienne, a paru à peu près en même temps que le livre, fort important aussi, de M. Lea, The I. Estoria Troyâa acabada cru de niill et juatroçentos et onze annos Extraits du ms.

Turin, igoi. Les deux auteurs ne s'accordent pas dans leurs conclusions : M. Lea condamne, M. Boro- nat excuse l'expulsion des Morisques de ; mais l'un et l'autre ont très consciencieusement étudié leur sujet, et l'ecclésiastique espagnol a de plus le mérite d'avoir fait connaître un grand nombre de docu- ments du plus haut intérêt, qui jettent beaucoup de lumière sur les rapports entre l'Église et l'État pendant la longue campagne entreprise contre les Morisques, sur la situation économique des pays où l'élé- ment musulman était le plus abondamment représenté, sur les consé- quences en matière financière et agricole de l'expulsion.

L'ouvrage de M. Boronat est précédé d'une longue introduction due au savant histo- rien D. Manuel Danvila, qui avait déjà traité la question dans une série de conférences données à l'Ateneo de Madrid La expulsion de los Moriscos espanoles. Confcrencias pronunciadas en el Aleneo de Madrid, Madrid,i vol. Je ne ferai qu'une observation à propos d'un mémoire en seize articles rédigé dans les premières années du xvii' siècle par Gûmez Diivila, partisan résolu de l'extermination des Morisques, et auquel M.

Boronat attribue une grande importance parce que ce Gomez Dâvila n'aurait été autre que le deuxième marquis de Velada, grand maître de la maison de Philippe Celte identification n'est pas admissible. J'en donnerai les extraits suivants, d'après l'exemplaire de la Bibliothèque nationale, parce que plusieurs des accusations qu'il porte contre les Morisques se retrouvent presque à la lettre dans le Coloquio de los perros, et qu'il serait donc possible que Cervantes eût connu le factum du terrible arbilrisla, qui devait être un personnage assez obscur, mais dont les idées reflètent bien l'opinion de la masse.

Don Gomez Davila de las Ruelas, natural de Toledo, digo que En el Reyno de Portugal ay christianos nuevos, que ellos mesmos se llaman assi de la nacion, y como taies hazen sus juntas y tienen sus pretcnsiones.

Con esto causan grande escandalo, con la division de los nombres debaxo de titulo de Chrislianos; dan a enlender que ay division en los ritos, y con esso causan temor de gran levantamiento. Son sobrios en el corner y bever, y eslo les causa larga vida, no son los suyos y las suyas clerigos. Ilan se metido en trato de peso y medida y cosa viva y con esto ganan mucho y ahorran mucho, trabajan jdoco, que les causa poco gasto, larga vida y mucho ahorrar de hazienda, de manera que van creciendo en numéro y en riquezas, que son cosas que el ver que no son verdaderamente Chris- lianos, nos haze vivir con escandalo y que justamente temamos cierto y averiguado levantamiento suyo.

La conservacion de la lengua en el Reyno de Valencia y los Granadinos en Castilla, y el embiar los de Aragon, que no la tienen, sus hijos a que la aprendan adonde la ay para que les sepan leer su Alcoran, y el ver general- mente por los caminos, en las ventas y mesones, publicaniente que no comen tozino, ni de lo que adereçan en sus oUas los Chrislianos viejos porque estan guisadas con ello, causa gênerai escandalo por ser cosa ijublica, juntamenle con que en gênerai no beven vino.

Ay en Castilla particulares lugares, como son Hornachos, Bustillo, Magazela y otros, que escandaliza tanto su republica quanto a lodo el Reyno es nolorio, por los muy ordinarios castigos que el Santo oficio y la justicia real en la génie dellos haze por su mal vivir y procéder Es tan nolorio, sabido y averiguado que los de unos Reynos se cartean con los de los otros, que aviendo yo dado un mémorial al Rey N.

Barcelona, Juan Gili, lyoi, i47 pages in". Précieux manuel historique des instruments de musique usités en Espagne depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours. L'auteur, que connaissent déjà les lecteurs de notre Bulletin, est un musicien et un érudit consommé, qui connaît à fond l'histoire musicale de l'Espagne; il a résumé ici le fruit de longues recherches dans les livres et les documents d'archives pour le plus grand profit des profanes qui ont besoin d'être guidés en ces matières par des spé- cialistes.

