Staffordshire regiment vc winners

We're going to help one person with their Christmas gift list this year with this special giveaway in partnership with the Chiefs. It's a beautiful hoodie and one random winner will be chosen. You just need to follow our Instagram account and comment who the lucky recipient will be in your life "me" is always a suitable answer too! Contest ends Sunday, Dec. Hoodie size: XL obviously. Good luck! On a prévu tout ce qu il faut pour garder vos pieds bien au chaud cet hiver!

Peeling visage fort

Pearl Harbor Day. With two minutes of silence each November 11, Canadians commemorate four years that changed the course of history. Good morning Saturday! Who Am I? Esthésie a sélectionné deux lettres du front, rédigées lors de la guerre, l'une par un soldat français, l'autre par un soldat allemand. Des écrits lourds de sens et chargés en émotions Originally, I was attracted by the opportunity to study at the École Militaire in Paris, as part of a military exchange programme.

It was a superb, but often tough, two years, being on a Masters Course at Supelec and a purely military course at the École, and finding the language a real challenge. As the only Brit among ten French officers, I had a truly superb team around me, all of whom rallied to help with me just! Again, I feel incredibly lucky to have the support of a superb French team. The recent Remembrance period has really touched me. Une fois que l'infanterie avait atteint les tranchées allemandes, l'artillerie passait du tir de barrage rampant au tir de barrage fixeun tir statique qui protégeait l'infanterie d'une contre-attaque pendant qu'ils consolidaient la position.

Une variante était l' encagementoù trois ou quatre barrages formaient une boîte — ou plus souvent les trois côtés d'une boîte — autour d'une position pour isoler et empêcher les renforts d'arriver sur la ligne de front. Ce procédé était normalement utilisé pour protéger les raids de tranchée [ ] bien qu'il puisse être aussi utilisé de manière offensive contre une unité allemande.

Un autre type de barrage était le barrage SOStiré en réponse à botox muscle machoire contracté contre-attaque allemande. Un barrage SOS déclenché par le signal d'une couleur pré-arrangée d'une fusée éclairante, le tir de barrage allemand risquant de couper les lignes de téléphone. Un barrage de tir planifié d'avance descendait alors sur le No man's land [ ].

Avec l'introduction du tank, l'artillerie n'avait plus besoin d'aider l'infanterie en détruisant obstacles et positions des mitrailleuses. Elle l'assistait maintenant, en revanche, en neutralisant l'artillerie allemande par des tirs de contrebatterie [ ]. Les chercheurs de l'armée britannique, sous la direction du lieutenant William Lawrence Bragg développèrent des techniques de repérage par le son, qui permettaient de déterminer la location de l'artillerie ennemie à partir du son des tirs de canon [ ].

Un officier d'état-major spécial CBSO fut affecté à chaque corps pour coordonner la contrebatterie, en collationnant les rapports issus du repérage par le son et des observateurs aériens du Royal Flying Corps [ ]. Le service du signal des Royal Engineersformé ense vit confier la responsabilité des communications, qui incluaient des coursiers, le télégraphele téléphone et plus tard la transmission sans fil TSFdes quartiers généraux de l'armée à la brigade et jusqu'au niveau de la batterie pour l'artillerie [ ].

Pour la majeure partie de la guerre, la principale méthode de communication de l'armée était l'envoi de messages utilisant des coursiers, des messagers à cheval, des chiens et des pigeons voyageursdes signaux visuels, le télégraphe et le téléphone [ ]. Au début de la guerre, l'armée avait un petit nombre de systèmes de transmission sans fil, qui étaient non seulement lourds et peu fiables, mais opérations sur ondes longues.

Endes systèmes de TSF de tranchées furent introduits, mais les transmissions étaient facilement interceptés par les Allemands [ ]. Les téléphones civils durent utilisés au début de la guerre, mais s'avérèrent peu fiables dans les conditions d'humidité et de boue qui régnaient.

Par conséquent, un téléphone de campagne fut conçu, opérant avec son propre standard téléphonique. En plus des communications vocales, il pouvait être aussi utilisé pour envoyer et recevoir des messages codés en code Morse grâce à un bipeur intégré. Ce dispositif était utile quand, au milieu des bombardements, les explosions des obus noyaient le son des communications vocales.