Je me permettrai deux questions. Qu'entend-on au juste en Espagne par trompa de Paris instrument qui ne figure pas dans le manuel de M. CotareloDans une note de la pageM. Pedrell s'occupe de ïaoi de la Chanson de Roland, de l'eya de Berceo, du sus eia du chant des pèlerins de Saint-Jacques. A ce propos, je lui demanderai son avis sur les regujios dont parle Juan de la Cueva dans son Egemplar poético et qu'il dérive des chants des anciens Goths. Notre savant collaborateur, M.

Cuervo, m'avait, il y a plusieurs années, suggéré un rapproche- ment avec le ixuxu des Asturiens, cri prolongé qui accompagne la danza prima : on voudrait avoir à ce sujet l'opinion d'un savant aussi compétent que M. Historia de la literatura espanola desde las origenes hasta el aflo i par Jaime Fitzmaurice Kelly, Iraducida del inglés y ano- tada por Adolfo Bonilla y San Martin, con un esiudio prelimi- nar por Marcelino Menéndez y Pelayo.

Maigrir en courant doucement vieilli

Madrid, La Espaûa Moderna, [], xlii-6i3 pages in-S". Quand il eut fini son Histoire de la littérature anglaise, Taine pensa un moment entreprendre dans le même esprit et avec la même méthode une histoire de la littérature espagnole.

Le tempérament espagnol l'attirait et la forte saveur de terroir de ce qu'il avait lu des auteurs les plus représentatifs d'outre-monts l'avait extraordinairement captivé.

Détourné par d'autres travaux, il renonça à son dessein, mais indiqua le sujet à Anatole France, qui ri'en fit rien. Bergeret a cueilh d'autres lauriers. L'Américain, c'est-à-dire Ticknor, commence à vieillir; son Moyen-Age, déjà fort insuffisant quand il l'écrivit, n'a plus aujourd'hui la moindre valeur, et ses der- niers chapitres sur la période moderne ne nous mènent pas assez loin : il ne subsiste vraiment de son histoire que le milieu xvi'-xviii' siè- cles où l'on trouve encore à se renseigner utilement.

En fait d'ouvrages dus à des écrivains nationaux, nous n'avons, après le Manual de Gily Zarate, estimable mais terne, bien sommaire et bien arriéré, que la terrible baliimba d'Amador de los Rios qui a écrasé son auteur au milieu de la route '.

Sans doute Menéndez y Pelayo nous donnera un jour cette histoire générale dont il a écrit déjà de très importants chapitres, et ce jour-là nous n'aurons plus rien à demander; en attendant, le lecteur studieux, mais qui ne peut se livrer à de longues et fastidieuses recherches, réclame un livre mania- ble, un résumé lisible, un guide exact et sûr. C'est pour répondre à ce désir très légitime que M.

Fitzmaurice- Kelly a rédigé son ouvrage dont l'édition anglaise avait déjà bien réussi; il nous l'offre aujourd'hui en une version espagnole due aux soins de D. Adolfo Bonilla et qui a profité d'additions de l'auteur et du traducteur. L'entreprise, très recommandable, mérite la reconnaissance de tous ceux qui s'intéressent aux lettres espagnoles. Sans doute le plus médiocre des érudits, embusqué dans ses études spéciales, trouve- rait ici à compléter et à corriger, mais il n'écrirait pas le livre.

Fitzmaurice-kelly, qui connaît certaines parties de la littérature espagnole très exacte- ment, doit se résigner à donner prise à la critique pour d'autres parties, qu'il n'a fait qu'effleurer. Dans une préface à cette histoire, M. Menén- dez y Pelayo a déjà signalé avec tact et mesure quelques points faibles, quelques lacunes; d'autres continueront cet erratum. Pour ma part, je dois dire que j'ai lu M. Fitzmaurice-Kelly avec plaisir et profit; je le louerai surtout d'avoir parfois établi d'heureux rapprochements entre les littératures espagnole et anglaise.

Une littérature moderne de l'Europe occidentale n'est pas un phénomène spontané et isolé sans attaches avec ce qui l'entoure; on ne saurait en parler convenable- ment sans faire de fréquentes incursions sur les territoires voisins : I. Blanco Garcia. Il faut féliciter M. Fitzmaurice-KcUy de l'avoir compris; il a ainsi élargi le sujet et l'a rendu accessible à un plus grand nombre de lecteurs, qui lui sauront gré de ne pas s'être cantonné dans le milieu strictement national.