Les téléphones étaient connectés par des lignes qui étaient constamment endommagées à cause des tirs d'obus et du mouvement des troupes. Ces lignes furent enterrées, et des lignes redondantes furent mises en place afin de compenser les ruptures [ ]. Les principaux types de signaux visuels étaient les sémaphoresles lampes et les drapeaux, les lampes et les lumières et l' héliographe. Dans la guerre à terrain découvert, la signalisation visuelle avec des drapeaux et l'héliographe était la norme.

Un spécialiste compétent pouvait transmettre 12 mots à la minute avec des signaux flottants pendant le jour et des signaux lumineux la nuit. Les signaux lumineux, qui étaient protégés par une boîte en bois, utilisaient un code Morse et opéraient grâce à une batterie [ ].

Ces techniques de signalisation avaient certains inconvénients, cependant. Pendant la guerre, l'armée entraîna aussi des animaux pour les utiliser dans les tranchées. Des pigeons voyageurs, qui transportaient des messages depuis la ligne de front, étaient aussi placés dans les tanks, de manière à pouvoir envoyer des messages au cours d'une attaque [ ]. Plus de pigeons et dresseurs furent employés pendant la guerre et, à certains moments, ils furent les seuls moyens de communication [ ].

Ces unités furent utilisées pour du repérage aérien pour la première fois le 13 septembremais ne devinrent vraiment efficaces que lorsqu'elles eurent perfectionné l'utilisation de la communication sans fil, à Aubers Ridge le 9 mai La photographie aérienne fut initiée dèsmais une fois encore, elle ne devint effective que l'année suivante.

L'utilisation par les Britanniques de la puissance aérienne évolua pendant la guerre, d'une simple force de reconnaissance à une force de combat qui s'efforça de prendre possession de l'espace aérien au-dessus des tranchées et d'effectuer des raids de bombardements sur des cibles derrière la ligne de front [ ].

Ce n'est pas avant la finet l'introduction du Sopwith Camel et du S. Le 17 aoûtle général Jan Smuts présenta un rapport au Conseil de guerre concernant l'avenir de la guerre aérienne. La formation de ce nouveau service, cependant, utiliserait les hommes et les machines sous-employés du Royal Naval Air Service RNASet mettrait fin aux rivalités entre services qui avaient à certains moments affecté de manière néfaste l'approvisionnement en appareils. Les avions ne comportaient pas de parachutes avantbien que ceux-ci aient été disponibles avant la guerre [ ].

Trois ans plus tard, ence nombre avait été multiplié par dix [ ]. Quand le BEF arrive en France enchaque division d'infanterie est dotée de deux compagnies d'ingénieurs, puis de trois dès le mois de septembre [ ].

Chaque division comprend alors également une compagnie de transmission chargée de la communication entre les états-majors de corps, de division et de brigade [ ].

Les Compagnies des Tunnels des Ingénieurs Royaux Royal Engineer tunnelling companies furent formées en réponse à l'attaque allemande de Givenchy en décembre [ ]. La première mine britannique explosa lors de la bataille de la colline 60 le 17 février Le minage de tunnels fut utilisé abondamment lors de la Seconde bataille de l'Artois en maiet de la bataille de Loos en septembre de la même année.

En juilletau premier de la bataille de la Somme, le trou de mine de La Boisselle se creusa sous l'effet d'une mine britannique [ ]. Vingt-et-une compagnies furent formées et employées à creuser des tunnels, poser des câbles, opérer le travail de sapeconstruire des abris aussi bien que poser des mines [ ]. Vers la fin de la guerre, les ingénieurs étaient directement responsables de l'entretien des bâtiments et de la conception des fortifications sur la ligne de front, des téléphones et autres équipements de transmission, des chemins de fer, des routes, de l'approvisionnement en eau, des voies d'eau, des ponts et des transports en général [ ].

Créé en octobrele MGC était constitué de compagnies de mitrailleurs de l'infanterie, d'escadrons de mitrailleurs de la cavalerie et de batteries motorisées de mitrailleurs [ ]. Dans les tranchées, les mitrailleuses du Corps étaient déployées dans un dispositif de tirs emboîtés qui s'avéra une arme défensive dévastatrice contre les attaques d'infanterie [ ]. Elles étaient aussi utilisées en appui indirect de tirs, les mitrailleuses tirant au-dessus des têtes [ ] ou sur les côtés [ ] de l'infanterie en train d'avancer, et derrière les tranchées allemandes pour empêcher l'arrivée sur le front de renforts et de fournitures [ ].

Le Tank Corps fut formé comme le corps des mitrailleurs en [ ]. Les tanks furent utilisés en action pour la première fois au cours de la bataille de la Somme le 15 septembre Le but était qu'ils abattent les barbelés pour l'infanterie, puis traversent les tranchées et exploitent toute percée derrière les lignes allemandes [ ].

Les chars furent utilisés principalement sur le front occidental. En septembrel'armée britannique était l'armée la plus mécanisée au monde. Un détachement de huit chars Mark I obsolescents fut envoyé en Palestine méridionale au début decontre les forces turques [ ]. Il avait de plus sous leur commandement des corps de travailleurs indiens, égyptiens, chinois et d'autres ouvriers, porteurs et magasiniers autochtones [ ].

Il gérait des compagnies de transport à cheval ou mécanique, le service des montures de l'armée et des compagnies d'ouvriers pour l'ASC [ ]. Le Royal Army Medical Corps RAMC gérait les médecins, l'évacuation des victimes, les ambulances sur le champ de bataille et les hôpitaux de l'armée [ ]. À la fin dela guerre sur le front occidental était dans l'impasse et les lignes des tranchées s'étendaient de la côte belge à la frontière suisse.

Les soldats restaient dans les tranchées sur le front ou sur les lignes de réserve jusqu'à huit jours d'affilée, avant d'être relevés [ ]. Dans l'idéal, le bas de la tranchée était recouverts de caillebotis pour que les hommes ne s'enfoncent comment désépaissir cheveux mi long dans la boue et des abris étaient creusés dans les murs, offrant une protection contre les éléments et le shrapnel, bien que dans l'armée britannique, ces abris soient d'habitude réservés aux officiers et aux sous-officiers supérieurs [ ].

Les hommes étaient censés dormir où ils pouvaient et par temps humide, ils vivaient sous des couvertures de sol ou dans des tentes au bas de la tranchée sur les caillebotis [ ].

Au front, les soldats étaient constamment menacés par les obus de l'artillerie, les bombes de mortier et les balles, et plus tard aussi par les attaques aériennes [ ]. Certains secteurs du front virent peu d'activité pendant la guerre, ce qui rendait la vie comparativement facile. D'autres secteurs furent dans un état perpétuel d'actions violentes. Toutefois, même les secteurs tranquilles avaient quotidiennement des victimes, par des tirs de snipersde l'artillerie ou de maladie.

Les conditions difficiles, avec des tranchées souvent humides et boueuses, et la compagnie constante des poux et des rats se nourrissant des corps non enterrés, favorisaient la maladie [ ]. Beaucoup d'hommes souffraient de pied de tranchéede fièvre des tranchées et de néphrites. Ils pouvaient aussi souffrir du gel en hiver et de coups de chaleur en été.

Les hommes étaient souvent trempés et couverts de boue, ou, par temps sec, couverts de poussière [ ][ ]. La nourriture ne pouvait pas d'ordinaire être cuite sur la ligne de front, la fumée déclenchant le feu ennemi et elle devait être apportée le long des tranchées de communication dans d'encombrantes marmites, arrivant parfois très tard ou pas du tout. La routine quotidienne de la vie dans les tranchées commençait avec le branle-bas de combat du matin.

Une heure avant l'aube, chacun était réveillé et devait occuper sa position pour la garder contre un raid à l'aube des Allemands [ ] C'était ensuite le temps du petit déjeuner et des ablutions matinales.