Priin, par H. L'information de M. Léo- nardon est aussi précise et complète qu'on pouvait le désirer pour une époque si récente : n'ayant point eu l'accès des archives qui nous révéleront peut-être un jour les mobiles de certains actes de Prim, il a dû se contenter des écrits contemporains, des mémoires, des jour- naux. De toute cette littérature, qu'il convient de manier avec circons- pection et une critique toujours éveillée, M.

Léonardon a fait un usage excellent, et il est résulté de son enquête intelligemment conduite un livre vraiment instructif, d'une lecture facile et même attacliante. La personnalité du général ressort dans ces pages en traits fort nets, mais le milieu y est aussi décrit et expliqué : il le fallait, car notre public est bien ignorant des détails de la politique espagnole au XIX" siècle et se perd aisément dans l'imbroglio des partis qui se sont disputé le pouvoir sous le règne d'Isabelle IL II y a dans la vie de Prim des épisodes qui nous touchent d'assez près : l'affaire du Mexique et les candidatures au trône d'Espagne après la révolution de Léonardon les a traités avec un soin particuher, et ce qu'il n'a pas pu dire dans ce livre où il devait se borner à l'essentiel, il l'a exposé avec plus de détails dans deux articles des Annales des sciences poli- tiques de ianxier et du tome LXXIV de la Revue historique, qui forment le complément nécessaire de cette remarquable étude d'his- toire politique contemporaine.

Anibal Echeverria i Reyes, Voces usadas en Chile. Les deux premières des brochures dont les titres précèdent datent dela dernière de : nous n'avons pu en prendre con- naissance que récemment. Salazar, K. Newman, etc. Sans aller aussi loin que ces réformateurs, M.

Quoique l'usage classique paraisse certainement peu favorable ici à l'emploi du singulier, l'auteur montre que cette construction a été employée par de bons auteurs, qu'elle est courante en Espagne ainsi que dans tous les pays hispano-américains : il y voit le terme logique d'une évolution de la syntaxe castillane. Le plus important de ces opuscules est le premier. Il fournil une riche matière au phonéticien et au lexicographe; en dehors de rénumération méthodique des particularités purement chiliennes, il montre encore, si je ne me trompe, d'abord que le vocabulaire panaméricain — je veux dire celui qui, tout en s'écartant plus ou moins du castillan, est commun à toutes les républiques de langue espagnole — est plus considérable que l'on ne serait tenté de le croire ; et, en second lieu, que les déformations syntaxiques présentent, sur des points assez éloignés les uns des autres, des analogies qui ne sau- raient être de pures rencontres fortuites : il serait intéressant, en les comparant entre elles, de rechercher les lois auxquelles elles obéissent.

En rapprochant, par exemple, certains des chilenisrnos enregistrés par M. Echeverria, des bogolanismos étudiés dans l'ouvrage classique de R. Cuervo, les Apuntes, on constate des tendances identiques, des phénomènes phonétiques ou morphologiques, des usages syntaxiques, analogues ou même tout à fait semblables.

En attendant cette gram- maire comparée des dialectes hispano-américains, qui, toute propor- tion gardée, serait un pendant aux grammaires romanes de Diez ou de Meyer-Liibkre, on ne peut que souhaiter de voir se multiplier, sur tous les points du continent helicopter rides nt gratuit, des monographies aussi utiles et aussi bien informées que celle que nous a donnée M. Au XVe siècle, des moines de la ville de Cartuja de Jerez créèrent le cheval de Jerez en mélangeant une race de cheval allemand et une race de cheval andalou.

Y ont lieu des courses et des parades de chevaux ainsi que des démonstrations de Flamenco. Le centre andalou du Flamenco se trouve dans le quartier de Santiago, dans le palais Pemartín. Les amateurs de vitesse et de sensations fortes trouveront leur bonheur à Jerez. Grâce à sa localisation, Jerez permet à ses visiteurs de profiter des spectaculaires plages de la Costa de la Luz.

Et si vous vous laissez tenter par un voyage dans les villages blancs les plus attirants de Cadixsachez que Jerez est le lieu idéal pour débuter votre itinéraire. Afin de profiter pleinement de toutes les activités de Jerez de la Frontera, nous vous recommandons de consulter cette liste des meilleures maisons de vacances et villas à Jerez et dans ses alentours.

Liposuccion jerez de la frontera quimica

Avez-vous maintenant les idées plus claires concernant les activités à réaliser à Jerez? Avez-vous vous aussi des conseils à partager? Laissez-nous un commentaire ci-dessous! Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience en tant qu'utilisateur.

Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre Politique en matière de cookies.