Le sous-officier assignait ensuite des tâches quotidiennes, les hommes devant s'occuper du nettoyage des fusils et de l'équipement, du remplissage des sacs de sable, de la réparation des tranchées ou du creusement des latrines [ ]. Une fois ces tâches terminées, les hommes qui n'étaient pas de service cherchaient un endroit pour dormir [ ]. À cause des bombardements constants et du pur effort pour rester en vie, le manque de sommeil était chronique. Les soldats devaient aussi assurer à tour de rôle la fonction de sentinelle, guettant les mouvements ennemis [ ].

Sous le couvert de l'obscurité, les troupes s'occupaient des maintenances vitales et du réapprovisionnement, les rations et l'eau étaient apportés à la ligne de front, des unités fraîches remplaçant les troupes qui repartaient à l'arrière pour se reposer et récupérer [ ].

Des raids de tranchées étant menés pendant la nuit, des groupes de reconstruction étaient formés pour réparer les tranchées et les fortifications, d'autres groupes étaient envoyés réparer ou renouveler les barbelés dans le no man's land [ ]. Une heure avant l'aube, chacun était à nouveau en position [ ]. Une procédure établie était utilisée par une division qui se déplaçait sur la ligne de front. Une fois qu'ils avaient été informés de l'avancée, les brigadiers et les commandants de bataillons étaient amenés dans les zones d'avancée pour reconnaître les sections du front que les troupes devaient occuper [ ].

Pendant ce temps, les officiers de transport du bataillon étaient menés au quartier général de la division qu'ils relèveraient pour observer les méthodes utilisées pour répartir les rations et les munitions et la manière dont elles étaient regime efficace seche 2014 aux troupes sur le front.

Des détachements du groupe d'artillerie de la division avançaient et étaient rattachés aux batteries d'artillerie de la division qu'ils remplaçaient [ ]. Cinq jours plus tard, les bataillons d'infanterie prévus pour la ligne de front envoyaient leurs spécialistes des équipes de canons Lewis, l'officier responsable des grenades, celui responsable des mitrailleuses, les quatre commandants de compagnies et quelques-uns des experts des transmissions pour prendre en charge les la meilleure levure de bière cheveux résultat de la tranchée et mettre tout en place avant que les bataillons n'arrivent [ ].

Pendant la nuit, ceux-ci arrivaient sur la ligne de front et l'artillerie prenait en charge les armes déjà en position, laissant les leurs derrière elles, à l'usage des batteries qui avaient été relevées [ ].

L'armée était soumise à l'autorité politique. Depuis la Glorieuse Révolution dela Couronne n'était techniquement pas autorisée à maintenir une armée permanente au Royaume-Uni. L'existence de l'armée dérive d'une loi, l' Army Actvotée chaque année par le Parlement tous les cinq ans depuis la fin des années La plupart des règlements disciplinaires de la Première Guerre mondiale dérivaient de l' Army Act demême si certains délits étaient punis plus sévèrement en service actif, par exemple en principe le pillage ou la désobéissance volontaire, qui étaient passibles de peine de mort [ ].

Les délits mineurs étaient gérés par les officiers en commande [ ]. Un commandant de compagnie pouvait condamner les soldats à une amende ou à un confinement au baraquement accompagné de corvées [ ]. Les hommes du rang pouvaient perdre leurs permissions ou leur ancienneté [ ].

Le piquetune punition nommée officiellement Field punishment FPavait remplacé la flagellation, abolie dans l'armée en en pour le service actifbien qu'elle ait été encore utilisée dans les prisons militaires jusqu'en Il y eut aussi des situations où les troupes australiennes délivraient les troupes britanniques qu'ils trouvaient attachées. Cependant dans d'autres unités, c'était perçu comme une sanction nécessaire pour des délits sérieux [ ]. FP No. Frapper un subalterne était un délit, mais il n'était pas rare dans certaines unités que les officiers ferment les yeux si un sous-officier maintenait la discipline par la violence, ou la pratiquent eux-mêmes [ ].

Les soldats qui commettaient des délits sérieux étaient jugés en cour martiale, et parfois exécutés. Il y avait certainement des règles de procédure strictes et le devoir de découvrir la vérité des faits [ ]. L'accusé avait le droit de contester la composition du jury par exemple si l'un des officiers avait un lien avec le cas ou entretenait de mauvaises relations avec l'accusé et de présenter son cas, défendu par un officier s'il le choisissait, ce qui devint plus courant avec le temps [ ].

L'officier qui convoquait une cour martiale ne pouvait y siéger et l'officier de rang le plus bas votait le premier pour éviter qu'il ne se sente contraint à suivre l'opinion de ses supérieurs [ ].

Certains plaidaient coupables ou choisissaient de ne pas présenter de défense, ni d'appeler de témoins et dans la plupart des cas, le délit était si évident qu'il y avait peu de défense à apporter [ ]. Les peines d'emprisonnement étaient souvent suspendues, pour décourager les soldats de commettre un délit pour échapper au front, et brighton pier rides and attractions pour donner au coupable une chance d'obtenir un suris pour bonne conduite [ ].

Trois officiers furent exécutés. Un officier démis de ses fonctions pouvait néanmoins être conscrit comme simple soldat dans une autre unité [ ].

Une sentence de mort devait être décidée à l'unanimité et confirmée par écrit par plusieurs officiers, le verdict remontant la chaîne de commande. Le commandant de bataillon et de brigade du condamné tendait à faire des commentaires sur son dossier, mais les généraux supérieurs étaient souvent plus concernés par la nature du délit et l'état de la discipline dans l'unité [ ]. Le juge-avocat général au quartier général vérifiait les dossiers à la recherche d'éventuelles irrégularités [ ] avant la décision finale fait par le commandant en chef du théâtre d'opérations en question [ ].

Des condamnations pour mutinerie étaient rares — un seul homme fut exécuté pour les troubles d'Étaples en [ ]. Des hommes fusillés, 91 avaient déjà reçu une condamnation qui avait été suspendue et 9 deux condamnations. Des 91, 40 avaient déjà été condamnés à mort, avec suspension d'exécution, dont 38 pour désertion, et un homme avait été condamné deux fois à mort pour désertion avant la condamnation qui conduisit à son exécution [ ].

On pensait à l'époque que, précisément parce que la plupart des soldats au combat avaient peur, qu'il fallait faire un exemple avec ceux qui désertaient [ ]. La plupart étaient loin de la ligne de front — 14 des déserteurs exécutés furent arrêtés au Royaume-Uni — et beaucoup de déserteurs n'avaient jamais servi du tout au front [ ]. Haig demanda la permission d'exécuter des Australiens, mais leur gouvernement refusa [ ][ ].

La discipline britannique de la Première Guerre mondiale n'était pas spécialement sévère comparée à la plupart des autres armées du temps, par exemple les armées russe ou italienne. Les Français n'ont reconnu que exécutions et les Allemands Certains historiens ont écrit que ces chiffres pourraient ne pas être fiables car les deux armées auraient eu des problèmes de discipline [ ].

Cependant, un autre historien a fait remarquer qu'il y avait beaucoup de hasard dans la décision de prendre ou non au sérieux les affirmations d'un soldat disant souffrir d'une obusite et a donné des exemples de soldats ne recevant qu'un examen médical superficiel ou même aucun examen [ ]. Les références spécifiques à l'obusite sont rares et les dossiers font plus souvent allusion à des vertiges, à des nerfs fragiles, à des malaises soudains [ ].

Il y eut des enquêtes en, etfondées sur des documents maintenant perdus et des témoins maintenant décédés [ ]. Les livres For the Sake of Example de Babington et Shot at Dawn de Sykes et Putkowski visèrent ouvertement à entamer une campagne de réhabilitations. Cette campagne fut rejetée en février parce qu'il n'y avait pas de preuve d'une perte de poids glande thyroide iode de procédure — autrement dit les hommes exécutés avaient été correctement jugés selon le droit de l'époque — et qu'il ne semblait pas correct d'imposer des valeurs contemporaines pour rejuger le passé [ ][ ].

L'affaire fut rejetée une nouvelle fois en après un examen détaillé de deux ans, qui ne trouva aucun cas d'erreur, beaucoup de confirmations et une poignée de cas douteux, dans lesquels un témoignage médical avait été ignoré ou n'avait pas été demandé.

Ces décisions furent renversées par le gouvernement en et tous les hommes furent réhabilités et reconnus comme victimes de la Première Guerre mondiale. Mais leurs condamnations ne furent pas commuées, car il était impossible après ce laps de temps de re-examiner les preuves dans chaque affaire [ ].

Nous ne disposons que de récits anecdotiques et aucune étude statistique à propos des hommes abattus sans procès par des officiers ou sous-officiers pour lâcheté face à l'ennemi [ ]. Ils étaient impopulaires, à une époque où la police était souvent impopulaire auprès des jeunes gens des grandes villes. En plus des tâches de police, une part importante de leur travail était de maintenir la discipline en marche, de garder les routes sans encombre et de collecter les retardataires sur le champ de bataille.

Le police militaire combattait aussi à l'occasion si les zones de quartiers généraux étaient menacés par l'avance ennemie. Bien que les soldats aient parfois raconté des récits horribles d'hommes abattus par la police militaire quand ils refusaient de combattre, il n'existe pas de rapports fiables et de première main sur ce type d'événements [ ].

Il y eut des exemples occasionnels d'hommes faisant des avances homosexuelles non désirées, l'homosexualité étant alors un crime tant sous le droit militaire que sous le droit civil, afin d'échapper au front, mais les poursuites pour cela étaient rares. Il existe par ailleurs des témoignages indiquant que les hommes fermaient les yeux sur les relations homosexuelles [ ]. Les hommes étaient aussi motivées par des récompenses. L' Order of the British Empire fut institué en Enles médailles pour bravoure étaient souvent remises en moins d'une semaine pour garantir que les hommes récompensés vivraient assez longtemps pour les recevoir [ ].

Par ailleurs, des courses, des concerts ceux incluant des drag queens étaient particulièrement appréciésdes voyages au bord de la mer et des matchs de football étaient organisés pour améliorer le moral des hommes [ ]. Il y avait aussi diverses publications officieuses, comme le Wipers Times — ils donnent un aperçu du point de vue des soldats du rang et des officiers subalternes.

Le patriotisme déclaré y était rare et les politiciens comme le Premier Ministre Asquith ou Ramsay MacDonald un opposant à la guerre, plus tard Premier Ministre travailliste étaient satirisés [ ]. Sous le commandement du Field Marshal John French [ ]le BEF commença à se déployer en France à peine quelques jours après la déclaration de guerre [ ].

La première rencontre avec les Allemands se produisit à la bataille de Mons le 23 août [ ]après laquelle les Alliés commencèrent la Grande Retraitedurant laquelle le BEF fut néanmoins impliqué à la Bataille du Cateau [ ].

Le BEF joua un petit rôle dans le blocage de l'avance allemande à la bataille de la Marne [ ] avant de participer à la contre-offensive de l'Aisne en septembre.

Pour le BEF, se termina après la première bataille d'Ypres qui marqua le début d'une longue lutte pour s'assurer le saillant d' Ypres [ ].

Il est souvent dit que l'armée professionnelle d'avant-guerre était morte à la première bataille d'Ypres [ ]. La guerre de tranchées domina à partir deet le BEF — en tant que partenaire junior sur le front occidental — participa à une série de petites batailles, coordonnées parfois aux plus larges offensives françaises, comme la Bataille de Neuve-Chapelle qui est toujours associée avec la crise des obus dela bataille d' Aubers Ridgela bataille de Festubert en mai et la bataille de Givenchy en juin [ ][ ][ ].

Le 22 avrilles Allemands déclenchèrent la deuxième bataille d'Ypresutilisant des gaz toxiques pour la première fois sur le front occidental et s'emparant de la majeure partie du plateau qui bordait le saillant [ ].

À partir de septembrel'armée britannique s'était agrandie, la première des divisions de la nouvelle armée de Kitchener entrant en action. Dans le cadre de la troisième bataille de l'Artois [ ]elle lança une attaque majeure, la bataille de Loosutilisant ses nouvelles armes chimiques pour la première fois [ ]. L'échec qui en résultat marqua la fin pour French. Pour l'armée britannique, fut dominée par la bataille de la Somme qui commença de manière désastreuse le 1 er juillet.

Regiment meaning in nepali

Le seul succès réel fut dans le sud où, utilisant des tactiques imaginatives et aidés par les Français, la 18 e division occidentale et la 30 e division du Royaume-Uni s'emparèrent de tous leurs objectifs, y compris Montaubanet la 7 e division d'infanterie prit Mametz.

À Thiepvalla 36 e division Ulster saisit la redoute des Souabes, mais fut contrainte de reculer faute d'avancée ailleurs. En févrierl'armée allemande commença à se retirer à la ligne Hindenburg et ce furent ces formidables défenses que des éléments de l'armée britannique attaquèrent à la bataille d'Arras en avril.

Pour cette bataille, le Premier Ministre britannique David Lloyd George avait placé Haig et le BEF sous les ordres du nouveau commandant en chef français Robert Nivellequi planifiait une offensive française majeure en Champagne [ ]. Quand la bataille se termina officiellement le 16 mai, les troupes britanniques avaient fait des avancées substantielles, mais avaient été incapables de réaliser une percée quelque part [ ].

Haig s'embarqua alors dans son plan préféré, lancer une offensive dans les Flandres. Dans une opération préliminaire réussie, la deuxième armée du général Herbert Plumer s'empara de la crête de Messines au sud d'Ypres [ ]. La bataille de Passchendaelequi commença le 31 juilletfut l'un des plus durs calvaires endurés par les troupes du Royaume-Uni et des Dominions pendant la guerre, le champ de bataille étant réduit à un bourbier.

Une contre-offensive allemande réussit à recapturer la majeure partie du terrain perdu [ ]. L'année finale de la guerre,commença en désastre et s'acheva en triomphe pour l'armée britannique et les Alliés. Le 21 marsle général allemand Erich Ludendorff lança l' Offensive du Printemps et le poids principal de la première attaque — l' Opération Michael — retomba sur la cinquième armée du général Gough qui fut contraint à la retraite.

En réponse à la crise à laquelle étaient confrontés les Alliés, le maréchal français Ferdinand Foch fut nommé commandant suprême des forces alliées sur le front occidental, plaçant le BEF sous sa direction stratégique. L'attaque allemande suivante se produisit au sud d'Ypres à la bataille de la Lys et là encore l'armée britannique recula.

Une troisième offensive allemande majeure, retombant principalement sur les Français, fut finalement arrêtée lors de la bataille de l'Aisne de juin [ ][ ]. Le 8 aoûtla quatrième armée du général Rawlinson lança la bataille d'Amiens qui marqua le début de l' Offensive des Cent-Joursla dernière offensive alliée majeure sur le front occidental.

Les semaines suivantes, les cinq armées du BEF poursuivirent l'offensive de la Somme aux Flandres [ ]. Les combats continuèrent jusqu'à ce que l'armistice avec l'Allemagne prenne effet le 11 novembre à 11 h du matin [ ]. L'insurrection de Pâques est une rébellion qui a eu lieu en Irlande pendant la semaine de Pâques en Elle fut fomentée par des républicains irlandais avec l'objectif de mettre fin à la domination britannique en Irlande et y établir une république irlandaise.

Organisé par le Conseil militaire de la Fraternité républicaine irlandaisele soulèvement dura du 24 au 30 avril [ ]. Un nouveau front fut ouvert à Salonique à la requête du gouvernement grec, avec l'objectif d'appuyer les forces serbiennes et de s'opposer à rides 38 ans homme Bulgarie.

Les premiers hommes de l'armée britannique de Salonique y arrivèrent en octobretrop tard pour empêcher le repli de l'armée serbienne en Albanie et en Grèce. Les troupes françaises, britanniques et russes arrivèrent à Salonique entre et et formèrent l' armée alliée d'Orient sous le commandement du général français Maurice Sarrail [ ]. Avec l'objectif de détruire l'armée bulgare, les Français et les Britanniques lancèrent une nouvelle offensive en avrilsans succès significatif. Cette situation dura jusqu'à 18 septembrequand les armées britannique et grecque, sous le commandement du général George Milneattaquèrent dans le secteur du lac Doïran [ ].

L'armée bulgare signa un armistice le 30 septembre [ ]. L'Italie entre en guerre aux côtés des Alliés le 5 maidéclarant la guerre à l'Autriche-Hongrie le 23 mai et à l'Allemagne le 28 août L'implication de l'armée britannique sur le front italien ne commence pas avant la fin dequand des troupes furent envoyées pour empêcher la défaite sur ce front.

Le 24 octobredurant la bataille de Caporettola seconde armée italienne s'effondra et les Italiens furent obligés de faire retraite jusqu'à la Piaveoù ils pouvaient obtenir des renforts de cinq divisions britanniques et six françaises du front de l'ouest, pleines d'armements et sous le commandement du général Herbert Plumer. Les Italiens, avec ces renforts, réussirent à arrêter l'avance austro-hongroise à la bataille de la Piave.

Pendant la contre-attaque alliée d'octobrel'armée austro-hongroise s'effondra après de lourdes pertes à la bataille de Vittorio Veneto. Un armistice fut signé rapidement après cela le 3 novembre [ ].

Les forces britanniques furent commandées tour à tour par les généraux britannique Horace Smith-DorrienJan Smuts et Reginald Hoskins [ ]. Elles étaient composées d'unités du KAR et de la 27 e brigade de Bangalore de l'armée des Indes, sous le commandement du 2 e bataillon, le Loyal Regiment du North Lancashire.

La Turquie entra dans la guerre, du côté de l'Allemagne, le 31 octobre Une des ses premières actions fut de clore le Détroit des Dardanelles aux Alliés [ ]. En avrilsuivant l'échec de la marine britannique de s'emparer des Dardanelles, les forces britanniques et le corps d'armée australien et néo-zélandais ANZAC débarquèrent sur le péninsule de Gallipolisous le commandement du général Ian Hamilton [ ].

Les principales attaques britanniques furent les batailles de Krithia. Il s'agit d'une série d'attaques contre le défense turque dans le but de s'emparer des objectifs initiaux du 25 avril Toutes échouèrent [ ]. En août, un autre débarquement eut lieu dans la baie de Suvla. Il reçut les renforts de la 10 e division Irish de la nouvelle armée de Kitchener, les 53 e et 54 e divisions territoriales de première ligne et des unités démontées de la 2 e division montée [ ].

La 29 e division fut aussi déplacée de Helles à Suvla pour un renfort supplémentaire. La tentative britannique finale pour relancer l'offensive eut lieu le 21 août, avec des attaques sur la colline du Cimeterre et la colline Le contrôle de ces collines aurait permis la jonction des fronts de l'ANZAC et de Suvla, mais aucun des batailles n'aboutit à une victoire alliée.

Les forces britanniques combattant en Mésopotamie provenaient principalement de l' armée des Indesavec une seule formation proprement britannique, la 13 e division occidentale. Leur objectif était de protéger le ravitaillement en pétrole de la Royal Navyen provenance de Perse. Le 7 novembreles forces indo-britanniques commandées par le général John Nixon envahirent la Mésopotamie, et le 23 novembre, pénétrèrent dans Bassorah [ ].

Les Britanniques retrouvèrent un nouvel élan sous le nouveau commandement du général Frederick Stanley Maudeet une nouvelle offensive commença en décembre Le lieutenant général William Marshall succéda à Maude après la mort de ce dernier, des suites du choléra, le 18 novembre L' armistice de Moudros fut signé avec la Turquie le 30 octobre La campagne du Sinaï et de la Palestine fut alimentée par botox labial traitement critique de la politique de défense statique du canal de Suezqui employait six divisions d'infanterie et cinq brigades montées [ ].

Après avoir repoussé la première offensive turque de Suezneuf divisions furent envoyées sur le front occidental et une en Mésopotamie [ ].

L'armée britannique au Sinai et en Palestine comprenait ensuite la 10 e division, la 42 e division, la 52 e division d'infanterie Lowlandsla 53 e division d'infanterie Pays de Gallesla 54 e division, la 60 e division, la 74 e division Yeomanry et la 75 e division.